Blog France-Emmanuelle

Profil

France-Emmanuelle vue sur le Web:

France-Emmanuelle vous informe

Si vous êtes sur mon blog c'est probablement que vous rencontrez un problème au sein de votre couple, vous cherchez une solution ?

Hommes-Femmes

Vendredi 22 novembre 2013 5 22 /11 /Nov /2013 15:42

 

seduction-couple.jpg Cette fois-ci, afin de poursuivre en apothéose notre trilogie d'articles (1/3 , 2/3), c'est du couple dont il va être question. Ainsi pourrons nous clore logiquement ce qui normalement est un aboutissement, puisque la véritable question-réponse semble finalement la suivante : "pourquoi cherchons nous à séduire… sinon pour trouver l'âme soeur, l'alter ego, le (la) partenaire idéal (ou idéalisé), c'est-à-dire la personne avec qui il fait bon vivre en couple !" Donc, pour résumer, toutes ces simagrées, ces enfantillages, ces petits travestissements, ces petits ou gros mensonges, ces jeux de séduction, ces efforts souvent réalisés en vain, oui, tout ce temps investi voire gaspillé, pour finalement ne se retrouver "qu'à deux" mais réciproquement heureux d'y être enfin parvenu.


Alors que dire de cet état, celui du couple constitué, qui est un aboutissement de cette volonté farouche et irrésistible de trouver l'autre, d'aller vers lui, de le séduire et de se laisser séduire, de se l'approprier enfin… Est-ce la fin de la séduction ? Est-ce un état d'équilibre des sentiments ? Une stase momentanée ou bien une continuation, un commencement ? Dans tous les cas, la "quête du Graal" est finie, et maintenant que nous avons le précieux calice entre les mains il faut en faire quelque chose ! Il est évident que vivre à deux comporte de nouvelles règles du jeu, un modus operandi très différent du simple mode en solo. Pour les hommes, fini de jouer les chasseurs de primes, pour les femmes, fini de jouer les tentatrices ! 

   

Afin de simplifier cet article et surtout de le rendre plus cohérent vis à vis des deux premiers, je me bornerai de ne parler que des couples assez nouvellement formés, ceci afin de poser les principes de base d'une séduction "conjugale" (en théorie et en pratique) à son plein apogée. De facto, j'irai ainsi droit au but pour que cette relation toute fraîche perdure et garde tout son piquant, comme à la première rencontre, comme à l'instant où la séduction était dégainée d'emblée sans autre préavis. Néanmoins, que les couples qui ont «un peu de bouteilles» se rassurent, je leur consacrerai aussi prochainement un article spécifique.

 

Mais tout d'abord, un petit rappel, et une information capitale à bien comprendre pour ceux qui ne le sauraient pas encore : être en couple c'est avant tout "partager", oui, partager les bons mais aussi les moins bons moments… Dès lors que l'on pose ce principe irrévocable, alors l'on a déjà une très bonne orientation sur la suite des évènements, notamment sur l'un des nouveaux buts de la séduction, en couple c'est : "essayer de plaire quand quelque chose ne va pas". Ce n'est pas un grand secret que de dire qu'une pilule amère passe mieux avec un grand sourire ravageur… ou avec de grands yeux emplis d'une expression profondément amoureuse. Y aurait-il une sorte de détournement de cette sulfureuse séduction dont nous étions si fières auparavant ? Serait-ce ici un moyen bien différent d'user de ses "sensibles atouts" ? Certes oui, mais heureusement pas seulement !

Car la séduction reste ce qu'elle est, même en couple, mais avec un petit plus pratique… Charmer son conjoint est tout un Art, avec une pointe de diplomatie explicite qui permet (normalement) de passer plus facilement les mauvais caps ou virages un peu trop serrés. Donnons quelques exemples assez simples tirés du quotidien, notons que certains se reconnaîtront à coup sûr au moins dans l'un de ces cas de figure :

- Elle s'est encore acheté un nouveau sac, bleu… le deuxième dans le mois. Elle lui joue le grand jeu du top modèle, toute belle habillée de bleu avec cet "accessoire indispensable" ! Il est… indéniablement ébloui !

- Il a "une réunion chez des potes"… pour regarder un match de foot. Sans elle, évidemment. Il lui promet un petit cadeau à son retour… Une belle rose avec la jolie carte "je t'aime", et cela passe très bien.

- Elle squatte la salle de bain pendant des heures… et il est pressé. Il commence à perdre patience, alors elle sort en tenue d'Ève, lui faisant admirer tout l'Art de sa nouvelle et parfaite épilation. Il ne peut qu'acquiescer du bonnet !

- Il regarde une autre femme dans la rue en étant au volant de la voiture, elle lui dit de faire attention à la route et de regarder devant. Il passe une vitesse et lui caresse langoureusement le creux de la cuisse. Il a tout compris.

- Il rentre tard ce soir et est affamé, plus rien dans le frigo à part un demi-surimi sec, et elle a déjà mangé sa salade. Elle s'avance doucement et lui propose illico qu'il la dévore à sa guise sur la table de la cuisine… Futée et bien coquine, la guèpe !

- Ses copines sont à la maison pour une "réunion d'appartement", il vient de rentrer et voudrait bien être tranquille. Elle s'approche de lui et lui montre les nouveaux jouets coquins qu'elle vient tout juste d'acheter… Rien à ajouter, il se voit déjà "jouer" avec elle !

N'ajoutons pas plus d'anecdotes, vous en avez certainement en tête des plus cocasses ou bien plus sexy… Mais tout ceci pour dire que l'on constate qu'en couple, la séduction sert souvent de soupape de sécurité en cas de petite ou grosse tension. Un bisou dans cou, un petit cadeau, une longue caresse ou un regard qui en dit long sur la suite, allègent toutes situations potentiellement conflictuelles et agrémentent le quotidien des indispensables plaisirs répétés qui remettent tous les compteurs négatifs à zéro. Par conséquent, n'oubliez pas d'user et même d'abuser de telles sympathiques surprises ! Mesdames, achetez régulièrement des dessous sexy qui lui chaufferont la libido à blanc, vous vous ferez plaisir tout autant que lui ! Et vous, messieurs, emmenez-la en Week-End à Rome ou à Venise, vous lui ferez passer des nuits inoubliables tout en vous délectant de ses charmes féminins superbement mis en valeur dans le bouillonnant jaccusi de l'hôtel !


Dans tous les cas, à deux, l'on a bien plus d'idées qui viennent naturellement pour se faire plaisir réciproquement en usant de cette ambiguë séduction laquelle est généralement plutôt l'apanage des célibataires… Mais finalement c'est le résultat qui compte si la séduction dans le couple entretient le désir et l'amplifie au fil du temps, tout en cassant la routine et en allégeant salutairement les petites tensions du quotidien ! N'oublions pas que nos cousins, les singes bonobos, l'ont parfaitement compris, alors suivons avec sagesse leur exemple en qualité de primates (évolués...) que nous sommes.

 
Comme d'habitude, je vous convie à me contacter si vous désirez me soumettre un problème dans le cadre de mon activité professionnelle. Contactez-moi sur mon site en cliquant sur ma bannière ci-dessous (pour m'envoyer un message par formulaire), ou bien, plus directement par téléphone aux 01.73.58.36.36 ou 06.50.75.95.14 (numéros directs non surtaxés). À très bientôt, et vive la séduction en couple au quotidien !

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 27 octobre 2013 7 27 /10 /Oct /2013 18:29

 

seduction-homme.jpg En cette deuxième partie (sur 3), ce sont les hommes qui vont focaliser toute notre attention, et elle est grande ! Mais si, comme je l'avais précisé dans l'article précédent 1/3 traitant de la Séduction féminine, celle-ci est d'une complexité souvent incompréhensible pour les hommes ou bien difficile à anticiper pour eux, cela leur donne beaucoup de "travail d'approche" pour séduire... Sans non plus en dire trop dès la première ligne, nous verrons qu'il en est tout autrement pour nos homologues masculins, car nous savons toutes (nous les femmes) comment les hommes sont pour le moins prévisibles, et aussi que leur mode de séduction reste vraiment très basique comparé au nôtre, c'est certainement pour cela que nous les aimons, nous les comprenons trop bien ! 


Si "Attrape-moi si tu peux" était le mot d'ordre pour les femmes, nous pourrions rétorquer que le "Regarde, je cours après toi" pourrait être celui des hommes… mais n'exagérons pas tout de même leur prétendu instinct de chasseur-cueilleur, même s'il est de notoriété publique que la principale préoccupation de la gent masculine est bien de courir après les femmes ou d'y penser très fortement ! Et, cet aspect des choses demeure puissant quel que soit l'homme, du moins macho au plus terrible séducteur, à la vue d'une femme l'oeil de l'homme n'y voit dans un premier temps qu'une délicieuse proie à chasser, qu'un emblème sexuel dans toute sa splendeur, un met de choix pour ses papilles sans cesse surexcitées. 

   

Ceci dit, tous les hommes ne sont justement pas d'invétérés séducteurs, ils auront néanmoins le choix des armes pour ce faire un tant soit peu, selon que l'on est taillé comme un Apollon ou un Hercule… ou bien ni l'un ni l'autre ! D'ailleurs, de quelles armes de "séduction massive" parlons nous ? Evidemment ce ne seront pas les mêmes que celles des femmes, quoique… il paraîtrait que de nos jours les hommes passent de plus en plus de temps dans les salons d'esthétisme ou dans la salle de bain pour se refaire une beauté ! Une petite liste nous éclairera d'autant plus sur ces atouts de séduction masculine teintés de testostérone afin d'y voir plus clair dans ce "jeu de rôle", pour ne pas dire ce "jeu de genre", éminemment hormonal:

 

- comme chez son homologue féminine, l'habit fait l'Homme ! Mais n'ayons pas peur de dire que le costume reste une valeur sûre même si la mode masculine ne leur donne pas autant d'accessoires, les hommes savent compenser avec d'autres éléments de poids, telles la voiture de sport ou la carte American Express… deux accessoires qu'ils savent parfaitement mettre en avant, le moment opportun !

- chez l'homme, la séduction passe en force ou par la force, normalement physique mais comme nous ne sommes plus à l'époque préhistorique, ou bien si celle-ci fait défaut par manque de gros muscles saillants, alors il sait la remplacer par la "puissance de l'aisance", aisance de la parole et de la dialectique, aisance du mouvement et du geste, aisance financière, aisance et sagacité intellectuelle bien à propos, que dis-je : toujours à propos, surtout si une femme est à l'écoute !

- justement… "Parler d'elle" ! C'est ici le grand secret des Hommes, du moins de ceux qui ont tout compris : ils savent bien parler et doivent impérativement, voire exclusivement parler de… la Femme, évidemment ! Et si possible de celle qui se trouve en face d'eux… s'ils ne veulent pas courir rapidement au désastre.

