Blog France-Emmanuelle

Profil

France-Emmanuelle vue sur le Web:

France-Emmanuelle vous informe

Si vous êtes sur mon blog c'est probablement que vous rencontrez un problème au sein de votre couple, vous cherchez une solution ?

Sexualité

Lundi 22 juillet 2013 1 22 /07 /Juil /2013 14:02

tentation-infidelite-trahison.jpg En cette période estivale, que je vous souhaite agréable, c'est le moment de bien se relaxer en vacances, de ne plus trop penser aux problèmes et de se changer les idées afin de rompre avec la routine du travail du reste de l'année. Le beau temps est de la partie, les esprits sont indolents tout comme les corps sont réceptifs à la chaleur ambiante mais aussi en quête d'excitation à la vue de la chair se dénudant au soleil. Vous l'aurez compris, nous sommes en pleine saison propice à la communication amoureuse et au sexe libéré de ses contraintes quotidiennes !


Les célibataires sont bien à la fête, puisqu'ils peuvent "chasser" à loisir, les vacances engagent naturellement à ce "sport" généralement masculin, mais attention aux femmes qui n'ont pas le dernier mot et savent aussi se rendre plus désirables encore qu'à l'accoutumée, tant les formes féminines sont mises à l'épreuve des regards et des convoitises… elles savent parfaitement jouer aussi de leur côté pour attirer irrémédiablement l'oeil de l'homme et fortement susciter son envie ainsi que son désir sexuel. 


Je ferai un petit aparté pour signaler, ou plutôt rappeler à mes lectrices assidues, que les hommes sont toujours à l'affût, sans arrêt en demande visuelle pour aller plus loin au niveau de tous leurs sens, et évidemment pour franchir la ligne blanche du "toucher"… donc à vous de voir si vous êtes libres pour les jeux de l'amour ou bien si vous préférez garder un oeil sur votre partenaire habituel, ce serait bien plus raisonnable, avisé et sage !

 

Pour les messieurs, je dirais simplement que les femmes savent pertinemment que vos hormones vous jouent plus de tours que vous ne pouvez le penser en période estivale, et donc elles sont sur leurs gardes à double titre : pour éviter les abus incontrôlés afin de modérer les ardeurs non désirées. Cela vaut pour celles qui sont déjà en couple, ou bien non accompagnées. Attention en effet, les femmes célibataires "libres" ne le sont pas systématiquement à toute approche… et les femmes en couple veillent assidûment sur leurs hommes (d'ailleurs elles savent qu'elles doivent "s'en occuper" plus qu'à l'habitude, si vous voyez ce que je veux dire !).


Notons enfin que la part de tentation peut aussi toucher les femmes, plus qu'on ne le croit… car le privilège de "chasser" les célibataires n'est évidemment pas un monopole masculin ! Ceci dit, attention aux abus, pour celles qui cherchent l'amour, ce n''est pas en multipliant les conquêtes purement sexuelles que vous trouverez celui qui vous convient pour vivre en couple. Ne jamais confondre "plaisir rapide" et "amour durable", même si les deux semblent parfaitement faire bon ménage, c'est une parfaite illusion d'optique ! Mais vous le savez bien.

 

Passons maintenant aux choses sérieuses. Comme je l'ai plus ou moins dit, la période estivale est un moment de grand risque pour les femmes en couple. Elles peuvent être sollicitées par d'autres hommes et doivent en plus surveiller le leur… Que de travail mental pour se libérer de cette charge supplémentaire ! Finalement les vacances ce n'est pas de tout repos pour une femme avertie qui connaît tous les dangers. Mais la vraie question est la suivante : en cas d'infidélité, que faire, comment réagir ?


Personne n'est à l'abri d'une très forte pulsion sexuelle associée à un "concours de circonstances", lesquels en duo font que l'on s'écarte un instant des longues promesses et du droit chemin du pacte de fidélité conjugale (si néanmoins on l'a "signé" ou si l’on s'est engagé clairement). Alors que faire et qu'en penser ? Car c'est avant qu'il faut y penser, et à deux pour bien mettre à plat les exigences de chacun en matière de fidélité. Car il existe plusieurs façons de considérer la Fidélité qui est un mot (j'allais dire "trompeur") qui ressemble à celui de "Liberté" (ou plutôt à une limite de Liberté individuelle en étant en couple…). Que les choses soient claires avant, et même par la suite s'il y a "incident", alors cela sera "a priori" de moindre conséquence.


Les couples modernes, ayant des idées assez ouvertes sur la sexualité, et qui ont en plus l'intelligence d'aborder le sujet, savent se prémunir des inconvénients de l'infidélité en anticipant la meilleure réponse adéquate. Évidemment, une telle démarche engage chacun et demande une confiance réciproque sans faille afin de respecter la parole donnée. Par exemple celle de tout se dire, ou bien de s'engager à rester fidèle à 100%, ou bien encore s'accorder le droit d'infidélité "passagère"… Attention, je ne préconise aucunement tel ou tel point de vue ! Non, par contre je cautionne toute entente du couple sur ce point, ainsi que sur ce respect des engagements, quels qu'ils soient. Ainsi, "un couple prévenu en vaut deux" et sait pardonner ou anticiper et résoudre plus facilement les crises !


Mais hélas, il existe des situations où les couples n'ont pas eu le temps de discuter du sujet ou bien ont eu une confiance aveugle en leurs propres forces face à d'éventuels évènements qui aboutissent à une infidélité avérée, voulue ou subie. Dans ce cas, il est très difficile d'envisager un dialogue à deux "a posteriori", et le couple peut alors tomber de haut s'il n'a pas les ressources de surmonter la crise. Dans une telle situation, je propose mon aide en qualité de professionnelle des problèmes de couple pour sortir de l'impasse et éviter une rupture, voire envisager un retour de l'être aimé si celui-ci est parti suite à une infidélité.

 

N'hésitez pas à me contacter si vous êtes dans cette situation, en cliquant sur ma bannière web ci-dessous ou bien par téléphone aux 01.73.58.36.36 ou 06.50.75.95.14 (numéros directs non surtaxés). Bonnes vacances et vive l'amour en parfaite entente !

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 15 mai 2013 3 15 /05 /Mai /2013 19:36

feminin-masculin-sexe3-copie-1.jpg

Lors de mes deux précédents articles (ici : 1/3 & 2/3) nous avions globalement vu que la sexualité se construit d'une certaine façon sous forme de plusieurs strates superposables (complémentaires, opposées ou harmoniques), d'une part celle de l'individu, lequel oscillera entre ses désirs profondément enfouis dans son inconscient et ses divers choix réellement possibles dans son environnement quotidien (choix acceptés ou bien subis), mais aussi que l'individu n'étant qu'une seule moitié d'un couple, il aura bien évidemment aussi à composer ou à se redéfinir complètement ou partiellement au sein de cette entité duale. Il devra savoir donner pour recevoir ce qu'il est lui-même capable de se générer (du plaisir / onanisme) mais surtout donner pour recevoir ce qu'il ne sait pas produire lui-même, à savoir : de la confiance et de la reconnaissance de soi (c'est à dire de l'affect), ce qui définit de manière assez syncrétique les deux grandes composantes de ce que l'on appelle plus trivialement l'Amour.


Le couple joue donc un rôle primordial dans la construction complète de la vie d'un individu équilibré, cette juste et grande harmonie nécessaire entre échanges de jouissance sexuelle d'une part et interrelation d'une jouissance intellectuelle réciproque d'autre part. Cette double osmose, si elle est réussie, aboutit à une union durable et à une excellente évolution de chaque individu qui compose le couple, lequel est alors véritablement moteur d'un bonheur pleinement partagé.

 

Mais que se passe-t-il lorsque le couple fonctionne selon ces principes avec des paramètres plus hors normes ou que les relations à deux ne suffisent plus forcément à satisfaire l'un des deux partenaires (voire chacun d'eux), en d'autres mots : lorsqu'il y a ce que la société appelle une relation adultérine suivie ? Ou plus prosaïquement un amant ou une maîtresse "en surplus" du couple formé.