- un Homme propre est un homme attirant ! Oui, disons-le de suite : l'on peut avoir le look du mystérieux baroudeur ou du mauvais garçon (les femmes aiment bien…) mais surtout si l'on utilise un très bon déodorant ou mieux… si l'on sait utiliser un parfum de luxe, discret mais dont la présence sait se faire détecter subtilement… Et puis l'Homme sait très bien que s'il arrive à ses fins, il aura par la suite à faire grandement travailler ses glandes sudoripares… dans l'effort d'un réconfortant coït salvateur !

- Le regard. Oui, l'Homme sait aussi jouer de ses deux yeux (ou d'un seul, si clin d'oeil il y a), non seulement pour admirer la Femme mais aussi pour lui faire instamment savoir qu'il la désire (h)ardemment. "Dévorer et déshabiller du regard" n'est pas une périphrase à la légère, non, l'Homme le fait sciemment et parfaitement à dessein pour bien montrer ce qu'il veut, c'est à dire : vous !

- L'épreuve du restaurant : si l'Homme vous invite et sait vous montrer à quel point il mange posément et proprement, ceci vous donnera de suite une excellente information sur certaines de ses grandes qualités nécessaires lors des préliminaires sexuels… je vous laisse y réfléchir, pas besoin d'un dessin !

- L'Argent ! Oui, les Hommes ont bien compris que le pouvoir du billet était très utile dans bien des cas. Tout simplement parce que les femmes aiment les belles choses et qu'elles attendent qu'on leur fasse de nombreux et somptueux cadeaux ! (n'ai-je pas raison ?!). Et puis, un compte en banque bien garni, ça rassure toujours la femme… c'est l'anti-stress par excellence, presque un anti-rides !


Comme vous le voyez, en traitant le sujet par un brin de dérision et d'humour, l'Homme devient très facile à décrypter s'il montre les facettes de sa séduction par ces quelques petites astuces vieilles comme le monde. Dans tous les cas : "l'Homme doit savoir ce que veut la Femme, s'il la veut !" et généralement il sait capitaliser son investissement de séduction en usant naturellement de ses "atouts de pouvoir", pour le plus grand bonheur de la femme qui se laisse séduire. Mais le pouvoir et la force naturelle, exercée ou simplement montrée, ne suffisent pas. Non, la Femme veut bien plus qu'une démonstration de puissance… il lui faut en effet, de l'immatériel, sous la forme de rêve et d'espoir ! Et cela, l'Homme le sait aussi, c'est pourquoi il doit savoir lui conter des histoires, et surtout savoir celles qu'elle veut entendre.

Le rôle de l'Homme n'est pas simple dans le rapport de séduction avec la femme car celle-ci dispose du choix final, de celui de rentrer dans le jeu ou d'en sortir à tout moment. Aussi, la séduction masculine est un exercice difficile qui demande du temps, de l'intuition et des moyens. Comme les femmes demandent toujours plus, nos pauvres célibataires ont bien du travail pour arriver à leur fin ! Mais nous verrons dans la troisième partie de notre thème que le couple, lui aussi, dispose de ses propres codes de séduction, de ses éléments à décrypter, de ses règles d'Or à bien respecter.

 

Pour l'heure, si vous désirez poursuivre la thématique, notamment si vous avez un problème à me soumettre professionnellement parlant, n'hésitez pas à me contacter, soit via ma bannière ci-dessous, soit plus directement via Téléphone aux 01.73.58.36.36 ou 06.50.75.95.14 (numéros directs non surtaxés). A très bientôt pour tester et améliorer votre pouvoir de séduction !

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Conseil Conjugal
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 17 juin 2013 1 17 /06 /Juin /2013 19:07

en-couple-chez-eux Nos sociétés sont de plus en plus individualistes et font bien évidemment la part belle aux célibataires qui sont comme des poissons dans l'eau lorsqu'ils peuvent néanmoins profiter pleinement de toute la permissivité et de la grande liberté d'action qui s'offrent à eux… Car pour jouir à pleines dents de cette vie de consommation à tout va et de plaisirs faciles, il faut en avoir les moyens, non seulement financiers mais aussi en terme de bonne santé, de temps libre ajustable et d'intégration sociale. Par conséquent, il n'est pas donné à tout le monde de vivre toute sa vie comme un éternel étudiant, libre de son emploi du temps et jet-setter de surcroît… Aussi, à un moment de la vie, l'homme, ou la femme, devenu(e) plus "mature" pour ne pas dire adulte, se pose la question du sens de tout ceci et décide de passer à quelque chose de bien plus responsable ou sérieux mais tout aussi excitant à mettre en oeuvre : la vie à deux, la vie en couple !


Que de changements tout de même ! car vivre à deux ce n'est pas toujours facile, et quelques règles de bon sens et de convivialité s'imposent dès le départ pour commencer du bon pied. Ce n'est pas parce qu'on l'aime, que l'on a tous les droits et que tout est permis, bien au contraire ! J'ai déjà bien disserté sur la question dans mes articles précédents (que je vous conseille de lire) pour laisser entendre qu'il y a toujours un problème de-ci, de-là, à régler quand on est deux sous le même toit, pour ne pas dire sous le même "toi". Car oui, le toi et le moi vont à la fois se confronter et se confondre, en toute convivialité amoureuse (évidemment…). Et, ce n'est pas sans aucune difficulté narcissique que de laisser une part de soi pour mieux partager avec l'autre. Mais cela est nécessaire et indispensable que de savoir faire don pour recevoir, sinon autant rester seul dans son coin à regarder le miroir de son propre nombril. 


Or, une première question primordiale se pose radicalement au nouveau couple : chez qui vivre ? Chez lui, chez elle ? Ailleurs ? En ces temps tumultueux, en ce qui concerne notamment le logement, à moins d'être propriétaire d'un lieu assez spacieux pour y vivre à deux (oui, j'oubliais : ne comptez pas vivre à deux dans le petit studio, ou chez papa maman), il faudra choisir ou chercher plus grand. Mais restons dans l'hypothèse, simple en apparence, où l'un accueille l'autre pour son plus grand plaisir, forcément partagé. Voyons ensemble comment s'organiser sainement pour que chacun reste soi-même tout en étant heureux avec l'autre dans cette osmose que l'on appelle le couple.

 

Déjà, et si cela est possible, que chacun ait son espace dédié pour ses petites affaires… car il n'est pas question de vivre n'importe comment sans ordre et sans que chacun ait la responsabilité de ses propres affaires, cela va de soi. Par exemple, il semble évident que les vêtements, les objets et autres appareils informatiques personnels (ordinateurs, tablettes, smartphones, etc.) soient sous la responsabilité d'usage de celui qui les utilise. Aussi, cela donne des droits et des devoirs : ceux de ranger ses propres affaires où il se doit, et ceux de ne pas toucher à ces mêmes affaires sans permission, si elles ne sont pas à vous. De facto, chacun dispose de ses propres places réservées dans le lieu de vie, de ses objets personnels, et tout n’est ainsi pas dilué dans l'autre… Un couple, ce n'est pas un unique mélange issu du solvant de deux couleurs sur la palette du peintre, ce sont ces mêmes deux couleurs distinctes qui s'ajustent en harmonie sur la même toile pour construire une variation polychrome en parfaite juxtaposition. Il est bon de le souligner avant, pour ne pas avoir une plate uniformité de tons gris dans le paysage final.


Mais, soyons plus réalistes et un peu moins artistiques ! La vie en couple comporte heureusement, et cela est normal, de très bons moments passés à deux, ne serait-ce que pour jouir d'une sexualité sans tabous et la partager en toute confiance, ou bien pour construire un environnement plaisant et sain, ou bien encore tout simplement pour vivre ensemble de bons instants de loisirs. C'est aussi pour partager ce qui est moins facile à vivre ou à faire seul(e), les tâches quotidiennes, souvent répétitives et barbantes (disons-le) doivent être partagées à égalité, car à deux tout est bien plus simple, plus rapide et plus agréable. Dans un autre ordre d'idée, reste aussi une raison plutôt importante : un couple, ça peut avoir des enfants, ou non.

 

Ceci dit, généralement on ne se met pas en couple uniquement pour ne rester qu'à deux indéfiniment… La plupart du temps c'est aussi pour agrandir la famille avec la réelle volonté d'une maternité, du moins pour les jeunes couples puisque pour d'autres il peut déjà y avoir des enfants (en cas de famille recomposée). Alors, nous voyons qu'il y a ici une responsabilité de plus à partager, dans une perspective complexe mais enrichissante, celle de créer une famille au-delà du couple, ou bien celle d'accepter de vivre avec les enfants déjà en présence. Reste aussi l'hypothèse de ne pas vouloir d'enfant(s)… Tout reste à définir et à construire, c'est aussi cela un couple : le choix de vouloir ou non donner la vie.

 

Il va sans dire, qu'avec les nombreux débats actuels sur la famille, quelle que soit la structure envisagée (hétérosexuelle ou homosexuelle), je ne rentrerai pas dans la polémique en cours et je resterai, par saine déontologie, neutre sur ce plan tout en restant ouverte à toute discussion dans le cadre purement professionnel qui m'interpelle et qui me permet de vous aider dans vos choix. Donc, n'hésitez pas à me contacter en cas de problématique de couple à me soumettre, je reste en priorité à votre disposition pour étudier et résoudre avec vous votre situation conjugale, amoureuse et relationnelle avec votre partenaire. Cliquez simplement sur ma bannière web ci-dessous, ou bien contactez-moi directement aux 01.73.58.36.36 ou  06.50.75.95.14 (numéros directs et non surtaxés), à très bientôt et vive le couple pour tous !

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Probleme de couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 16 mars 2013 6 16 /03 /Mars /2013 18:38

 

feminin-masculin-sexe.jpg On me pose très souvent la question suivante : "Je suis en couple et tout va bien, mais j'ai aussi régulièrement des relations extra-conjugales avec d'autres partenaires sexuels, est-ce que cela est grave et est-ce un problème pour mon couple ?"


Répondre simplement à cette question, laquelle est par ailleurs double, n'est pas d'emblée envisageable sans une connaissance approfondie de plusieurs paramètres importants et complexes qui sont spécifiques à chacun des protagonistes et même au-delà… J'aurais effectivement pu dire : "évidemment cela est grave, votre couple est véritablement en grand danger et vous êtes sur une voie qui vous engage sur de terribles problèmes". Mais finalement non, car répondre de cette manière aussi "simpliste et rétrograde" serait une erreur à la fois sur la nature humaine, une erreur sur la "psychologie du couple", ainsi qu'une erreur sur l'évolution des mentalités dans nos sociétés modernes protéiformes. C'est pourquoi cet article sera décliné en trois parties tant la problématique est cruciale pour un bon entendement et un faisceau de réponses adaptées à chaque situation, sous des angles différents de perception.

 

Comme je viens plus ou moins de le signifier, toute problématique d'ordre sexuel est donc une affaire évidemment personnelle et intime, mais aussi une logique à deux (si en relation de couple), et enfin plus globalement une "histoire sociétale" au sens large du terme en une vision plus contextuelle liée à l'environnement des mentalités et pratiques. Dissocier ces trois "poupées russes" qui s'emboîtent et interagissent de concert n'est pas possible, par contre en analyser dans le détail chacune des parties sera ici ma méthode pour mieux comprendre l'ensemble.

 

Par conséquent, en cette Partie 1/3, la question se définit précisément sur notre "rapport" (sans jeu de mots) au sexe d'un point de vue individuel. L'on constate de suite que nous avons tous une "identité sexuelle" spécifique  qui nous caractérise, en terme de notion de plaisir, de pratique sexuelle, d'histoire personnelle face à notre propre sexualité et à celle des autres auxquels nous sommes confrontés directement ou indirectement. Il n'existe pas une seule sexualité "type" ou normalisée, chacun dispose de ses préférences en fonction de son vécu, de ses rencontres, de son enfance et de la période de l'adolescence qui construit le pont vers l'âge adulte en pleine possession de ses moyens sexuels. 


Bien entendu, que nous soyons un homme ou une femme va conditionner fortement notre identité sexuelle de base, avec tous les comportements "habituels" liés à cette identité "de genre", ceci pour la grande majorité de nous. Reste que cette définition d'identité sexuelle masculine ou féminine sera modulée par d'innombrables facteurs qui renforceront ou éloigneront du schéma auquel se rattache ce que l'on attend d'un homme ou d'une femme dans "un absolu médian" d'une identité sexuelle idéalisée. De plus, n'oublions pas que nous avons une certaine part de mixité de genre en nous, un homme possède une part de féminité et inversement. Personne n'est fait d'un seul bloc au niveau du comportement sexuel… il en ira aussi de même des pratiques sexuelles associées. Pour donner un exemple, une femme pourra être dominatrice là où l'on reconnaît que généralement c'est plutôt à l'homme de prendre sexuellement "le dessus" (toujours sans jeu de mots), du moins de prendre "l'initiative"…

 

Alors, qu'en est-il de notre valeur à cette notion de sexe, et notamment à l'importance réelle que l'on veut bien lui donner au quotidien, tant à soi-même (hédonisme), qu'à autrui ? Est-ce réellement tromper que d'aller voir ailleurs ? Que penser du fait d'avoir plusieurs partenaires sexuels alors que l'on est déjà en couple ou en relation forte avec une personne que l'on aime ? Ces questions se rejoignent toutes, elles sont liées par la vision personnelle que chacun a de la valeur du sexe dans sa propre vie, de la notion de plaisir sexuel, à celle de recevoir et de donner, d'où cette notion induite de partage… qui se fait de manière simple ou compliquée, pour les uns et pour les autres.


En effet, pour certaines personnes le sexe reste un thème tabou alors que pour d'autres c'est une activité comme une autre, comme d'aller à la piscine ou faire son jogging quotidien. C'est ici la notion de valeur associée au sexe, d'une certaine manière la façon dont nous gérons notre sexualité dans notre tête, c'est notre éthique du sexe, notre perception de ce que cela nous apporte. De même nous ne sommes pas tous égaux devant nos besoins et notre dépendance au sexe… Certains y pensent sans arrêt et ont des besoins physiques gourmands à satisfaire promptement, d'autres sont beaucoup plus détachés et peuvent même s'en passer sans aucun problème pendant de longues périodes. Par conséquent, l'on constate que tout est une question de besoin personnel et surtout de cette valeur que l'on donne au sexe… elle sera effectivement bien différente d'une personne à l'autre, tant quantitativement (physiquement, le faire plus ou moins…) que qualitativement (mentalement, en tirer une certaine satisfaction, très variable…).

 

Comme nous le voyons, il est déjà très compliqué de définir intégralement et précisément ce que représente vraiment le sexe "individuellement" parlant, avec l'ensemble des paramètres trop brièvement évoqués ci-dessus… alors que dire du couple, si ce n'est qu'il représente à lui seul un mélange dynamique et polymorphe de ces deux "complexes sexuels" identitairement profondément différents ! Et nous ne parlons évidemment "que" de sexe et non d'Amour…

 

Dans le prochain article en partie 2/3, nous verrons comment commencer à apporter des éléments de réponse à notre problématique, et nous verrons que si l'individu est complexe, le couple l'est tout autant… mais pas toujours ! Le couple peut aussi être le facteur simplifiant et forcément unifiant de cette complexité individuelle… avec tout l'éventail des potentialités et des besoins des individus qui le composent !

 

Sur un autre registre, vous savez que vous pouvez me contacter pour toute autre problématique "de couple", n'hésitez pas à me contacter via ma bannière ci-dessous (formulaire de contact) ou bien plus directement par téléphone aux 01.73.58.36.36 ou 06.50.75.95.14, à très bientôt !

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Conseil Conjugal
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 14 février 2013 4 14 /02 /Fév /2013 18:58

 

saint-valentin-2013.jpg Eh oui mesdames, rassurez-vous, votre homme est bien comme tous les autres : il oublie les fêtes, les anniversaires, toutes ces dates qui comptent pour nous les femmes ! Et pire, il ne vous a pas embrassé pour la Saint-Valentin ! Ou bien juste après votre regard interrogateur en se souvenant soudain de la chose !


Que faut-il en penser ? Que les hommes n'ont pas de mémoire… ou bien peut-être une mémoire légèrement sélective ! Dans tous les cas, il faut bien avouer que de notre côté nous n'oublions rien, ni la date de la première rencontre, ni la première nuit avec lui, ni sa date d'anniversaire et encore moins celle du mariage (pour celles qui sont… mariées). Et les petits cadeaux reçus, nous avons une vue parfaitement claire de toutes ces petites choses qui font qu'il nous a dit "je t'aime" sans vraiment prononcer les mots… car l'homme ne le dit jamais vraiment, non il nous le susurre imperceptiblement à l'oreille, la plupart du temps haletant en sueur après nous avoir fait l'amour, c'est sa façon de nous dire combien notre profonde féminité se rappelle à lui en un éclair "orgasmique", autant dire le temps d'un coup de canon !

 

Trêve de petites plaisanteries taquines… on les aime nos hommes, même et surtout avec leurs défauts, car on les connaît bien. Mais ce que nous voudrions messieurs, ce serait de temps en temps un petit "reset" de mémoire, une mise à jour de vos si actives et géniales cellules grises pour vous rappeler au moins de notre anniversaire (pourtant vous le connaissez par coeur, mais il y a quelques fois de l'inertie dans vos neurones !). Il faut dire aussi que nos hommes pensent à beaucoup de choses très importantes en même temps… pas autant que nous les femmes puisque, aux dires des scientifiques, nous sommes capables de gérer plus de 5 tâches simultanément là où les hommes ne préfèrent s'aventurer que sur une seule, voire deux pensées très abstraites, mais jamais à la poubelle à vider ni aux courses à faire d'urgence :-)

 

Non, ne soyons pas dures avec nos maris, nos partenaires, nos amis, voire amants, ce sont tous des gentlemen, sinon nous ne les aurions évidemment pas à nos côtés ! Je ne poserai pas la question qui est dans "l'ère du temps" avec le mariage homosexuel… mais tout de même : deux femmes en couple sont elles encore plus fortes en matière de dates et de mémoire ! Certainement aussi... d'ailleurs j'attends vos réponses pour le certifier ! 


Mais, tout de même, là où nous pensons, les hommes préfèrent agir. Alors soyons respec-tueuses (facile…), surtout aujourd'hui car c'est la Saint-Valentin et ce soir il nous câlinera encore plus, car cela il ne va évidemment pas l'oublier, et nous le savons bien ! Par conséquent, il est sans conséquence qu'il oublie des dates… puisque nous sommes là pour les lui rappeler, et laissons les hommes agir comme ils aiment le faire avec nous, avec amour plutôt qu'avec des mots, avec des moyens d'hommes, avec des pensées d'hommes (humm), avec des manières d'hommes, c'est bien pour cela que nous sommes avec un homme, sinon autant choisir une femme !

 

Comme vous le voyez, j'ai la plume légère aujourd'hui… car ce soir, je sais bien, comme beaucoup d'entre vous qui me lisez, qu'il sera là auprès de moi et qu'il saura me souhaiter à sa manière "Sa Valentine" ! Donc je vous souhaite à toutes et à tous une excellente soirée, du moins si vous êtes en couple. Si ce n'est pas le cas ou bien si vous avez des problèmes de couple : n'hésitez pas à me contacter en cliquant sur ma bannière ci-dessous, pour que vous aussi ne soyez plus seul(e) ou en rupture.


Vive la Saint-Valentin et vive les couples qui s'aiment et se le disent, aujourd'hui c'est le "jour J" (je le répète pour les messieurs qui l'auraient désespérément "oublié").

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Probleme de couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 5 septembre 2012 3 05 /09 /Sep /2012 15:50

persecution-dans-le-couple Qui n'a pas un jour été harcelé(e) par une personne de son entourage ou de sa connaissance, qui n'a pas été exaspéré(e) par des agissements négatifs à répétition ou par des propos dévalorisants en cascade ?

Nous avons tous eu cette mésaventure de rencontrer la "mauvaise personne", d'abord dans un premier temps sympathique et avenante, puis un peu envahissante, ensuite désagréable et autoritaire, puis très vite insupportable et même parfois violente physiquement. Pour autant, il suffit simplement de couper court au plus vite pour ne plus être importuné sérieusement par ce type d'individu que l'on qualifie généralement de "persécuteur" ou de "pervers narcissique". Notons au passage qu'il y a autant de ces individus chez les hommes que chez les femmes, lesquelles ne sont pas en reste, bien au contraire, avec une prime d'hystérie en bonus ! Par contre, le pervers narcissique homme peut véritablement devenir très dangereux au sens physique du terme là où les femmes ne se contentent que de harceler verbalement, ce qui n'est pas non plus très enviable.

 

Le véritable problème qui nous concerne et nous préoccupe aujourd'hui, c'est la persécution au quotidien par son propre conjoint… Dans ce cas l'échappatoire est plus difficile voire impossible et la situation en vase clos est un facteur aggravant qui use assez rapidement celui qui en est victime, lui laissant souvent peu d'énergie pour répliquer ou se rendre pleinement compte de la réelle situation. En effet, comment faire lorsque la persécution a élue domicile et s'exerce à chaque instant sous des formes très diverses, dans le dialogue avilissant, dans les représailles répétitives, sous une constante pression avec une présence oppressante à ses côtés, le tout avec une potentielle violence qui peut éclater et s'abattre sur soi sans crier gare.