 

Déjà, notons que les relations extraconjugales sont assez mal vues par la société qui justement y voit un fort facteur de déstabilisation sociale et de destruction de la structure familiale typique, de la même façon que d'autres typologies sexuelles comme l'échangisme, le libertinage, le triolisme, l'homosexualité ou même plus loin encore et plus complexe, les couples transgenres. La société tente de légiférer sur tel ou tel point en reconnaissant certains droits (par exemple le "mariage pour tous") afin d'aplanir les angles de ses propres suspicions face à la très grande variété de ces mêmes orientations sexuelles, lesquelles dépassent de loin ce qu'il est plus commun d'appeler aujourd'hui la "norme" pour le couple. D'où cette pression sociétale qui peut être véritablement intolérable et insupportable à vivre au quotidien pour certains et qui peut même aller jusqu'à obliger à dissimuler sa véritable nature personnelle en terme d'orientation ou de choix de sexualité. 


Durant mon activité, chaque jour je constate ce différentiel entre la réalité vécue et le désir de vouloir vivre autrement et pleinement sa sexualité au sein du couple (ou au-delà), il arrive souvent que durant la première partie de sa vie un individu suive la ligne directrice du couple avec une "sexualité normative" pour s'en détourner et vivre réellement ses aspirations propres, comme si la société imposait de suivre le "schéma courant" pour s'acquitter de ses droits d'être ensuite différent. Mettre en souffrance des individus en leur imposant de refouler leurs véritables désirs n'est évidemment pas une solution positive, cela entraîne des traumatismes durables s'ils ne sont pas libérés de manière exogène. Une grande partie de mon travail consiste donc à libérer ceux et celles qui souffrent de ne pas trouver écho à leurs désirs profonds, bien souvent en ouvrant en grand la porte de l'inconscient qui se cache sous le dur vernis de la pression sociétale.

 

Comme nous le voyons, la sexualité est complexe, mouvante, clivante et un phénomène comportemental en continuelle interrogation, non seulement pour soi-même mais aussi pour le couple et pour l'ensemble du tissu social qui se permet souvent de juger sévèrement ceux et celles qui sont différents ou qui préfèrent simplement suivre d'autres sentiers en dehors des routes principales.


Le choix de vouloir vivre pleinement sa sexualité est donc un droit fondamental et celui de vouloir l'assumer est un devoir. Par contre, la responsabilité de construire un couple durable engage toujours irrémédiablement deux individus, et implique selon moi une certaine éthique quant au respect inconditionnel du partenaire. Dans cet ordre d'idée, il me semble raisonnable et indispensable que la réciprocité soit effectivement de mise s'il y a relation extraconjugale… ceci afin de garder un certain équilibre.

 

Bien entendu je n'encourage pas ici tous les couples à vivre des aventures ou à tester certaines limites dangereuses… mais je signifie clairement que s'il y a lieu, alors, ce que l'on se permet personnellement soit tout aussi bien accepté réciproquement et ouvertement en toute transparence, ceci devrait faire réfléchir sur la qualité que l'on porte à sa propre notion de relation de couple !

 

Je vous laisse seul(e) juge de porter vos propres choix et de les vivre pleinement, et je reste à votre disposition si néanmoins vous avez des interrogations ou certaines problématiques à me soumettre. Pour ce faire, contactez-moi par téléphone aux 01.73.58.36.36 ou  06.50.75.95.14 (numéros directs non surtaxés), ou via ma bannière web ci-dessous (formulaire de contact classique). À très bientôt pour vous aider dans votre relation de couple harmonieuse !

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Probleme de couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 avril 2013 1 15 /04 /Avr /2013 18:18

 

feminin-masculin-sexe2.jpg Pour faire suite à la première partie de cet article (en trois parties), laquelle donnait les prémices d'une compréhension de la "valeur du sexe", nous avons vu qu'au niveau strictement personnel il n'existait pas de stéréotype ou de formatage simple, que chacun se forgeait sa propre sexualité selon son histoire, ses rencontres et ses choix de vie. Tout psychologue qui se respecte vous dira qu'effectivement beaucoup de paramètres de la sexualité entrent en jeu dès l'enfance et se mettent progressivement en place à l'adolescence pour ensuite se façonner de manière plus précise à l'état adulte et s'affiner tout au long de la vie. Sur ce constat, les premières rencontres amoureuses sont prédéterminantes, les rapports affectifs avec les parents le sont tout autant pour échafauder les fondations d'une sexualité à deux étages, l'un conscient et accepté, l'autre inconscient et plus complexe à saisir. Sans plus entrer dans le détail psychanalytique des orientations sexuelles et de leurs significations, c'est sur l'axe de ces deux directions, consciente et inconsciente, que va vivre l'individu et réaliser ses choix de partenaire(s) et de type de sexualité, toujours évolutive et mouvante entre aspirations réelles et fantasmes rêvés ou assouvis.


Pour le couple il en ira de même, en bien plus complexe encore et de manière logique puisque ce couple est une pièce rapportée qui n'appartient finalement plus vraiment à personne, c'est une représentation construite à partir des éléments en présence, c'est à dire à partir des deux individus qui ont formé ce pacte de vie commune, du moins de vie sexuelle partagée puisque rien n'oblige un couple moderne à cohabiter si la relation seule suffit à les contenter. Car seule ici la relation va compter, et plus précisément la relation sexuelle pour notre propos. Ce qui nous permettra d'élargir le champ d'action aux relations entre deux individus et non pas uniquement aux couples formés. Bien évidemment, une relation en place depuis peu sera soumise aux aléas de construction et aux accidents durant ce travail d'élaboration de l'édifice commun… d'un autre côté le couple déjà mature et vivant ensemble depuis de nombreuses années aura eu des réparations et autres aménagements pour fabriquer sa structure relationnelle et sexuelle, avec parfois la maison en feu, des grands froids, ou les murs de la relation à consolider pour survivre aux intempéries de la vie.

 

Là où se complique l'édification du couple et de la relation à deux, c'est justement sur le facteur commun de l'inconscient de la relation, sur ce mixage des matériaux inconscients de la sexualité de chacun… sur ce point il y a très souvent une grande ignorance de ce qu'est l'autre, de ses réels désirs, de ses fantasmes avoués ou inavoués. C'est pourtant un point crucial que de savoir précisément dans une relation ce que veulent et attendent réciproquement chacun des deux partenaires, notamment en matière de sexualité, laquelle n'est finalement que le reflet condensé d'une personnalité dans un "acte d'échange" totalement "instru-mentalisé" à la fois par la pensée consciente et par le substrat des instincts et fantasmes issus de l'inconscient des deux protagonistes.

Donc… pas si simple !

 

Alors, nous le voyons, la sexualité dispose d'une dimension bien plus large que celle indiquée dans le dictionnaire… elle n'est pas que "comportementale" dans l'acte lui-même, elle est aussi infiniment mentale dans sa conception, elle est le calque de la personnalité sur la face intime d'une pièce où sont gravés pèle-mêle les désirs, les secrets amoureux, les fantasmes, les limites morales et la volonté, et sur l'autre face nous avons l'acte par lui-même qui devient plaisir, échange, attente, répétition, quelquefois douleur assumée et contrainte, voulues ou non, dans la relation. De ses deux faces d'une même pièce, nous voyons se dessiner une articulation majeure dans la structure relationnelle globale : le lien fondamental entre Amour et Sexualité. 


Comme je l'avais plus ou moins exprimé rapidement en fin de la première partie, les Sentiments et le Sexe, ce n'est pas la même chose ! L'Amour ce n'est pas uniquement faire l'amour ! La relation ne se résume heureusement pas à l'acte sexuel, voire même purement à la sexualité. Bien que la sexualité soit une expression majeure de l'individu envers un autre, elle n'est pas LA Relation Amoureuse, elle n'en reste néanmoins QUE la Relation Sexuelle. Faire le distinguo et appuyer sur ce point pourrait sembler anodin mais il y a pourtant du soufre dans ce massif duo Amour/Sexualité, et même des fois de la souffrance si les partenaires n'ont pas les mêmes concepts en la matière !

 

Mais alors, une Relation Amoureuse dans un couple, c'est quoi ? Si l'on place la sexualité sur un pan important de cette relation, sur l'autre pan de la montagne que reste-t-il… finalement l'Amour dans un couple, c'est quoi ?


He bien l'Amour… c'est tout le reste ! L'Amour c'est déjà être ensemble et aimer "être et vivre ensemble", rechercher la présence de l'autre et sa pleine disponibilité, sa loyauté et sa confiance, capter son affection et donner la sienne en retour, vivre tous les moments heureux et aussi surtout tous ceux qui sont difficiles, pour soutenir, car l'Amour c'est aider l'autre à se construire en écartant l'adversité, c'est aider à devenir plus fort et à s'élever plus haut, à écarter les peurs existentielles et à panser ses plaies anciennes et nouvelles, c'est permettre à l'autre de se sublimer sans l'enfermer et sans l'étouffer de son propre Ego, c'est lui ouvrir un horizon de liberté partagée et acceptée, lui laisser assumer son espace vital intérieur car rien n'est plus beau que de percevoir la différence et l'originalité d'une expression singulière à ses côtés, que de recevoir aussi cette singularité comme un don précieux et unique pour la faire sienne en l'apprivoisant au plus profond de son coeur avec sa permission. Aimer, c'est aussi savoir souffrir pour l'autre et prendre sa souffrance à son compte pour en garder cet instant subtil d'extase et de sacrifice partagé… que l'on appelle, Amour. Aimer c'est donc faire don de soi et recevoir.

 

Après un tel déluge de mots, l'on a tous une grande envie d'Amour ! (si ce n'est pas déjà le cas !). Mais des fois l'Amour ne suffit pas, le désir peut aussi être plus fort, nos instincts sont puissants et peuvent se dresser devant les sentiments pour assouvir des besoins… sexuels, des fantasmes, des pulsions. Dans ce cas le couple peut-il seul sciemment assumer les tentations extérieures, les permettre, les faire don à l'autre dans son espace de liberté ? C'est la question de la Sexualité qui revient au galop au coeur de l'Amour. Est-ce que permettre c'est aimer ? Est-ce que libérer l'autre de sa propre exclusivité sexuelle est encore une preuve ultime de son Amour ?

 

La question est difficile, la réponse l'est tout autant avec tous les dangers inhérents. Dans tous les cas, à chaque couple correspond une "convention intime" qui permet de fixer ses limites. Il est très important de bien définir, au fil du temps de la construction du couple, ce que sont ces limites mutuelles et jusqu'où les repousser à deux. Il est primordial d'en être les garants et de comprendre réciproquement la relation vécue. Nous verrons aussi, dans une prochaine troisième partie de cet article, que la Société impose incidemment des limites, que le contexte extérieur joue aussi fortement sur le couple dans cette acceptation de ce qu'il est et de ce qu'il représente pour exister d'une certaine façon "conforme".

 

Pour l'heure, posez-vous la double question suivante : "ma relation actuelle est-elle pleinement vécue avec bonheur chaque jour, est-elle acceptée réciproquement et comprise dans ses limites existentielles sans face cachée ?" Je vous laisse y réfléchir, et si vous désirez une aide sur ce point, si vous vous posez des questions perturbantes sur votre relation, si vous avez des problèmes de couple à résoudre, n'hésitez pas à me contacter. Cliquez sur la bannière ci-dessous pour m'envoyer un formulaire et expliciter votre demande, ou bien téléphonez-moi au 01.73.58.36.36 ou idem 06.50.75.95.14 (numéros directs non surtaxés). À très bientôt !

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Probleme de couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 5 juin 2012 2 05 /06 /Juin /2012 18:15

probleme_sexuel_masculin.jpgQuoi que l'on dise, les hommes aussi peuvent manquer de désir ou rencontrer un problème sexuel, quoi qu'ils aient généralement la plupart du temps sans arrêt envie de faire l'amour, rien ne les contrarie vraiment quand il faut passer à l'acte mais attention, en ce qui les concerne, pour les problèmes sexuels, ils existent aussi évidemment chez les hommes, mais par contre ils sont bien moins liés à un contexte fortement psychologique comme chez les femmes... allez-y voir ici une différence fondamentale à noter, oui, non ?! Bien entendu !

 

Eh oui, nous le savons, les hommes ne font pas dans la dentelle en matière de sexualité, c'est tout ou rien, quand tout va bien il est même très difficile de leur dire non, avouez-le... et souvent ils ne sont rassasiés qu'à la fin d'un "repas en plusieurs actes", sexuels, il va sans dire ! Mais voilà qu'un jour rien ne va plus : monsieur à un "coup de mou"... vous conviendrez que l'image est parlante, mais qu'il ne faut surtout pas rire de ces choses-là !! Eh oui encore une fois, dire à son homme que "ce n'est rien", qu'il a juste un "petit passage à vide" pour nous faire l'amour et alors nous avons à la maison un grand malade en devenir, voire un mort vivant à la maison ! Car les hommes ne plaisantent pas avec leur virilité... non, c'est même leur sujet de discussion principale (s'il en est un), nous rasséréner oh combien ils sont performants au lit, comment ils tiennent sur plusieurs rounds sur le ring de la chambre, ou bien encore nous montrer toute cette belle énergie (sexuelle) qu'ils expriment dans cette fantastique débauche pour nous honorer comme il se doit !

 

Mais qu'arrive-t-il donc à un homme dont sa libido est tristement en berne, et surtout quelles peuvent être les causes de cette impuissance passagère ? Voyons ensemble le pourquoi du comment de la "machine sexuelle masculine". Dressons donc un tableau des maux des hommes, de ces maux qui font qu'ils ne peuvent soudain plus revendiquer haut et fort leur virilité ordinairement pleinement assumée, une petite liste s'impose. Mon homme n'est pas "au mieux de sa forme sexuelle" quand :

 

- il est fatigué !

 

Vous voyez, la liste est courte. Contrairement aux femmes, plus les hommes ont des ennuis ou autres problèmes, et plus ils ont besoin de faire l'amour pour reprendre des forces, l'on appelle cela "le repos du guerrier", ce n'est pas pour rien !! Eh oui, les femmes disposent de ce don presque magique de pouvoir recharger les batteries des hommes pour les remettre à flot... alors me direz-vous, s'il dit qu'il est fatigué et qu'il ne veut pas faire l'amour... pourquoi ne pas le remettre d'aplomb justement en lui proposant certaines choses plus ou moins sexy, pour ravigoter la flamme petit à petit !

 

Deux solutions : soit il est vraiment très très fatigué et dans ce cas laissons le dormir, du moins pour cette nuit seulement... soit vous allez tout de même le décider. Attention, encore une fois je tiens à le souligner, nous parlons ici d'hommes qui n'ont qu'un petit problème de passage à vide, nous n'irons pas jusqu'au scanner pour vérifier l'état de la chose... des fois il faut faire appel à la chirurgie et nous ne sommes pas spécialistes du bistouri ! Non, notre rôle ici est de redonner de la puissance à nos hommes "bien portants". Et ici par contre la liste est longue pour ce faire, et nous citerons ce qui est habituel. Voici ce que nous pouvons faire pour raviver la flamme de notre homme s'il est un peu "fatigué" :

 

- lui glisser des mots coquins dans l'oreille peut lui donner certaines idées

- se blottir chaudement contre lui dans le lit est une méthode très efficace

- nue sous une nuisette transparente et légère réveille l'œil du chasseur

- un petit striptease, bien comme il se doit, aura l'effet d'attiser la braise

- le lent et doux massage, où vous voulez, reste d'une grande efficacité

- et si vous lui proposiez quelques gadgets... pour s'amuser un peu !

- un bon film X... permet de rejouer rapidement les scènes très chaudes

- et pourquoi pas un petit remontant oral, pas forcément le cachet bleu...

 

Ce sont ici les grands classiques du genre, généralement la petite fatigue sexuelle de votre homme ne résiste pas à ces remèdes sensuels ou sexuels. Mais finalement, s'il est fatigué, le mieux est encore de le laisser reprendre des forces pour qu'il assure plus tard, d'ailleurs nous pouvons aussi lui dire que l'attente de l'amour fait grandir le désir. Ici le mot le plus important est prononcé : "désir", il n'est pas de plaisir sans désir, il n'est pas d'acte sexuel gratifiant et bénéfique sans un désir exprimé réciproquement. Les hommes devraient méditer sur les refus des femmes pour savoir que si elles disent non c'est évidemment pour faire grandir ce désir et en jouir pleinement le jour venu... un homme qui a très envie d'une femme lui promet assurément la plus belle nuit d'amour qu'elle puisse imaginer. Et puis, ce n'est pas la quantité qui compte en amour, c'est la qualité de la relation sexuelle et de la complicité qui survient dans cette ardente communion des corps pour rapprocher aussi les liens de la relation et des sentiments, dont celui, le principal, qui est ce sentiment conjugué de sérénité, de sécurité et de plénitude avec celui ou celle que l'on a choisi pour vivre son histoire d'Amour avec un grand "A".