Mais le plus paradoxal reste cette incroyable faculté d'adaptation, celle du persécuteur qui arrive à se faire passer cycliquement pour une victime, laissant ainsi perplexe (pour un temps seulement) celui ou celle qui en est réellement victime, c'est bien ce que l'on appelle le "triangle de Karpman" : persécuteur - sauveur - victime. Généralement le persécuteur émet des reproches, qu'il pense légitimes, afin de contrôler l'ensemble de la situation et le processus de ce "cycle", le moindre évènement est ainsi retourné en sa faveur pour en faire un levier d'action, tantôt répressif, tantôt "victimatoire" en passant par une intéressante et non moins surprenante phase intermédiaire de pseudo-résolution où il se place en sauveur de la situation et du couple...


Avec un tel schéma triangulaire tous azimuts, n'importe qui y perdrait son latin, c'est aussi une forme avérée de cyclothymie tournée vers l'autre, le "caractère persécuteur" ayant cette forme polymorphe assez sournoise de mutation en rotation permanente : "persécuteur - sauveur - victime". C'est aussi cet apparent changement d'attitude qui crée une confusion supplémentaire chez la victime, ne sachant plus sur quel pied danser pour sortir du conflit perpétuel, pour ne plus se placer dans le schéma imposé par le persécuteur qui joue la partition et connaît toutes les notes puisqu'il les écrit à la volée. Nous avons ici un deuxième aspect reconnaissable, celui de la manipulation, quelle soit préméditée ou non, elle impose à l'autre non seulement la situation mais aussi le mode de pensée unique, de celui qui est en face et qui a pris le premier rôle dans ce film tragique.

 

Alors que faire si l'on perçoit un début de persécution chez son (ou sa) partenaire ? Dans tous les cas il faut déjà s'en rendre compte et mettre de suite la situation conflictuelle sur la table en ayant une véritable conversation au même niveau, c'est-à-dire ne rien se laisser imposer, ne rien accepter sans un compromis acceptable pour les deux parties, c'est ainsi que fonctionne un vrai couple, même avec ses différences et ses complémentarités, l'un ne doit jamais avoir raison unilatéralement sur une décision qui doit toujours se prendre en commun. Si le dialogue est difficile ou impossible, alors il faut en déterminer les causes, votre partenaire n'est peut-être pas un pervers narcissique mais peut aussi passer une phase difficile, au niveau santé, profession, ou même sexuellement parlant. Effectivement, n'allons pas non plus voir des persécuteurs partout là où il n'y en a pas ! Déjà, analysez bien le problème de couple initial, ensuite voyez si c'est un réel problème ou juste un passage à vide normal (cela arrive dans tous les couples… rassurez-vous !). D'ailleurs nous avons tous une petite part de perversion, elle est même tout à fait normale si elle est bien canalisée, notamment et principalement dans la sexualité qui en est naturellement génératrice et évidemment consommatrice, mais ceci est une autre histoire… car ici la perversion se transmute en plaisir entièrement partagé.

 

Par contre, si votre partenaire ne recherche que le conflit fermé et unilatéral, que ce dernier n'est pas justifié ni argumenté, que vous avez le sentiment qu'il cherche à vous rabaisser et à vous manipuler, alors c'est une situation dîtes "perverse", laquelle ne doit pas entraîner une suite répétitive d'autres situations et actions du même type, sinon vous entrez dans une escalade dangereuse où l'un cherche à prendre tout contrôle sur l'autre et en tire aussi un certain profit malsain ou plaisir maladif au détriment de sa victime… Attention, je vois d'ici certains (ou certaines) d'entre vous qui y verrait un "jeu pervers"… à la limite du sado-masochisme, où l'on a aussi deux positions, celle du dominé et du dominant, dans une certaine mesure cela y ressemble beaucoup, sauf que dans un cas la situation est pleinement assumée et voulue par les deux partenaires pour y prendre du plaisir, alors que dans le cas de la persécution c'est à sens unique... non, ce n'est plus ici un jeu de rôle sexuel désiré mais bien une situation conflictuelle déplaisante qui s'enlise dangereusement.

 

Bien entendu, dans un couple l'on dit souvent que l'un peut "porter la culotte", c'est-à-dire prendre plus d'initiative que son partenaire, c'est une manière imagée de dire que le couple avance, qu'il est porté positivement par des caractères forts et complémentaires qui se sentent "transportés", rien à voir avec la persécution qui n'est porteuse de rien, sauf du malheur de l'un pour un couple en spirale négative…


Si vous avez ce sentiment que vous entrez dans cette spirale destructrice, que vous n'avez plus de dialogues constructifs avec votre conjoint ou que vous retrouvez dans votre couple le schéma que j'ai dressé, alors n'hésitez pas à me contacter pour en discuter et sortir de cette impasse qui peut dégénérer jusqu'à la rupture. Vous pouvez me contacter pour une étude personnalisée en cliquant sur ma bannière ci-dessous ou bien aux numéros suivants: 06.50.75.95.14 ou 01.73.58.36.36 (numéros non surtaxés), je reste à votre disposition pour vous aider à mieux vivre votre couple ou à le sauver: 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 16 août 2012 4 16 /08 /Août /2012 21:16

polyamourDans les années 30, des femmes revendiquaient haut et fort pour la première fois "l'amour libre", dans les années 70 la "libération de la femme" faisait rage de manière plus libertaire encore, mais aujourd'hui, en 2012, les couples modernes scandent avec une ferveur non dissimulée une toute nouvelle révolution et libération amoureuse sous l'appellation de "polyamour" !

Mais qu'est-ce donc que cet amour au pluriel, que ce trublion de polyamour ? Une nouvelle mode "new age" ou bien un réel mode de vie amoureuse ? Serait-ce la fin du couple et de sa forme fusionnelle si apparemment restrictive et contraignante ? Serait-ce la fin de la monogamie occidentale imposée comme seule alternative relationnelle... ou du moins de sa forme traditionnelle pour ne pas dire traditionaliste ?

A ces très intéressantes questions je vais essayer de répondre tout en donnant mon propre avis, de manière totalement objective. Mais tout d'abord, définissons bien le terme et ce qu'il recouvre de sens afin d'en cerner au mieux sa substantifique moelle ! Le mot par lui-même n'ayant pas d'importance particulière quoi qu'assez significatif pour dire qu'il nous donne déjà bien le tempo, nous ne nous attarderons pas longuement sur son apparition durant les années 90 au Royaume-Uni dans un article de presse puis dans une demande officielle d'ajout au dictionnaire (sous sa forme anglaise "polyamory"). Ceci laisserait penser que les anglais seraient, peut-être les initiateurs, du moins les inventeurs du terme...

Comme le laisse entrevoir le mot générique : "poly" signifie plusieurs, et "amour" nous est parfaitement compréhensible ! Ce qui donne donc : "plusieurs amours", ou plus précisément la possibilité que dispose une personne, femme ou homme, d'avoir simultanément plusieurs relations amoureuses assumées et revendiquées pleinement... Attention néanmoins de ne pas confondre avec d'autres notions apparemment proches ou faussement synonymes comme le libertinage ou l'échangisme lesquels ne font appel qu'à l'aspect sexuel de la relation alors que le polyamour dispose d'une dimension plus large en y associant, avant tout et principalement les sentiments amoureux.

Afin de mieux cerner précisément ce type de "pluri-relation", il faut savoir qu'un polyamoureux dispose, d'une part d'une totale liberté d'aimer plusieurs personnes simultanément, c'est ici son droit, mais d'autre part son devoir réciproque est d'être aussi impérativement ouvert et franc vis à vis de son ou de ses partenaires, ceci en assumant et en respectant cet aspect multiple des relations, directes et indirectes. A noter que tout ceci se fait manière totalement franche, naturelle et transparente. Cette multiplicité des relations amoureuses peut donc devenir assez complexe à concevoir ou à organiser, non seulement au niveau purement pratique mais aussi, bien évidemment, au niveau mental, intellectuel, sentimental et... sexuel.

Entrer en relation polyamoureuse c'est donc à la fois faire preuve d'une très grande liberté d'esprit et de moeurs en étant à la fois responsable, lucide et serein sur l'ensemble des relations amoureuses "inclusives", tout en gardant sa propre indépendance, celle-là même qui, "a contrario", est exclusivement captée par la fusion instillée dans un "couple traditionnel". L'on voit parfaitement l'avantage majeur de ne plus être dépendant d'une unique relation fusionnelle, de ne plus être comme attaché(e) à une seule personne, comme "prisonniers à deux" du lien conjugal au sein de l'impérieuse "entité couple". L'on pourrait presque utiliser une image en se disant que le polyamour fait bonne figure de démocratie des sentiments là où le couple se place en implacable position de dictature relationnelle !

Sans faire un éloge exacerbé du polyamour ou des relations amoureuses multiples, il faut bien se rendre compte que nous sommes en présence d'une intéressante alternative au couple traditionnel, d'une évolution des mentalités en matière de relations humaines au sens large en y incluant les sentiments et évidemment la sexualité. Au-delà de la simple relation amicale, puisqu'elle va beaucoup plus loin, cette tendance relationnelle semble avoir de plus en plus d'adeptes mais aussi ses détracteurs acharnés puisque être polyamoureux c'est aussi récuser fermement l'hégémonie du couple, refuser de ne se contenter que d'une relation forte et exclusive à la fois, c'est donc vouloir revendiquer pleinement une liberté et une ouverture d'esprit expiatoire face à un relatif mais bien réel enfermement dans cette institution que représente le couple monolithique.

Le polyamour sera-t-il un jour une norme dans le futur ? Le couple deviendra-t-il la forme préhistorique des sentiments amoureux pour laisser la place à une nouvelle génération plus ouverte, épanouie et diversifiée ? Est-ce la fin des ruptures dificiles en préférant faire évoluer sa dimension sentimentale, en "incluant" plutôt qu'en supprimant brutalement une relation pour n'en choisir qu'une seule autre totalement "exclusive" ? Si vous avez des problèmes de couple, le polyamour peut, dans certains cas, devenir la bouée de sauvetage d'une relation initiale (appelée aussi "primaire" ou primordiale) en y apportant une potentielle solution durable et salutaire.