 

 

"La prétendue impuissance d'aimer n'est souvent que l'impuissance d'être aimé." Alfred Capus

 

"La plus grande pulsion n'est pas la libido mais le besoin de sécurité." Jean Delumeau

 

"La fatigue ne recouvre pas les désirs, elle les révèle." Philippe Guéguen 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Conseil Conjugal
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 mai 2012 3 30 /05 /Mai /2012 08:46

perte_desir_sexuel_feminin.jpgDurant mes séances, il n'est pas rare et même assez courant que les problèmes de couples soient plus ou moins liés à un autre type de problème bien plus spécifique : le problème sexuel. Aujourd'hui, cette première partie "sexo" sera consacrée uniquement aux problèmes sexuels chez la femme, sans omettre la perte du désir qui y est directement et intimement associée.

 

La toute première question à se poser en cas de perte de désir, c'est la suivante : le problème est-il lié au contexte (dans le sens où c'est l'environnement qui influence négativement l'épanouissement sexuel) ou bien le problème est-il lié à la personne concernée (dans le sens où il y aurait un problème sexuel physique ou de santé). Il est en effet important de bien définir la cause afin de mieux répondre au problème, ceci dit il n'est pas impossible que le problème sexuel soit lié à plusieurs facteurs cumulatifs, mais reste avant tout à définir dans ce dernier cas lequel est le principal pour agir efficacement.

 

Nous, les femmes, nous avons au moins toutes un point commun, c'est que généralement la qualité de nos rapports sexuels dépend avant tout de nos relations amoureuses, par conséquent les deux étant reliées elles vont interagir réciproquement. D'un point de vue purement contextuel, voici donc tout ce qui est susceptible de nuire à l'équilibre sexuel chez la femme et ainsi diminuer son désir ou le stopper, voire même l'inverser dans le pire des cas (répulsion):

 

- il n'est visiblement pas assez attentionné, plus d'affection me stimulerait

- nos relations sexuelles manquent de renouveau, la routine s'est installée

- mes problèmes professionnels me préoccupent trop pour penser au sexe

- j'ai des doutes sur la sincérité de notre relation, ma jalousie me ronge

- mon partenaire néglige les préliminaires sexuels, je ne suis pas en phase

- il me demande des actes sexuels dégradants, je me sens mal et humiliée

- mes problèmes de santé nuisent à mes relations sexuelles pour être sereine

- au travail je suis harcelée par un collègue, cela perturbe ma vie sexuelle

- je suis très fatiguée, je n'ai plus d'énergie pour faire l'amour correctement

- mon partenaire ne fait aucun effort pour me faire jouir, il ne pense qu'à lui

- je suis mal depuis que j'ai pris beaucoup poids, je n'accepte plus mon corps

- il devient très violent durant l'acte sexuel et j'angoisse quand le soir arrive

- je ne supporte plus le corps de mon partenaire, surtout son hygiène négligée 

- j'ai très peur de tomber enceinte, même protégée cela me perturbe fortement

- il me trompe avec une autre femme et depuis je ne veux plus qu'il me touche

- un individu m'a violée et depuis je ne peux plus faire l'amour normalement

- je suis devenue handicapée à la suite d'un accident et ma libido est à zéro

- mes problèmes de drogues et d'alcool ont réduit à néant ma vie sexuelle

 

Ces quelques exemples, très concrets et souvent perturbants, voire même terribles, sont issus d'années d'expérience durant mes séances de coaching conjugal et amoureux, ils m'ont permis d'aborder au quotidien une grande diversité de cas qui entravent notablement et durablement une vie sexuelle normale qui devrait être totalement épanouie au sein d'un couple constitué. A chaque problème existe heureusement une solution, même pour les situations les plus difficiles, car l'amour et le sexe sont deux fondamentaux qui se complètent et savent s'harmoniser en se soignant réciproquement. Bien entendu, c'est un très long travail sur soi qu'il faut engager pour évacuer les peurs, les angoisses, les doutes ou tout simplement les problèmes annexes qui perturbent la relation amoureuse et sexuelle.

 

La plupart du temps, c'est en définissant au mieux le contexte général du problème que l'on trouve la meilleure réponse ou plutôt les réponses conjuguées à cette perte du désir féminin ou d'une forte diminution de la libido. En ce qui concerne plus précisément l'orgasme, qui ressemble un peu à une sorte de "Graal sexuel", c'est très certainement l'aboutissement ultime d'une grande jouissance offerte par le partenaire, la preuve qu'il se donne corps et âme pour vous faire du bien au corps chaque femme peut y accéder très différemment, car chaque stimulus agit de façon intime, car chaque corps réagit aussi de manière unique, et surtout, car chacune d'entre nous est différente dans son histoire personnelle vis-à-vis de la perception de relation sexuelle dans sa chair ou de l'expression du vécu de sa relation amoureuse. Corps et cœur sont irrémédiablement liés chez les femmes, c'est bien souvent ce que les hommes ont du mal à comprendre, il ne suffit pas d'offrir un orgasme au corps de la femme pour la satisfaire, il faut aussi lui offrir quelque chose de bien plus précieux, l'infinie jouissance du cœur, c'est ce que l'on appelle l'Amour!

 

"Le désir est désir de l'Autre." Jacques Lacan

 

"Les femmes désirent ce qu'elles aiment, les hommes aiment ce qu'ils désirent." Sacha Guitry

 

"La femme n'est pas en position de désir, elle est en position, bien supérieure, d'objet de désir." Jean Baudrillard

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Conseil Conjugal
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 15 novembre 2011 2 15 /11 /Nov /2011 19:17

sexe_pouvoir_amour_couple-copie-2.jpg"L'Amour, le Sexe et le Pouvoir", non ce n'est pas le dernier bestseller du prix Goncourt ou du Renaudot, pourtant ce pourrait bien être une excellente trilogie gagnante tant l'on a écrit sur le sujet... depuis que l'Humanité existe sous une forme structurée, de la plus petite communauté ancestrale à la plus grande mégalopole urbaine contemporaine, la multiplicité des contacts entre humains impose ses lois et ses préceptes sur la base d'un rapport de force entre les individus via des relations de pouvoir, d'amour, des fois de haine et de sexe.

 

Nous n'allons pas ici même refaire l'histoire de l'Humanité pour nous en convaincre, les relations entre individus, du même sexe ou du sexe opposé, sont régis par cette trilogie, une sorte de triangle des Bermudes où bien des hommes et des femmes ont pu sombrer dans quelques excès sur leurs congénères. Mais pas besoin d'aller bien loin pour constater que même à notre simple niveau individuel nous sommes tous plus ou moins confrontés à ces "rapports de force", ces sortes de contrepoids relationnels complexes qui tracent les voies invisibles de nos existences.

 

La vraie question serait la suivante : jusqu'où pouvons nous aller en étant lié au "pouvoir d'attraction" du sexe, à la force de l'amour ou bien au désir instinctif du pouvoir ? l'on voit d'ailleurs toute la limite assez floue qui s'instaure dans cette étrange triangulation, le sexe est-il une sorte d'émanation du pouvoir, l'amour est-il un contre-pouvoir du sexe ou une complémentarité plus intellectualisée de celui-ci, la notion de pouvoir sur autrui est-elle liée de loin ou de près au sexe, à l'amour ou à la haine (comme rejet donc "action contre", d'où désir de subordination...).

 

Laissons les réflexions complexes et presque philosophiques, bien réelles mais qui demanderaient plusieurs bibliothèques pour n'en entrevoir qu'une certaine réalité, afin de nous focaliser uniquement sur le... sexe. Et que savons nous du sexe ? Déjà que c'est instinctivement très ancré dans nos gènes, que nous ne pouvons pas y échapper, que d'ailleurs nous existons tous grâce à lui... ne l'oublions pas. Par conséquent nous pouvons noter que nous sommes tous un tant soit peu "prisonniers du sexe", contraints d'y penser et aussi contraints de passer à l'acte, c'est un impératif physique que notre corps demande instamment. Ce besoin intrinsèque de sexe, très variable selon les individus, peut néanmoins dépasser certaines limites, on parle alors "d'addiction sexuelle" pour toute personne qui ne pourrait agir ou penser qu'en passant par la "case sexe" ! On voit d'ici toute la difficulté relationnelle à entrer en contact avec autrui si l'on aborde la chose directement par cette voie purement sexuée...

 

Peut-on dire que l'addiction au sexe est une maladie en soi ? Dans tous les cas ce n'est pas une attitude normale, c'est généralement une attitude déviationniste très handicapante, bien que la juste norme ne soit pas toujours facile à définir (ou à quantifier) il semble certain que l'on ne peut pas tout aborder au quotidien sur le mode "le sexe d'abord"... Hélas pour elles, les personnes qui souffrent de cette addiction déclarée, ne peuvent pas vivre normalement et doivent se faire soigner pour retrouver une sérénité dans leurs relations basiques aux autres. Par contre, dans le couple il existe un paradoxe, en effet l'addiction sexuelle au partenaire pourrait paraitre bien plus "normalisée" du fait que les deux individus peuvent à tout moment passer à l'acte sans pour autant que la relation en soit perturbée, ce serait même bénéfique puisqu'il est couramment admis que dans le couple l'acte sexuel est l'un des ciments de la relation et que répéter celui-ci va dans le bon sens, de ce raisonnement. Oui mais... Oui mais qu'en est-il si l'un des partenaires est, disons-le comme suit : "moins addict" que l'autre... alors effectivement il y a ici un véritable problème de couple, l'un passe pour un obsédé et l'autre pour un impuissant (pour les hommes) ou une frigide (pour les femmes).

 

C'est ici qu'intervient le rapport de force de notre fameuse trilogie, lorsqu'un individu impose son pouvoir sur un autre... en ce qui concerne le sexe il y a donc abus sexuel sur autrui si ce dernier n'est pas consentant, et chaque jour l'actualité nous le rappelle.

 

Que dire de l'Amour dans cette affaire de sexe... Finalement si l'on analyse bien l'ensemble de ce "raisonnement sexué", l'Amour ne serait qu'une forme de consentement réciproque où chacun reconnait pleinement en l'autre sa propre limite d'abus, que ce soit d'abus sexuels ou plus simplement d'abus de pouvoir. Je reconnais que cette définition de l'amour ne satisfera pas tous mes lecteurs mais je répondrais que la Liberté (sexuelle) des uns s'arrête là ou commence celle des autres. Ma définition de l'amour aura au moins l'intérêt de poser des bases de réflexion sur ce rapport de force entre les individus, et plus précisément sur les relations homme-femme !

 

"Le sexe est une des formes primaires du pouvoir." Ernesto Sabato

 

"Le sexe, c'est toujours une relation de pouvoir, qu'on le veuille ou non. Il faut une lutte, une domination de l'un sur l'autre ! Sinon, ça ne marche pas." Monique Larue

 

Le sexe est le cerveau de l'instinct." André Suarès

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Probleme de couple
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 8 mars 2011 2 08 /03 /Mars /2011 09:19

sexo_ce_que_les_femmes_aiment_en_amour.jpgComme pour l'article précédent (1/2 "Ce que les hommes aiment en faisant l'amour aux femmes"), nous allons cette fois nous tourner vers les femmes et nous verrons ensemble qu'elles sont à la fois bien plus complexes tout en restant simples dans leurs désirs et revendications, ce qui n'est pas incompatible mais au contraire assez complémentaire et très équilibré, notamment pour le couple.

 

Bien évidemment et heureusement, hommes et femmes ne se ressemblent pas en tout point et n'ont pas les mêmes exigences, désirs, fantasmes ou besoins, par conséquent les uns et les autres auront des orientations différentes pour arriver aux mêmes fins : celles de l'équilibre, du plaisir et finalement d'un bonheur recherché et partagé au sein du couple ou bien dans une relation stable à deux.

 

Le femme moderne et contemporaine, a bien évoluée, elle ne croit plus au Prince Charmant quoi que ce stéréotype "d'homme parfait" puisse encore représenter une sorte de calque imaginaire dont certains traits forts restent des options potentiellement recherchées... notons au passage qu'un homme, attention "un vrai", doit être grand, fort et musclé, en deux mots s'il a les moyens physiques et virils (puisque c'est un homme !) de protéger le "sexe dit faible" alors il sera en bonne place dans la liste (idéale ou idéalisée) de madame.

 

De plus, s'il a des épaules larges, un torse glabre et bien bronzé, ajoutons un beau fessier rebondi... et nous obtenons ici le parfait "Chippendale", style Atlas ou Apollon, qui fait fantasmer les filles, les femmes et même les grand-mères ! Et bien non... ou plutôt pas vraiment ! Ce que les femmes veulent vraiment, en dehors de tout stéréotype imposé par des magazines pour ados en mal de représentation, ce qu'elles veulent ce n'est pas que du muscle !

 

Effectivement, et il est bon de le rappeler, là où justement les hommes pêchent outrancièrement par leur propension à ne se focaliser que sur le galbe prometteur d'une belle croupe ronde ou sur le très appétissant volume mammaire de leur partenaire (qui nous fait penser à un sketch...), les femmes, elles, se positionnent avant tout sur... la communication et sur les relations psychologiques mais...  aussi sexuelles, car celles-ci sont un mode de communication bien compris des femmes.

 

Et oui, encore une fois le soufflet retombe ! Alors que l'on s'attendait à ce que les femmes deviennent masculines par identification en reprenant les attitudes et les petits (ou gros) défauts des hommes, et bien non elles restent conscientes que la stabilité et le bonheur à deux passe par le dialogue, la concertation et une communication élargie à tous les domaines, sexe compris. Sur ce dernier point les femmes n'ont par contre plus rien à envier aux hommes car elles ont appris à parler ouvertement de sexualité d'égale à égal avec leurs homologues masculins, ceci sans honte ni fausse pudeur et sans revendication exacerbée, ceci uniquement par saine parité et pour le bien du couple au quotidien.

 

D'ailleurs, pour une femme, faire l'amour et parler d'amour c'est presque la même chose, du moins pouvons-nous souligner qu'un vrai dialogue sexuel avec un partenaire apporte autant à une femme que l'acte par lui-même, mais justement voici le moment de nous poser la bonne question : que recherchent les femmes en faisant l'amour ou en en parlant ? Une petite liste non exhaustive saura déjà bien nous éclairer sur ce grand mystère féminin avec ces quelques affirmations :

 

- parler de sexe permet d'avoir une relation de couple plus confiante et sincère

- faire l'amour en connaissance de cause développe une complicité partagée

- la communication intime avec le partenaire entraine le désir et la tendresse

- il y a une forme de protection saine que de savoir avant de passer à l'acte

- le respect de la femme passe par son autorisation via un dialogue ouvert

- une vraie relation complète, basée sur l'échange ne peut pas être que sexuelle

- la femme a besoin de certitudes et d'honnêteté, communiquer est un besoin.

 

Nous voyons assez bien que ce que demandent les femmes en amour c'est finalement un véritable dialogue afin d'élaborer une relation plus forte, plus sereine et durable, l'acte sexuel n'est finalement que l'aboutissement de toute cette communication en amont avec le partenaire, car copuler n'est pas le but principal, bien que le plaisir physique ne soit pas à laisser de côté non plus, le sens premier de cette démarche est finalement de s'assurer d'avoir un partenaire de confiance, ouvert et donc capable de dévoiler des sentiments qui permettent un dialogue de haut niveau, ensuite l'acte sexuel partagé avec un tel homme "aussi proche de sa femme" (puisqu'il la comprend) ne peut qu'aboutir à l'extase, c'est ce qu'elle attend... d'une certaine façon le véritable "Prince Charmant" serait tout simplement un homme comprenant parfaitement sa femme, mais il faut croire que c'est très compliqué puisque l'on en a fait un conte de fée !

 

Ne soyons pas désespérées ni trop optimistes non plus, mais constatons que les hommes sont de plus en plus à l'écoute des femmes, la parité dans le dialogue amoureux est une sorte de nouveauté nécessaire au même titre que l'égalité des droits entre les sexes. Les femmes sont tout à fait conscientes que si elles veulent des partenaires fiables et respectueux elles doivent engager ce combat quotidien du "dialogue amoureux", celui des sentiments avec les hommes pour qu'ils puissent mieux les comprendre et aussi s'exprimer équitablement dans ce partage tout aussi intime et rapproché : celui du dialogue des corps, celui d'un acte sexuel désiré pleinement à deux, l'un pour l'autre et non l'un contre l'autre ou l'un sur l'autre...