Pour en discuter ensemble durant une étude personnalisée, n'hésitez-pas à me contacter au 06.50.75.95.14 ou au 01.73.58.36.36 (numéros non surtaxés), vous pouvez aussi cliquer sur ma bannière ci-dessous pour me joindre par e-mail:

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 1 août 2012 3 01 /08 /Août /2012 17:02

expression-des-sentiments_hommes_femmes.jpgLorsque l'on sait que la majorité des séparations des couples a pour cause principale le manque de dialogue conjugal, ou plus précisément le manque d'expression des sentiments de l'homme vis-à-vis de sa compagne, l'on est en droit de se pencher très sérieusement sur le sujet, mais la vraie question reste finalement "le pourquoi" d'une telle situation ou plutôt comment en est-on arrivé à un tel cloisonnement d'expression et de communication entre les hommes et les femmes. Aujourd'hui, avec cette volonté de parité à la fois sociale et professionnelle, nous pouvons légitimement nous interroger sur la réelle évolution des mentalités en la matière et notamment sur l'aspect qualitatif que cela apporte au niveau communicatif "intergenres". 

 

Bien entendu, ne nous trompons pas, la parité n'est qu'un instrument de rééquilibrage de nos sociétés, ce n'est pas un outil adapté au sein du couple pour stimuler la communication, par contre nous pouvons tous nous réjouir que cette parité entraîne une plus grande mixité de la parole dans l'enceinte publique ou professionnelle pour qu'ainsi cela renforce les échanges constructifs entre hommes et femmes, ceci jusqu'au niveau plus intime du couple de manières indirectes par une sorte de phénomène de ricochet bénéfique. De même, restons pragmatiques, les hommes savent parfaitement communiquer avec les femmes en entreprise de sujets techniques ou plus largement de sujets professionnels complexes, par contre ce qu'ils ne savent ou ne veulent pas faire c'est "parler de sentiments", ou bien les exprimer aussi simplement que les femmes s'y engagent, notamment dans le rapport plus intime du couple. Notons d'ailleurs rapidement qu'en entreprise les femmes ont des rôles clefs en matière de sociabilisation du travail et d'harmonie pour une plus grande sérénité professionnelle, voire aussi en matière de productivité…

 

Justement, le rôle de l'homme dans la société, plus historiquement parlant sous l'angle patriarcal qui a perduré, serait à la base de notre réponse. Les schémas traditionnels de l'homme "chef de famille", de l'homme toujours "sécuritaire et fort", de l'homme "géniteur et responsable", seraient à l'origine de cette prévalence à ne pas s'épancher sentimentalement afin de préserver ce statut "masculinisant".  Les hommes se seraient au cours du temps mentalement conditionnés à ne pas exprimer leurs émotions afin de garder le contrôle de la situation, et aussi certainement ne pas alarmer les femmes sur la situation réelle du foyer ou des conditions de vie, lesquelles étaient certainement plus difficiles durant les générations précédentes. La théorie selon laquelle les hommes préserveraient les femmes du danger en écartant tout signe distinctif d'inquiétude dans leur attitude serait aussi significative au niveau de leur comportement, comme si "exprimer un sentiment" était synonyme de perte de contrôle et donc de désordre. Dans un même ordre d'idée, le schéma de "l'homme combattant" implique structurellement de ne pas dévoiler "ses plans" et par conséquent de ne rien laisser paraître, un peu à l'image d'un joueur d'échecs ou de poker durant une partie.

 

Mais attention, "ne pas exprimer" signifie nullement que les hommes "ne veulent pas" ou en sont incapables. La distinction des termes est très importante pour comprendre les mécanismes psychologiques qui engagent ou non le processus d'expression complexe des sentiments. Cette extériorisation, que l'on soit homme ou femme, est une prise de risque, celle de montrer que l'on est réceptif au risque de passer pour trop sensible et d'en être potentiellement impacté ou "touché"… et ici encore une fois l'homme se retrouve dans une situation antinomique où son statut est en équilibre sur un fil entre le "fort et le sensible", le sensible étant pour lui l'expression d'une forme de faiblesse qu'il ne peut que difficilement choisir au risque, inavouable, de se féminiser !

 

Les femmes n'ont évidemment pas ce problème, elles ont su en faire une force, l'émotion et un puissant facteur d'évolution et d'adaptation aux situations. De cette façon, par le dialogue et l'expression non bridée ou bien contrôlée, une femme parvient presque toujours à obtenir ce qu'elle veut. Les hommes y voit d'ailleurs un sixième sens là où finalement il n'y a qu'une grande analyse du contexte par leur sens inné de la communication et leur sensibilité propre à parfaitement capter l'environnement…

 

Heureusement, nous y voici : le mythe de la femme faible, du "sexe faible" pour être plus sémantique, est totalement dépassé de nos jours… et c'est un atout inestimable pour les hommes ! En effet, si les femmes ne sont plus "faibles" et qu'elle savent d'autant plus exprimer leurs sentiments avec force et conviction, c'est donc qu'il n'y a aucun danger mais au contraire une opportunité positive à communiquer pleinement, de manière libérée sans cette pseudo entrave masculine séculaire qui n'a fait que rendre les hommes muets intérieurement face à leurs propres sentiments tout en les privant d'une expression salutaire et bénéfique. Les hommes se sont trop longtemps privés historiquement de l'expression des sentiments vis-à-vis de leur compagne en pensant garder un statut aujourd'hui totalement dépassé. C'est l'évolution de la société et aussi des mentalités qui permettent conjointement cette évolution psychologique majeure. Même s'il est difficile de rompre l'inertie, les hommes doivent savoir que les femmes attendent d'eux une ouverture d'esprit et un engagement plus "fort" de leur part pour communiquer au même niveau qu'elles, ainsi le couple sortira pleinement renforcer là où auparavant il était cloisonné par de stupides "superstitions sociétales". L'homme ne se féminise pas en exprimant ses sentiments à sa compagne, au contraire il en sort renforcé et plus complet dans sa relation.

 

Mesdames, vous avez la lourde charge d'expliquer à vos hommes que, s'ils vous aiment, ils ont le droit et le devoir de vous le dire sans honte. Dans l'intimité du couple l'expression réciproque des sentiments est la clef de voûte de l'union, même si les hommes "sexepriment" à leur façon pour vous prouver qu'ils vous aiment, aidez les à verbaliser leur amour et à casser ce mur du silence qui n'a plus lieu d'être. Si vous avez besoin d'une spécialiste je reste bien évidemment à votre disposition pour vous guider sur ce chemin, n'hésitez pas à me contacter pour "débrider" votre homme afin qu'il vous dise enfin, de vive voix, tout l'amour qu'il vous porte ! 

 

Pour me contacter merci de cliquer sur ma bannière ci-dessous ou de me joindre directement au 06.50.75.95.14 (numéro non surtaxé).

 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Problèmes couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 janvier 2012 2 10 /01 /Jan /2012 20:23

sens_attente_homme-copie-1.jpg Comme à mon habitude, et vous l'aurez parfaitement compris pour qu'il n'y ait pas de jaloux : après les femmes, ce sont les hommes qui nous dévoilent ce qu'ils attendent... des femmes ! Mais la vraie question semble moins dans la notion d'attente que dans la "volonté d'obtenir", les hommes se conjuguent en effet plus avec le verbe "avoir", alors que les femmes sont plus à l'aise avec le verbe "être", lequel est évidemment nettement moins basique, plus proche de l'humain et surtout bien plus complexe à suivre...

 

Donc : "avoir", oui, mais justement avoir quoi ? ou plutôt avoir qui ? Rassurez-vous, la réponse est extrêmement simple: l'homme veut la femme !

 

Mais attention, l'homme ne veut pas n'importe quelle femme, bien sûr que non, il ne désire que celle qu'il s'imagine être "faite pour lui seul", et comme l'homme est aussi un créateur, un constructeur né et un bâtisseur, alors il sait se construire sa "femme idéale", sa fée qui lui donnera tout : d'abord du plaisir (oui, parce qu'un homme est avant tout organiquement un grand jouisseur, ne l'oublions surtout pas), il cherche aussi une sorte de magicienne mystérieuse mais qu'il peut comprendre aisément, une panthère à la fois rebelle mais si possible douce, une femme intelligente mais toutefois réservée et qui ne va pas lui traduire en vers du Shakespeare pendant qu'il regarde la télé, une femme qui a du caractère mais qui ne marche pas sur ses grosses pattes d'ours surtout quand il joue sur son ordinateur, évidemment une belle femme séduisante, à son goût et uniquement "pour lui" mais surtout pas pour les autres (car l'homme n'est pas très partageur, à ne pas oublier aussi !). Bref : les hommes rêvent de la super-woman assise auprès du feu de bois qu'ils ont allumé ou bien allongée sagement sur le lit à les attendre patiemment... c'est simple, clair et limpide, un homme !

 

Mais est-ce véritablement si simple ? si formaté sur un tableau rigide qui tient en trois lignes... si clairement défini ou bien si transparent, un homme ? Non, heureusement, et mon titre y fait d'ailleurs un peu allusion, car d'abord ce que veut un homme c'est du "sensationnel" !

 

Mais qu'est-ce à dire que ce terme... que recouvre exactement ce "sensationnel" multiforme ? Faisons donc une petite liste grisante et bien évidemment "sensationnelle".


L’homme attend de sa femme qu'elle soit :

- la plus belle des femmes de la planète Terre, bien évidemment !

- la plus sexy des amoureuses, et qu'elle en fasse démonstration...

- extrêmement attentive à tous ses "souhaits", même les plus tordus.

- admirative des ses traits de génie, quand il réalise la moindre chose.

- douce mais dynamique en amour, en deux mots une "furie calme"...

- toujours à ses côtés, sauf quand il est très occupé à bricoler ou à jouer.

- d'une très grande compréhension, pour lui dire : "bravo mon chéri !"

- une véritable coach à son service, pour lui ramasser les balles au tennis

- une grande cuisinière, celle qui gagne les plus grands prix culinaires...

- à la fois maitresse, femme accomplie, amie fidèle, assistante, esclave...

 

Faut-il s'insurger ou bien rêver éveillée, les yeux écarquillés, en lisant cette liste ?! Certainement pas, mais nous pouvons sourire car nous aimons nos hommes... Encore une fois ce n'est pas une liste pour le Père Noël, mais j'en entends certaines qui me disent pourtant avoir offert quelques petits jouets de ce style à leur homme ou bien certaines qui essaient encore de s'approcher de ces "volontés sensationnelles", de cet "idéal féminin" totalement rêvé par les hommes. Mais dans la réalité ces rêves ne peuvent que difficilement être atteints durablement, même les hommes le savent bien, alors mesdames ne suivez pas trop cette liste à la lettre, essayerez seulement de temps en temps d'entrer dans la tête de votre homme en sachant très bien ce qu'il veut, dans "l'absolu".