 

 

"Le sexe est une folie quand, au lieu d'unir, il sépare, renvoyant l'homme au délire de sa solitude." Camille Laurens

 

"Les relations entre les sexes ne peuvent être que de réciprocité." Erica Jong

 

"Seul le battement à l'unisson du sexe et du coeur peut créer l'extase." Anaïs Nin

 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Problèmes couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 février 2011 2 22 /02 /Fév /2011 09:18

Pourquoi_les_hommes_aiment_faire_l_amour.jpgSans beaucoup nous tromper, et sauf cas particulier, nous pouvons déjà affirmer que la plupart des hommes hétérosexuels aiment faire l'amour aux femmes et ne refusent que très rarement une "invitation amoureuse" laquelle débouche généralement sur un acte sexuel, donc ce ne sera pas ici le thème de cet article qui va plutôt s'orienter sur le pourquoi les hommes aiment faire l'amour aux femmes... et ce "pourquoi" est tout aussi mystérieux à expliquer qu'inversement.

 

Il est évident que la Nature a créé les hommes et les femmes (ou plutôt les mâles et les femelles) pour qu'ils s'accouplent. A n'en pas douter ils sont évidemment, et physiologiquement parlant, parfaitement complémentaires au niveau de leurs organes génitaux pour s'emboiter comme il se doit... la Nature a bien fait les choses sur ce point !

 

Attention néanmoins de bien décrypter le subtil distinguo entre "faire l'amour" et "s'accoupler ou copuler"... en effet, même si la finalité générique en est l'acte sexuel c'est bien l'intention qui fait tout la différence, non seulement sémantiquement dans les termes mais aussi dans la façon de procéder. Devons-nous d'ailleurs rappeler rapidement en passant que l'Homme est une espèce qui ne s'accouple pas uniquement dans le seul but principal de procréer mais aussi et surtout pour avoir ou/et pour donner du plaisir, et cette différence est fondamentale pour la bonne compréhension de ce qui va suivre.

 

Bien entendu, dans certaines religions ou sociétés il est très mal venu d'associer le plaisir avec l'acte sexuel, lequel représente soit un acte sacré soit uniquement un acte civil de procréation. Nous ne ferons donc pas ici de développement critique ou ne donnerons pas d'avis sur ces pratiques qui ont néanmoins le mérite d'exister pour qu'on les notifie en seulement quelques mots dans cet article.

 

Alors justement, ne parlons que des hommes qui aiment faire l'amour aux femmes, et plus précisément ce qu'ils recherchent en le faisant... c'est bien ici toute la clef de l'histoire ! Mais avant d'entrer dans des détails plus spécifiques, nous devons nous poser la question suivante : les hommes ont-ils entièrement leur libre arbitre en la matière ? ou pour poser la question différemment : les hommes sont-ils vraiment maitres de leurs choix face aux femmes ? Il est essentiel de poser la question tant les habitudes nous ont tous fait oublier une certaine transparence idéologique qu'il serait bon de repositionner au premier plan : que ce sont bien les femmes qui décident s'il y a, ou non, acte sexuel (consenti). Se remémorer cette évidence va grandement induire les comportements des hommes et donc leurs choix "stratégiques" pour arriver à faire l'amour aux femmes, cela va même, d'une certaine façon impacter fortement leur façon d'aimer les femmes ou de leur faire l'amour.

 

Comme nous le voyons, entre certitudes, choix et décisions, un vrai rapport de force vient de s'instaurer en soulevant une problématique qui semblait simple au premier abord : que si les hommes aiment faire l'amour aux femmes, celles-ci sont forcément d'accord avec eux pour le faire, ce qui n'est évidemment pas toujours le cas... Par conséquent les hommes ne vont-ils pas faire aux femmes ce qu'elles attendent pour qu'ils puissent arriver à leurs fins ? et donc ceci impliquerait une certaine forme d'intelligence amoureuse de leur part pour trouver ce qu'aiment les femmes quand ils veulent leur faire l'amour. Encore une fois se dessinent les contours d'une certaine communication ou interaction permettant de connaitre les choix des uns et des autres en matière d'acte sexuel ou de comportement.

 

Beaucoup d'hommes disposent très certainement, tout comme les femmes, d'une sorte de sixième sens qui va leurs permettre de capter d'importantes informations sexuelles féminines voire d'interagir subtilement, cette "communication non verbale", sorte de communication des corps, en passant par les gestes, les regards et certaines attitudes, voire même peut être au niveau de stimuli hormonaux, va permettre de clarifier le profil sexuel et donc d'entrer en accord ou en phase en vue de formuler la bonne proposition sexuelle ainsi que les actes recherchés. Chaque femme étant unique, tant psychologiquement que sexuellement au niveau de ses choix intimes, les hommes doivent se calquer à ces exigences féminines et le dicton suivant n'a jamais été autant d'actualité: "l'homme propose et la femme dispose", encore faut-il qu'il fasse la bonne proposition !

 

Pour ceux et celles qui s'attendaient à lire une liste de positions du kamasutra que les hommes auraient appris pour satisfaire les femmes, ne soyez pas déçus car finalement nous savons toutes et tous que ce qu'un homme aime avant tout en faisant l'amour à une femme c'est de découvrir ce qu'elle aime vraiment qu'il lui fasse et passe ensuite à l'acte pour son plus grand plaisir. L'acte sexuel ne se transforme en acte d'amour que quand l'écho des partenaires leur permet d'ajuster progressivement leurs limites, de communiquer en communion, de partager à la fois les plaisirs des sens physiques et celui de volontés réciproques de donner et de se donner à l'autre. Reste que les femmes ont aussi d'autres attentes plus complexes à gérer que le seul plaisir partagé, nous verrons cette approche complémentaire dans un prochain article.

 

 

"Dès qu'un homme découvre du mystère dans une femme, il est bien menacé d'en être amoureux." François Hertel

 

"Quand une femme connaît la préférence d'un homme, cigares compris, quand un homme sait ce qui plaît à une femme, ils sont bien armés l'un contre l'autre." Colette

 

"Si le plus grand plaisir des hommes est de se payer les corps des femmes, le plus grand plaisir des femmes est de se payer la tête des hommes." Sacha Guitry

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Problèmes couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 8 février 2011 2 08 /02 /Fév /2011 10:43

concilier_desir_et_sexualite_entite_couple.jpgComme nous l'avons vu précédemment (articles 1/3 + 2/3), désir, sexualité, communication ainsi qu'une bonne connaissance de soi et de la (du) partenaire sont strictement indissociables afin d'aboutir à l'harmonie des sens et des esprits au sein du couple.

 

Le dire et le savoir est déjà un bon début mais l'application au quotidien requiert effectivement un savoir-faire qui ne s'apprend dans aucun manuel basique, en effet le seul livre ouvert qui vous permet de comprendre et d'appréhender entièrement la relation de couple sous l'angle de l'équation : "Désir + Sexualité = Amour" c'est bien le livre de l'expression de votre vie à deux, un ouvrage qui vous permet de voir en l'autre la part de vous-même tout en abordant les territoires inconnus qui ne vous appartiennent pas, ceux de votre partenaire, en d'autres mots : c'est au contact de l'autre que l'on apprend à l'aimer, que le désir s'amplifie, que la sexualité se découvre et s'affine, finalement que l'amour prend toute sa véritable dimension par l'observation, la compréhension et la communication verbale ou bien par la plus sensuelle des expressions, celle du contact plus profond des corps qui s'accouplent.

 

Bien entendu, tous les couples ne sont pas égaux face à cet infini et complexe processus de construction amoureuse, lequel n'est jamais linéaire et sans écueil au fil du temps... car personne ne peut affirmer n'avoir jamais eu des "maux" avec son conjoint, personne ne peut nier la grande difficulté à vivre avec un autre que soi (pour certaine personne il est déjà difficile de vivre simplement leur propre existence).

 

Alors oui nous pouvons l'affirmer sans ambages : la vie de couple n'est bien sûr pas toujours ce long fleuve tranquille sous un Soleil radieux auquel nous aspirons tous, oui il y a souvent des problèmes de couple qui peuvent venir entacher les meilleurs sentiments du monde... Mais la vraie question se pose ici : malgré tous ces problèmes potentiels, toutes ces inévitables incompréhensions réciproques, et toutes ces plaies que nous ne pouvons que panser, faut-il renoncer à vivre à deux à la moindre difficulté, faut-il se résigner à ne pas surmonter les obstacles, faut-il vraiment sacrifier tout cet amour parce qu'un seul virage n'a pas été bien anticipé par le couple ?

 

Sans vouloir faire non plus ici une apologie extrémiste ou idéalisée de la vie de couple (car chacun est libre de ses choix, de vivre ou non en couple), personne ne peut non plus nier qu'il s'agit de la plus belle et naturelle expérience qui puisse arriver dans une vie, celle de trouver le miroir de son âme, le corps secrètement désiré dans ses fantasmes, même si rien ne correspond de manière parfaite à cet idéal forcément impossible à atteindre, le couple est bien la grande aventure de la vie qui permet d'exprimer pleinement à la fois son propre égo tout en étant "en résonance" avec celui d'un(e) autre que soi, cette dissociation nécessaire de l'individu pour se transposer sur autrui, trouver une certaine vérité existentielle grâce au partenaire, savoir prêter un instant son corps afin d'exprimer une extase que l'on ne peut pas complètement avoir seul(e)... tout ceci définit une véritable dimension à ce couple qui démultiplie ainsi l'individu dans ce qu'il a de plus fort jusqu'au bout de ses ressources intimes et lui donne "de facto" ses lettres de noblesse, lorsque ce n'est pas, en plus, une descendance à l'image de ses gènes...

 

Autre question fondamentale que celle de la sexualité dans le couple, de ce rapport aux corps pour ne pas dire ce rapport purement sexuel, comment définir la sexualité la plus adaptée pour chaque couple ? A cette question il existe aussi de multiples réponses, toutes autant spécifiques et tributaires de ces "intimes concessions" que le couple va s'accorder au moment de l'acte. Dans tous les cas, et au début de la relation, le couple va progressivement découvrir ce dont il est capable, ce que chacun donne à l'autre et définir de cette façon ses propres limites. Les contours de la sexualité des couples sont fonction de leur interaction réciproque selon un savant cocktail de désir réfléchi, de fantasme rêvé et de besoin sexuel animal ou pulsionnel.

 

Ce sont ces contours qui vont s'affiner durant toute la durée de la relation en ajoutant ou en effaçant des possibilités d'actes qui sont autant de "lâcher-prise" sur son propre corps et d'offrandes à l'autre pour gagner une certaine confiance physique réciproque. C'est justement dans la transposition de cette confiance physique que la confiance en l'autre perdure et progresse au fil du temps, car celui ou celle qui sait donner son corps à l'autre donne aussi consciemment une partie de lui-même et donc une sorte de "carte blanche" existentielle avec des droits et des devoirs.

 

A désir, sexualité et communication, nous pouvons donc ajouter cette "confiance en l'autre", une confiance acquise par le biais répété de l'acte sexuel, lequel est comme un acte solennel ou une signature au bas d'un contrat corporel qui se transforme en contrat moral entre partenaires pour sceller le couple d'abord dans la matière puis dans l'esprit de chaque individu.

 

Encore une fois, la sexualité joue le rôle moteur et régulateur, voire même constructif dans le couple, l'acte sexuel peut être assimilé à la reconduction d'un contrat mutuel à la fois corporel et mental qui stabilise la relation tout en la légitimant par accord réciproque tacite et reconductible. A noter qu'il n'existe pas une sexualité mais une infinité de gammes de sexualités possibles, à chacune correspond la fusion des tempéraments des partenaires dans l'acte, l'acceptation des besoins et des demandes, la volonté de faire ou de laisser faire, ce qui engage fortement chacun à la fois dans un renoncement ou bien dans une initiative, les deux étant des choix et des variables spécifiques à chaque couple et évolutifs à chaque moment de la relation au cours du temps. La sexualité est donc une dynamique nécessaire au couple à la fois pour sa stabilité et pour son évolution.

   

"Seul le battement à l'unisson du sexe et du coeur peut créer l'extase." Anaïs Nin

 

"Il en va de l'érotisme comme de la danse : l'un des partenaires se charge toujours de conduire l'autre." Milan Kundera

 

"Le sexe représente une force trop immense pour que l'on en fasse bon marché ou mauvais usage." Erica Jong

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Probleme de couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 25 janvier 2011 2 25 /01 /Jan /2011 15:11

concilier desir et sexualite couple connaitre conjointComme nous l'avions déjà précisé (article Sexo 1/3), la "Communication" est la base de toutes bonnes "Relations", et ne voyons nous pas ici se dessiner nettement dans ces deux termes génériques la racine même d'une certaine "Diplomatie amoureuse", laquelle nous permettrait de vivre sainement tout simplement avec un conjoint, un peu comme le feraient deux états voisins qui devraient coexister en sachant parfaitement délimiter des frontières communes afin d'entretenir les meilleures relations amicales possibles.

 

Cette représentation du couple vue sous l'aspect diplomatique me semble une excellente illustration de la réalité conjugale vécue au quotidien, d'ailleurs la plupart des situations problématiques au sein du couple se règlent finalement de la même façon qu'entre deux nations amies et certaines situations peuvent même avoir de fortes similitudes d'actions:

 

- les mises au point seraient comme des décrets diplomatiques

- les enfants pourraient travailler dans les ambassades du couple

- les conjoints seraient les véritables ambassadeurs de leur couple

- quelques fois des blocus se présenteraient sur certains sujets

- attention de ne pas entrer en conflit, toujours rester diplomate !

- la valise diplomatique apporterait souvent des solutions viables

- et l'ambassade pourrait même bien ressembler au lit conjugal

 

Mais la complexité du couple et de ses relations est aussi à l'image de la complexité de ces partenaires, c'est en cela qu'il n'y a pas de solution toute faite à une problématique de couple puisque les "paramètres intimes" sont pluriels et infinis, d'où l'obligation de dialogue et de communication pour que chacune des "ambassades" puisse travailler à l'édification des bonnes relations et à mieux connaitre la "Culture de l'autre". Ce dernier point est fondamental, il n'y a pas de couple stable et évolutif sans un fort désir de vouloir comprendre le (la) partenaire, assimiler son histoire et se rapprocher culturellement de ses besoins et de ses attentes lesquelles sont toujours spécifiques et fonction du vécu personnel.

 

Mais attention néanmoins à ne pas confondre compréhension du partenaire et confiscation de son identité ou fusion avec ce dernier, en effet, tout comme les pays ont une culture qui leur est propre, les couples ont des personnalités distinctes qu'il faut impérativement préserver, c'est bien la diversité de l'autre qui crée son attrait et le désir que l'on a de vouloir le connaitre dans une relation durable, ce sont ces différences qui sont dynamiques dans un couple, c'est bien dans ce cocktail, où chacun apporte sa pierre à l'édifice, qu'une nouvelle entité commune peut voir le jour, une sorte de socle diplomatique que l'on appelle "le Couple".

 

Après avoir vu le désir de vouloir comprendre l'autre, il y a aussi effectivement l'irrémédiable désir plus charnel de vouloir "prendre l'autre” dans cette expression il faut évidemment y voir clairement l'aspect sexuel de cette volonté innée. Ce n'est jamais simple de savoir si le désir de sexe est la principale composante qui unit les partenaires, mais dans la majorité des cas c'est bien ici le "statuquo du couple", une représentation de la bonne relation entretenue par l'acte, une sorte de régulière et agréable visite entre ambassadeurs pour vérifier que tout va bien au sein des "corps constitués".

 

Par ailleurs nous pouvons voir ici (dans l'acte sexuel) une fusion des corps possible là où il y a impossibilité d'une véritable fusion des esprits, comme si les corps étaient des messagers de cette volonté de mieux connaitre l'autre au plus profond de son enveloppe afin de mieux percer ses pensées et se rapprocher d'une impossible communion intégrale "corps-esprit". En ce sens, "faire l'amour" n'est autre que le simulacre sensitif d'une volonté partagée de mieux connaitre le sentiment de l'autre, donc de se rapprocher de son esprit et d'entretenir cette inévitable "communication rapprochée".

 

Après avoir compris que la sexualité était aussi un mode de communication très important au sein du couple, nous verrons prochainement (en troisième partie) comment la sexualité s'implique et s'applique réellement au quotidien afin de construire et de pérenniser la relation de couple, nous verrons que la très diplomatique maxime "Faites l'amour pas la guerre" n'a jamais été autant d'actualité !