 

Ce n'est pas en exauçant tous les désirs de votre homme que vous le garderez ou même que vous le rendrez finalement heureux, vous n'êtes pas le bon génie de la lampe, cette quête d'absolu de l'idéal féminin n'est qu'une illusion, celle qui consiste à vouloir penser que la femme n'est que l'objet de l'homme, ce n'est pas cette femme qu'il recherche... c'est plutôt cet "obscur objet du désir" qu'il ne pourra jamais atteindre vraiment mais que la femme peut néanmoins de temps en temps lui accorder pour un plaisir partagé, car en toute femme réside une sensationnelle magicienne, les hommes le savent bien, et être en couple est déjà sensationnel en soi!

 

"Là où il y a une femme, il y a de la magie." Ntozake Shange

 

"Vivre est si sensationnel qu'il reste peu de temps pour faire autre chose." Emily Dickinson

 

"Les femmes désirent ce qu'elles aiment, les hommes aiment ce qu'ils désirent." Sacha Guitry

 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 29 novembre 2011 2 29 /11 /Nov /2011 14:55

complexe-de-Cendrillon.jpgLes contes pour enfants ont la part belle chez les psychologues et psychiatres outre-Atlantique et arrivent chez nous sous différentes formes, c'est ce que l'on constate avec cette avalanche de syndromes qui portent des noms comme Peter Pan, Blanche Neige ou bien encore Cendrillon ! Allons-nous bientôt avoir le Complexe d'Atchoum, de Timide ou de Grincheux ?

Pourquoi pas ! Mais trêve de plaisanterie puisque tout ceci reste dans une optique de classification très sérieuse, malgré certaines apparences bien évidemment trompeuses.

 

Il est en effet pratique de distribuer à la volée des noms significatifs qui résonnent dans l'imaginaire collectif et imagent tel ou tel syndrome-complexe, ceci pourrait apparemment simplifier la compréhension de la problématique et lui donner ce petit plus pour mieux le catégoriser dans la myriade de symptômes ou de comportements plus ou moins définis...

 

Justement, il semblerait que l'un de ces syndromes soit un peu plus d'actualité et resurgisse régulièrement dans les conversations des "spécialistes", surtout en période de crise pour nous faire croire que les femmes ont une prédestination à la souffrance ou à la dépendance... c'est : le Syndrome ou "Complexe de Cendrillon". Alors qu'en penser exactement ? Déjà définissons ensemble ce que cache ce fameux Complexe de Cendrillon pour lever le lièvre et mieux l'attraper par la suite, si cela est néanmoins possible, mais espérons alors ne pas être au pays d'Alice...

 

Dans un premier temps souvenons-nous de nos classiques, de ce "conte de fée" qui met en scène une pauvre jeune fille harcelée par ses soeurs, elle doit travailler sans relâche et s'occuper des pires besognes, Cendrillon est victime d'une condition qu'elle accepte, celle d'être en bas de l'échelle sous les ordres d'autrui sans rien avoir à y redire. Mais un jour, par quelques tours de magie voilà que Cendrillon se transforme en belle princesse pour un temps seulement et arrive à séduire le prince charmant par le plus grand des hasards en perdant sa pantoufle... Voici donc ce dont personnellement je me rappelle et certainement qu'ici vous aussi aurez à peu près la même version accélérée de cette histoire... A n'en pas douter il existe des centaines de versions de Cendrillon de part le monde, avec à chaque fois quelques différences fondamentales ou non.

 

Mais que signifie finalement toute cette histoire pour en faire un emblématique syndrome psychanalytique... que devons-nous en déduire, ou plutôt quelles interprétations se faufilent derrière ce conte de fée. Il y a hélas (ou heureusement...) tout autant d'explications que de variétés de cette histoire, mais il en est une qui marque une principale orientation à bien noter : c'est celle de la transformation, de l'évolution de la personne dans un contexte de contrainte. Sans rentrer dans des détails mais juste un peu tout de même, par exemple que la pantoufle de verre serait le don d'une partie de soi (certains y voient ici l'acte sexuel comme approche, avec la pantoufle comme représentation du sexe féminin, ou bien encore de la perte de la virginité), il semble évident qu'il y a ici une signification bien plus globale : celle de la condition de la femme vis à vis de sa famille et des hommes (ou de l'homme désiré via le "prince charmant").

 

Pour en revenir à nos moutons du quotidien, sans pour autant avoir à faire le ménage comme Cendrillon... Ce syndrome met l'accent sur l'interrogation qu'ont les femmes qui travaillent, notamment sur la qualité de leur vie moderne et relationnelle, doivent-elles rester seules à s'assumer, dans des conditions souvent difficiles ou bien chercher un "homme providentiel" pour vivre une histoire d'amour à deux, mais doivent-elles aussi dans ce cas se donner corps et âme pour échapper à la solitude et aux difficultés ? N'y a t'il ici qu'une solution de renoncement à soi-même afin d'échapper à sa propre existence solitaire ou bien au contraire, la condition de la femme peut suivre d'autres chemins sans être invariablement lié au désir de s'unir.

 

L'on voit très bien toute la complexité du problème en passant par un simple conte de fée... le "Complexe de Cendrillon" peut se jouer dans deux sens radicalement opposés et extrêmes : soit les femmes renoncent à toute vie amoureuse pour se démontrer d'abord à elles-mêmes qu'elles sont complètement autonomes et indépendantes des hommes, soit elles renoncent à toute vie sociale et professionnelle afin de se prouver qu'elle savent aimer un homme et s'y dévouer corps et âme "dans le meilleur des Mondes" comme dans un conte de fée... Evidemment dans les deux cas c'est une erreur.

 

Ceci-dit les femmes modernes ont bien cette double interrogation, celle d'exister à part entière en tant que femme active, mais tout en partageant si possible avec un partenaire, c'est une dualité qu'impose notre société, le choix du "dosage de l'ego" en revient à chacune d'entre nous.. dans tous les cas méfions-nous de ces contes de fée qui se terminent trop bien et selon une finalité écrite d'avance, regardons les plutôt autrement pour en définir nos propres options personnelles, nos propres histoires, mais attention de ne pas attendre la toute dernière minute, celle d'après minuit !

   

"Une morale nue apporte de l'ennui ; le conte fait passer le précepte avec lui." Jean de La Fontaine

 

"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe, ce n'est pas sa longueur, mais sa valeur." Sénèque

 

"La beauté, pour le sexe, est un rare trésor. De l'admirer jamais on ne se lasse ; Mais ce qu'on nomme bonne grâce Est sans prix, et vaut mieux encore."  Charles Perrault (Extrait du conte Cendrillon)

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Problèmes couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 novembre 2011 2 01 /11 /Nov /2011 09:31

amour-couple-pouvoir-hommes.jpgIl y a quelques mois j'avais rédigé l'article "L'Amour, le couple, le pouvoir et les Femmes" en suivant l'actualité de prés suite à la nomination d'une femme française à un haut poste "politico-financier" au sein d'une institution internationale très importante... au FMI pour ne pas le citer.


Aujourd'hui, toujours dans cette même trame d'actualité qui s'enchaine assez singulièrement, mon présent article vient donc compléter cette "dualité de genre" du pouvoir, des hommes et des femmes. Il est tout de même fortuit mais aussi tout à fait à propos que cette actualité se prête aujourd'hui si bien à ce thème puisque les rebondissements d'une affaire de police au sein d'un grand palace lillois mêlent apparemment aussi semble-t-il l'ancien dirigeant du FMI dont tout le monde connait le nom ainsi que "l'autre affaire", celle-ci située à New York...

 

Alors pourquoi prendre aujourd'hui ce fil conducteur pour rédiger cet article ? Pourquoi prendre en exemple un cas particulier qui n'est pas, semble-t-il, pour autant à généraliser?

 

Le Pouvoir et les hommes... voici le cocktail détonnant dont l'alchimie a su paver l'Histoire du Monde afin d'en construire des états ou d'en détruire d'autres, afin d'influer sur des décisions à l'échelle de continents ou bien plus trivialement et plus simplement à notre niveau pour interférer dans nos vies de tous les jours. Les "affaires" dont je fais référence en demi-teinte reflètent bien l'intrication du Pouvoir, des hommes et d'un troisième élément fortement catalyseur : le Sexe... voilà enfin le point convergeant, si j'ose dire, celui qui nous donne le vrai fin mot de l'histoire pour enchainer plus en avant.

 

Evidemment l'on ne parle pas de "pouvoir masculin" sans évoquer ce fameux "sexe fort" et par conséquent y associer directement les relations purement sexuelles entre les hommes et les femmes, c'est ici un paradoxe puisque nous avions vu précédemment que les femmes avaient aussi plus souvent qu'on ne le croit ce véritable pouvoir de décision (du "sexe faible" ), celui de dire oui ou non à un homme, celui de lui accorder son corps et son esprit, et ainsi transformer la simple relation en une relation (sexuelle et amoureuse) au sein d'un couple constitué.

 

Que dire alors de cet autre paradoxe, celui qu'ont les "hommes de pouvoir", normalement des hommes responsables, de ne justement pas pouvoir se passer d'exercer sur les femmes cette fausse autorité qui force, qui oblige, disons le franchement, qui outrepasse le droit, voire qui peut aboutir à l'acte violent ou bien plus grave, au viol. Le pouvoir de certains hommes engendrerait-il un excès de "pouvoir sexuel" sur les femmes ? Les hommes seraient-ils tous potentiellement en abus de pouvoir (sexuel) faute d'en avoir trop à un moment de leur vie ou dans leurs activités ?

 

Les réponses sont sensibles, compliquées et difficiles à cerner mais il semble néanmoins évident que nos sociétés occidentales ont su prendre la mesure de la situation et toute l'étendue de ce rapport de force hommes-femmes, notamment grâce à la relativement nouvelle notion de parité dans le travail ou dans les postes importants.

 

Bien entendu cette parité voulue et désirée dans les textes, n'est autre que le rétablissement d'un juste équilibre de pouvoir entre les hommes et les femmes, cette parité n'en est encore qu'à ses premiers balbutiements, l'application d'une parité réelle sera certainement un long périple. Et justement, que dire de la parité dans le couple ? D'ailleurs est-elle possible sans entrainer une confusion des genres ? De plus, n'est-ce pas là une difficulté supplémentaire pour vivre en couple ou bien au contraire est-ce une véritable aubaine pour réconcilier les hommes et les femmes dans une relation plus harmonieuse, plus respectueuse et sereine ?

 

En partant d'un "simple fait divers" d'actualité, les notions de couple, d'amour, de pouvoir et de sexe peuvent ressurgir en pleine lumière et nous montrer toute la face cachée de la réalité des relations complexes entre les hommes et les femmes. C'est en analysant cette actualité bien réelle que nous pouvons avancer pour résoudre des problèmes de couple au quotidien, c'est aussi en émettant des avis critiques sur cette actualité et en proposant des solutions que nous pouvons faire bouger les choses positivement tant pour les femmes que pour les hommes puisque la relation amoureuse ne peut se réaliser que conjointement de manière équilibrée dans la répartition du pouvoir de chacun, dans ce partage qui engendre la relation.