 

 

"Pour mentir, un diplomate n'a qu'à se taire ; et s'il parle, un diplomate sincère croit qu'il pense vraiment une partie de ce qu'il dit." Robert Hollier

 

"La franchise est la meilleure des diplomaties, sans doute parce qu'elle ne fait pas de tort à l'autre." Ivan Tourgueniev

 

"Il y a des cas où tout l'art de la diplomatie consiste à maintenir les problèmes intacts le plus longtemps possible." André Frossard

 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Problèmes couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 11 janvier 2011 2 11 /01 /Jan /2011 09:32

Bien_concilier_desir_et_sexualite.jpgNous allons aborder dans cet article la base même de toute la construction de la relation amoureuse, et plus particulièrement celle de la relation amoureuse au sein du couple. Définir ce qui "est" ou bien qui deviendra une relation d'amour revient à chercher les causes profondes de ce besoin existentiel tant recherché par l'ensemble de l'humanité, tous pays confondus, en tout temps, et sans exception que l'on soit un homme ou une femme.

 

Ce premier constat d'universalité du "besoin d'amour" pose dès le départ l'envergure de la démarche, par conséquent nous aborderons le sujet en trois parties principales dont celle-ci qui me semble d'une importance toute capitale: pour bien concilier son désir et sa propre sexualité il faut déjà "bien se connaitre soi-même" !

 

Sans faire l'éloge de la célèbre maxime de Socrate et entrer de plain-pied dans le domaine complexe de la philosophie, "bien se connaitre", surtout en matière de besoin(s), de choix, de désir(s) et de sexualité, semble une parfaite évidence et pourtant le constat est que nous ne faisons pas tous les jours une "analyse personnelle" approfondie ou dans le détail de nos exigences individuelles, ceci parce que nous avons perdu l'habitude de le faire ou bien que nous n'avons pas le temps d'y consacrer les quelques précieuses minutes nécessaires qui pourraient changer notre vision des choses, voire notre vie toute entière.

 

En effet, la vie moderne nous pousse sans arrêt à toujours courir plus vite sans trop regarder où nous allons, nous sommes presque tous contraints de regarder loin devant sans même penser à lancer un regard intérieur et objectif sur nos "réels besoins". Il n'y a pas que la vie active qui nous fait oublier certains aspects de notre "moi"... par opposition si l'on a une vie plus passive ou moins active, alors on passe son temps à essayer de l'activer par toutes sortes de moyens desquels nous dépendons pour entrevoir une projection de nos besoins ou de nos désirs, une projection forcément extérieure.

 

Laissons donc tout ce qui peut facilement nous détourner de notre objectif et focalisons nous sur nos véritables besoins, notamment en termes d'amour et de sexe, puisque c'est bien ici de quoi il s'agit aujourd'hui.

 

Hommes et Femmes confondus, nous avons tous sans exception ce besoin capital : celui d'avoir une existence propre et que notre personne soit reconnue et appréciée, qu'elle soit finalement "définie par autrui pour exister", auquel cas aucun individu ne peut vivre ou se développer voire évoluer normalement sans en avoir des séquelles psychologiques importantes et donc des handicaps de communication, de vie personnelle et relationnelle dans un groupe ou dans une société.

 

Pour illustrer, souvenons-nous de "l'Enfant sauvage" de François Truffaut, un film inspiré d'une histoire véritable, celle d'un enfant qui n'a jamais eu aucune relation ou communication avec autrui les faits démontrent alors qu'il se crée un profond déficit du langage, de la communication et de la sociabilité, qu'ici l'homme est resté à l'état quasi animal dans une prostration proche de l'autisme.

 

L'Amour et la sexualité, pour ne pas dire le besoin d'être aimé ainsi que le passage à l'acte sexuel avec une personne choisie, sont complètement à l'opposé d'une telle configuration autiste car c'est dans la communication que tout s'opère, et déjà dans le propre dialogue avec soi-même pour élaborer ses propres outils de choix et les valider pour passer à l'action (c'est à dire à l'acte), ce qui reste la plus complexe des performances car bien se connaitre en se construisant avec les autres au sein d'un dialogue ou d'un contact (physique ou intellectuel) est souvent difficile dans nos sociétés qui comportent de nombreuses faces névrotiques voire psychotiques évidentes, d'où aussi le piège de faire de mauvais choix avec de mauvaises personnes.

 

Mais n'oublions pas que pour aimer autrui il faut aussi savoir d'abord s'aimer soi-même non seulement en tant qu'individu pensant mais aussi en tant qu'individu ayant un corps physique qu'il doit assumer pleinement. La responsabilité des choix de son propre corps passe bien évidemment par un dialogue intime avec soi-même, dans le cadre de la sexualité ce rapport physique à soi s'appelle la masturbation, rappelons que c'est un acte fondamental de reconnaissance de son propre sexe et donc aussi (par extension) de la construction de sa propre sexualité par "rapport à l'autre", pour ne pas dire du "rapport sexuel avec l'autre". ici aussi le rapport à son propre corps est un concept nécessaire et crucial pour pouvoir ensuite aborder sereinement le "dialogue avec le corps" du (de la) partenaire, en ce sens : savoir et vouloir se donner du plaisir c'est aussi savoir et vouloir en donner.

 

Nous venons donc de poser la pierre angulaire de l'édifice de la personnalité : la communication, oui encore elle, qui passe par le langage et le dialogue, pour aboutir à l'ultime choix (réciproque) de l'autre, c'est à dire à aimer l'autre (à vouloir l'autre : désir), soit simplement pour le côtoyer (vouloir être avec l'autre : amitié), soit pour vivre avec (lui faire l'amour : s'accoupler) et donc en faire son ou sa partenaire sexuelle principale.

 

L'on voit parfaitement que la construction personnelle de chaque individu va imposer un "schéma d'amour" en fonction de son potentiel de communication et de socialisation mais aussi de ses choix qui ne peuvent résulter que d'un désir commun et fortement explicité par le dialogue puis par l'action. Encore faut-il, pour passer à "l'acte d'amour", trouver la bonne personne avec qui "communiquer’’. D'où, et nous pouvons en être certains : les personnes qui ont le même potentiel de communication (ou bien une bonne complémentarité sur ce sujet) sont aptes à se reconnaitre et ensuite à se choisir pour s'aimer. Ce sera le thème de notre prochaine 2ème partie sexo.

 

"Malheur à la connaissance stérile qui ne se tourne point à aimer !" Bossuet

 

"L'érotisme est l'une des bases de la connaissance de soi, aussi indispensable que la poésie." Anaïs Nin

 

"Pas de connaissance de soi qui ne passe par le corps." Marc Gendron 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Conseil Conjugal
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 28 décembre 2010 2 28 /12 /Déc /2010 09:49

Bien_gerer_sa_sexualite_partie_3.jpgComme vous vous en doutez, nous allons nous focaliser sur le point de vue des Hommes dans ce 3ème "opus sexo" (si vous n'avez pas encore lu les deux premières parties, voir ci-dessous).

 

Sexo : Comment bien gérer sa sexualité au sein du couple ? (1ère partie)

Sexo : Comment bien gérer sa sexualité au sein du couple ?( partie 2)

 

Vous êtes très certainement une grande majorité à penser que la sexualité masculine est bien plus simple que celle des femmes et que la vision qu'ont les Hommes du sexe au sein du couple se réduit à sa plus simple [s]expression, je pourrais en effet aller dans ce sens et pourtant rien n'est plus inexact que de ne voir que l'évidence clamée par tous (parfois même par les hommes) et de ne pas vouloir approfondir ce qu'il y a sous la dure carapace des hommes !

 

Non, les hommes ne sont pas des tortues ni des insectes, la carapace dont je parle est celle qui dissimule la véritable approche psychologique des hommes vis à vis de leur rapport à la sexualité féminine, c'est une approche souvent difficile car imbriquée dans un contexte sociétal où l'Homme se doit d'être dominateur selon des préceptes historiques ancestraux qu'il est très complexe de remettre en cause au niveau personnel.


En effet, dès son plus jeune âge, le petit garçon entre dans un processus forcé de masculinisation induit par tout l'environnement qui l'entoure, que ce soit par les médias, les publicités, les jeux, ses propres parents, la société dans son ensemble donne une vision dominatrice de l'Homme sur la Femme... Par conséquent, et surtout à notre époque contemporaine qui nous assène à outrance de toutes sortes de slogans à hautes doses, l'Homme n'a pas d'autre alternative que d'aller dans ce sens du "Masculin à 110%", voire du "Macho Costaud" (le "bad boy")... ou alors de renoncer complètement et de choisir la voie inverse de l'homosexualité ou de la transexualité.

 

Bien entendu ces schémas génériques peuvent être de simples façades utiles, des masques ou des costumes qu'endosserait naturellement chaque homme pour faire face à ses obligations masculines et à ses choix sous le regard d'une société qui classifie par genres bien formatés. Mais justement, de quelles