 

Dans tous les cas ni la force, ni la violence ou l'intimidation ne peuvent construire de bonnes relations entre les hommes et les femmes, la définition du mot "Amour" en dépend, et dans l'amour il y a le don volontaire et réciproque de soi à l'autre.

 

Ceux qui croient que le pouvoir est amusant confondent "pouvoir" et "abus de pouvoir".  André Malraux

 

"A tout être humain ont été concédées deux qualités : le pouvoir et le don. Le pouvoir conduit l'homme à la rencontre de son destin ; le don l'oblige à partager avec les autres ce qu'il y a de meilleur en lui."  Paulo Coelho

 

"Le fractionnement du pouvoir est la plus sûre manière d'en empêcher l'abus."  Maurice Druon

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 12 juillet 2011 2 12 /07 /Juil /2011 12:16

l-amour_le_pouvoir_les_femmes.jpgLe sujet de cet article semble parfaitement d'actualité avec certaines nominations de femmes à de hauts postes sur des institutions internationales ou bien encore de femmes qui se présentent en qualité de présidentiables en France et à l'étranger.

 

Mais qu'en est-t-il réellement de cette relation entre les femmes et le monde du pouvoir, lequel reste majoritairement encore un territoire gardé par les hommes... qu'en est-t-il de la définition même du pouvoir vu par les femmes, ou bien encore de la notion de "pouvoir féminin" dans notre société mais aussi dans nos relations plus intimes au sein du couple, entre hommes et femmes. En amour qui prend le pouvoir ou qui ose encore le revendiquer ?

 

A ces questions très importantes, lesquelles définissent un véritable mode de vie moderne, il convient tout d'abord de relativiser ce fameux "pouvoir" et certainement qu'ici nous avons un besoin utile d'expliquer plus avant ce terme mystérieux qui veut finalement tout et rien dire...

 

Qu'est-ce que le pouvoir sinon le fait de disposer d'une volonté d'action sur autrui ou contre autrui, et de penser sans tenir compte de l'autre. Le pouvoir est donc une forme d'aliénation ou de soumission de l'autre pour son propre compte. Pour élargir le sens du terme nous dirons que le pouvoir c'est donc "pouvoir faire" selon ses propres choix.

 

Evidemment il existe plusieurs types de "pouvoirs", nous connaissons bien ceux que l'on nous assène chaque jour dans les médias, celui du Pouvoir de l'Etat, du Pouvoir Politique, du Pouvoir de la Banque Centrale Européenne, du Pouvoir du FMI ou bien celui des Multinationales... Mais ne nous éloignons pas pour naviguer en trop haute sphère, et restons sur ce que l'on peut appeler le "Pouvoir Féminin". Oui les Femmes disposent depuis toujours de ce pouvoir, notamment sur les hommes, celui de les séduire, c'est d'ailleurs ce que beaucoup de doctrines (religieuses ou philosophiques) reprochent à la femme, ce pouvoir de séduction naturel n'a en effet jamais réellement été accepté par les hommes, ils le subissent et des fois en sont esclaves (certaines affaires récentes le prouvent).

 

Alors qu'en est-il réellement des femmes et du pouvoir, devons nous justement voir dans cette séduction naturelle un frein au pouvoir réel par réaction ou sur-protection des hommes ? Historiquement les femmes ont toujours été plus ou moins écartées du "pouvoir visible", mais les historiens savent parfaitement que le rôle des femmes dans l'Histoire a été déterminant car bien souvent ce sont elles qui guident et conseillent le souverain ou le roi, bien souvent ce sont aussi elles qui orientent les politiques.

 

N'ayons pas peur des mots en annonçant que dans le couple c'est aussi très souvent la femme qui oriente les décisions importantes du ménage... alors n'y a t-il pas ici un véritable pouvoir de la femme au sein du foyer ? De même en amour le dicton suivant en dit long : "l'homme propose, la femme dispose" ! Oui, la femme dispose de la décision finale de choisir... n'est-ce pas ici la définition même du pouvoir que celui de choisir à sa guise ? Pourtant on a encore l'habitude de dire des femmes qu'elles sont "le sexe faible" !

 

Dresser un tableau aussi simpliste et bilatéral de cette notion du pouvoir, et surtout vouloir dresser les hommes et les femmes les uns contre les autres serait une grave erreur car dans la réalité d'aujourd'hui c'est effectivement devenu un faux débat que de les opposer de la sorte. Nous savons bien que dans un couple harmonieux le pouvoir se doit d'être partagé et "discuté", un pouvoir sans partage au sein du couple entrainerait une position dominante d'un des partenaires sur l'autre et cette situation serait non seulement intolérable mais, osons les mots : dictatoriale, insoutenable et carcérale.

 

Depuis que les femmes ont su légitimement revendiquer leur droit au travail dans nos sociétés modernes dés les années 70 et ainsi acquérir une réelle autonomie, la parité est devenu progressivement de mise, ainsi le pouvoir n'est plus en théorie accaparé uniquement par les hommes, notamment dans les milieux professionnels. Mais dans la pratique il reste encore bien du chemin pour que le monde soit équitable à tous les niveaux envers les femmes, et hélas dans de nombreux pays la condition féminine est tristement assimilée à celle d'animal de compagnie pour l'homme, sous la violence et l'enfermement.

 

Hommes et Femmes savent qu'ils sont parfaitement complémentaires sur bien des points, cela est une certitude qu'ils sont plus forts à deux qu'isolément sans dialogue ou réciprocité, il n'est plus possible de nos jours de ne pas vouloir admettre que le pouvoir dans le couple se partage aisément en fonction des compétences de chacun et que c'est justement l'équilibre de cette répartition des pouvoirs qui permet une vie harmonieuse en commun. Savoir partager c'est aussi donner de l'autonomie et d'une certaine façon donner du pouvoir à l'autre, c'est une excellente preuve d'amour et de confiance que de réaliser à deux selon un partage du pouvoir, dans le couple le roi et la reine règnent à deux et marchent ensemble dans la même direction.

 

 

"Appeler les femmes - le sexe faible - est une diffamation ; c'est l'injustice de l'homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l'humanité, l'avenir appartient aux femmes." Gandhi

 

"La majorité des femmes mariées se plaignent de leur mari. La majorité des femmes non mariées se plaignent de ne pas avoir de mari. Donc le problème c'est pas le mari c'est la femme." Christine van Berchem

 

"Une femme, une vraie femme, c'est une femme avant tout qui n'est pas féministe." Sacha Guitry

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Problèmes couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 juin 2011 2 14 /06 /Juin /2011 11:03

communication_probleme_parite_couple.jpgA l 'approche du BAC Philo nous sommes dans l'obligation de constater que la plupart de mes articles consacrés au couple mettent l'accent sur ce facteur majeur de la relation qui passe à chaque fois par la case "communication", mais qu'en est-il plus précisément du phénomène plus subtil de l'attente de communication, de sa qualité et de ses répercussions, tant du côté des femmes que de celui des hommes, sont-ils égaux ou bien perçoivent-ils cette attente de paroles de la même façon, en deux mots : y a t'il une réelle parité dans la communication homme-femme ?

 

Paradoxalement, c'est en attendant qu'une personne rentre en contact avec nous que nous nous apercevons que celle-ci nous manque réellement, cette sensation est la même que celle que nous avons face à la disparition d'un être aimé ou à celle de l'éloignement. En effet ne craint-on pas incidemment la perte ou la rupture dès lors que nous n'avons plus de nouvelles de l'être aimé, cette sensation un tant soit peu douloureuse mais pourtant si nécessaire nous fait prendre réellement conscience à quel point la personne chérie est importante et compte au quotidien, notamment dans la vie ou la relation de couple.

 

Pas besoin d'entrer dans les détails de cette sensation de "manque", tout le monde l'a vécu un jour, mais pour définir plus en avant ce que représente exactement ce manque alors on a le droit de l'associer au besoin d'aimer et à la nécessité d'être aimé en retour. La communication entre un homme et une femme qui s'aiment n'est autre que l'expression de cette volonté de remplir l'espace de communication quotidien afin qu'il n'y ait justement pas apparition de cette douleur de manque de l'autre mais au contraire un plaisir d'échanges afin d'être "comblé(e)".

 

La communication dans le couple ou dans la relation qui tend à former ultérieurement le couple n'est autre que le ciment de la relation sans lequel rien ne serait possible par la suite. pas d'amour physique sans communication préalable et continue, pas de projets en commun sans communication interactive ou pro-active, pas d'avenir du couple sans cette proximité du langage à travers une communication de qualité définie et acceptée pleinement dans le couple.

 

Mais cette communication, et nous l'avons déjà vu, n'est pas forcément synchrone entre les hommes et les femmes, quelques disparités spécifiques en font justement leur particularisme... par contre, l'attente ou le manque de communication ne sont pas ressentis si différemment selon que l'on soit une femme ou un homme. Devons-nous voir dans cette désynchronisation des genres un "défaut de parité" ou bien simplement une différence qui empêche nullement une "certaine égalité" ?

 

Il est fondamental de bien comprendre que les hommes et les femmes, même s'ils éprouvent le même besoin de communiquer, n'ont pas la même perception ou intentionnalité au niveau de leur comportement communiquant. Pour mieux le comprendre voici quelques exemples de ce que pensent généralement les femmes :

 

- parler avec lui me rassure et fait battre mon cœur

- si je n'ai pas de nouvelles je suis inquiète et stressée

- je sais s'il est bien avec moi en discutant avec lui

- je pense qu'il m'a quitté si je n'ai plus de nouvelles

- il m'appelle souvent, c'est qu'il m'aime beaucoup

- je ne peux m'empêcher de lui envoyer un sms


Force est de constater que pour les femmes la communication et la vie sont intimement imbriquées dans la parole ou "le message" en terme de représentation de l'amour porté et reçu, c'est une perception très forte qui peut aussi devenir une souffrance s'il y a rupture ou trop longue attente. Pour les hommes la communication est axée différemment mais ressentie tout aussi pleinement :

 

 

- je la vois souvent, sa présence est un vrai délice

- quand je ne la vois pas je suis nerveux et maussade

- je sais si elle est bien lorsque je lui fais l'amour

- elle ne veut plus que je la touche, elle ne m'aime plus

- nous faisons l'amour souvent, elle m'adore et moi aussi

- je ne peux pas m'empêcher de la voir ou de la toucher

 

Et oui mesdames, les hommes parlent avec les mains et les yeux ! Bien souvent la communication de couple qui cimente l'amour passe par l'acte dans la tête des hommes, ils ont besoin de vous voir, ils ont besoin de toucher la réalité de leur femme, d'une certaine façon ils communiquent leur amour directement dans l'action et moins dans les mots, ils préfèrent voir que dire, ils préfèrent faire l'amour plutôt que d'entendre qu'ils sont aimés... Evidemment quand Hommes et Femmes disent et font ce qu'ils disent alors tout va pour le mieux, les uns sont heureux de faire l'amour et les autres d'entendre qu'ils sont aimés !

 

D'une certaine façon il est très rassurant de constater qu'hommes et femmes ont bien deux modes complémentaires de communication (non exclusifs...), là où les femmes veulent entendre de belles preuves d'amour par des paroles sincères et répétées, les hommes désirent ces mêmes preuves par des actes d'amour torrides et (évidemment) répétés. Homme et femmes ne sont pas si différents, ils désirent chacun l'Amour dans la relation, chacun à leur manière ils l'exprimeront, le demanderont, et l'obtiendront.

 

Si les hommes agissaient comme les femmes alors ils n'en finiraient plus de parler d'amour sans jamais le faire, ce serait un idéal bien platonique, trop dans les nuages... et si les femmes agissaient comme les hommes alors l'amour perdrait toute son aura de sensibilité et d'attachement pour ne rester que dans l'acte animal, ce ne serait qu'une descente aux enfers, uniquement orgasmique. Le juste milieu est ainsi respecté, entre la parole et l'acte, il y a aussi la compréhension de l'autre, et c'est pour cette raison que rien n'est simple en Amour car la parité existe mais sous la forme complexe de la complémentarité des genres !

 

 

"Comment l'homme et la femme pourraient-ils se comprendre ? Car en fait tous deux souhaitent des choses différentes : l'homme, la femme et la femme, l'homme." Frigyes Karinthy

 

"L'homme commence par aimer l'amour et finit par aimer une femme. La femme commence par aimer un homme et finit par aimer l'amour." Rémy de Gourmont

 

"Le plaisir, sa recherche comme son refus, préoccupe également l'homme et la femme." Henri Barte

 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Problèmes couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 3 mai 2011 2 03 /05 /Mai /2011 09:29

Prince_charmant_mariage_royal.jpgAvec ce titre très évocateur pour tous ceux qui, parmi les deux milliards de spectateurs, auraient suivi tant soit peu le fameux mariage princier britannique entre William et Kate, nous voici effectivement dans le dernier des contes de fée modernes, une sorte de rêve éveillé à l'échelle planétaire, véhiculé par tous les médias existants, commenté par des millions de personnes avides de sensationnel et d'images colorées en rouge et or massif...

 

Justement, cet évènement bien réel reprend toutes les ficelles de l'émerveillement lié au conte de fée pour enfants, pourtant ce sont bien des adultes qui ont "en fin de compte" été ferrés par cette histoire royale assez grand-guignolesque par tant de faste traditionnel et de démesure auxquels il est difficile non seulement d'échapper mais aussi d'admirer le génie de la couronne d'Angleterre pour mettre en scène ce qui n'est finalement qu'un... mariage et non le retour du christ sur la Terre, lequel n'aurait certainement pas réalisé une telle audience TV !

 

Alors que penser réellement de tout ceci ? Oui après coup, à froid, que penser de cette envolée des âmes pour une manifestation qui n'est que la démonstration publique d'un rituel monarchique élitiste, richissime et fermé... Comment aborder ce paradoxe que tant de personnes puissent encore rêver les yeux ouverts devant cette débauche de moyens financiers et humains aux ordres de quelques-uns... n'est-ce pas là le plus bel exemple de ce paradoxe et de toute la complexité humaine qui cherche à s'approprier (même seulement par l'image) un peu du rêve et de la richesse d'autrui par média ou par personnes interposées.

 

Chacun de nous a, un jour ou l'autre, lu le récit d'un conte de fée, celui du beau prince charmant et de la jolie princesse, vous savez : le récit qui se termine par "Et ils vécurent heureux et ils eurent beaucoup d'enfants". Et bien, c'est cet archétype mental primaire qui ressurgit ici à l'échelle mondiale, deux milliards de doux rêveurs qui en oublient un temps les crises sociales et les méfaits de la mondialisation via cet évènement justement relayé sur l'ensemble de la planète, jusqu'au bout de l'antarctique chez les esquimaux ou dans les tribus amazoniennes devant leur poste de télévision apporté par "la Civilisation".

 

Ne soyons pas non plus trop critiques voire même un peu méchants devant tant d'insouciance généralisée et faussement partagée, nous avons tous le droit de revendiquer ce même statut royal un jour, car chacun trouve effectivement un jour ou l'autre son prince ou sa princesse (en espérant qu'il ou elle soit charmante au quotidien), ce moment inoubliable où les regards se croisent et se comprennent, cet instant magique qui fait battre les cœurs plus fort, c'est souvent tout simplement ainsi que se forment les couples, sur la représentation amoureuse que l'on se fait de celui ou de celle avec qui l'on veut partager, soit un moment soit une grande partie de sa vie, et même pour certains la vie entière.

 

L'Amour véritable reste un grand mystère, avec ses propres légendes personnelles et ses histoires féeriques inventées ou réécrites, laissons donc tous ces rêveurs chercher et surtout trouver l'âme sœur convoitée, peut-être la trouveront-ils et pourront-ils alors remercier William et Kate de leur avoir montré l'exemple, un exemple néanmoins très ostentatoire, exagéré et typiquement orchestré pour la forme, pas très intime tout de même de partager ce moment avec autant d'inconnus... Mais ne soyons pas chauvins : "God save the Queen !"

   

"Le féminisme, c'est ne pas compter sur le Prince Charmant." Jules Renard

 

"Le prince charmant éternel a fait trop de mal, c'est un concept poussiéreux." Marie-Ange Guillaume

 

"Elles attendent le Prince Charmant, ce concept publicitaire débile qui fabrique des déçues, des futures vieilles filles, des aigries en quête d'absolu, alors que seul un homme imparfait peut les rendre heureuses." Frédéric Beigbeder

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 12 avril 2011 2 12 /04 /Avr /2011 11:14

comment se retrouver partage aimer comprendreL'abandon au plaisir dans un début d'histoire c'est bien souvent une affaire de femme, il est plus rare de voir un homme s'abandonner, pour autant les femmes se mettent en danger quand elles ne sont pas accueillies, les hommes se sentent alors envahis, impuissants et prennent la fuite.


Alors comment se retrouver et se comprendre, comment nous comporter dans un début d'histoire lorsque nous sommes charmées, troublées, séduites ?

 

Avant toute chose j'aimerai rassurer toutes ces femmes qui se remettent en cause, se culpabilisent et s'imaginent que ce sont elles qui ne sont pas ou plus désirées. Rappelez-vous le regard qu'il portait sur vous ce soir-là, les mots murmurés au creux de votre oreille, cet homme vous donnait il l'impression de ne pas vous désirer ?

 

Si un homme part avant même d'avoir commencé ce n'est pas une histoire de désir mais une histoire d'impuissance.


Alors même que nous sommes nous les femmes dithyrambiques sur le sujet que nous pouvons exprimer ce que nous désirons, sachez que si les hommes ne peuvent nous donner ce que nous souhaitons ils ne savent que rarement l'expliquer avec des mots alors en gage, "ils dé-gagent" et nous offrent pour vacarme un silence bruyant et fuyant.

 

Mais je ne veux aucunement par cet aveu condamner les hommes, et tous les hommes, simplement si certains comprennent en me lisant qu'une femme préfère entendre plutôt que de chercher à décrypter les non-dits peut être alors que les départs seraient plus constructifs tant pour celui qui s'éloigne que pour celui qui reste.

 

Comment peut on expliquer que tant d'hommes et de femmes se cherchent sans jamais se trouver, on me parle bien souvent de peur de l'engagement, mais avant même de s'engager il faut se trouver non ? et même se trouver devient terriblement compliqué au point même que pour nous y aider on nous propose des critères de plus en plus précis et affinés, comme si se plaire résultait d'une infinité de détails minutieusement déclinés. Et chacun inlassablement se cherche, je rends hommage à Michel Polnareff  ce précurseur qui en composant "Goodbye Marylou" en 1989 ne savait pas qu'en faisant l'apologie de sa  propre solitude il mettrait en exergue 22 ans plus tard l'errance d'une société qui se cherche et qui manque cruellement d'amour.

 

 

 

 

Que cherchons nous aujourd'hui à partager, à vivre ? Sommes nous capables, hommes et femmes, de partager encore aujourd'hui des projets quand la société nous fait l'apologie des plaisirs fugaces et solitaires ? Que nous propose la société quand on voit tous ces hommes et ces femmes se désirer derrière un écran et qui dans la réalité se trouve face à un écran de fumée, chacun paralysés par ses peurs et non choix, par ses doutes et ses angoisses.

 

S'il faut se réjouir aujourd'hui de ne plus avoir à porter le poids des convenances que nous imposait fermement la société en son temps, que nous propose-t-elle aujourd'hui ? à quoi se référer, quoi et comment construire ?

 

Mesdames, Mesdemoiselles, à vous mes filles, aux générations porteuses d'espoir pour l'avenir, gardez en vous précieusement vos rêves et vos croyances, brisez les écrans, la virtualité, le chacun pour soi, soyez vivantes dans la vraie vie, l'amour saura le moment venu vous envelopper de son aura bienveillante.

 

Et vous les hommes, sachez exprimer votre amour, le clamer haut et fort à celles qui font vibrer votre coeur, engager le dialogue avec une femme c'est vous engager en retour pour vous reconnaitre et vous unir durablement, ne fuyez plus ce que vous recherchez et désirez, il faut savoir se dépasser pour trouver l'amour.

 

Par ces quelques mots je veux surtout rendre hommage à ces femmes qui se cherchent et désirent encore éprouver et s'émouvoir, à ces jeunes adolescentes pleines de rêves de croyances et d'espoir, il vous faudra vous confronter à la fuite, au silence et au non-dit de certains hommes avant de rencontrer celui qui ne voudra plus jamais lâcher votre main alors regardez devant vous et laissez derrière les impuissants qui ont perdu le sens de la parole mais vous rendent celui de l'honneur.

 

"l'amour n'est pas seulement un sentiment, il est aussi un art."  Honoré de Balzac

 

"L'harmonie la plus douce est le son de la voix de celle que l'on aime." Jean de la Bruyère

 

"Je t'aime non seulement pour ce que tu es mais pour ce que je suis quand nous sommes ensemble." Roy Croft

 

 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Hommes-Femmes - Communauté : Problèmes couple
Voir les 0 commentaires

votre Etude Gratuite :

Recommander

Mon site :

Syndication

  • Flux RSS des articles

video sauver son couple:

ouvrir video en PC & MAC
Pour votre couple cliquez ici

 

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés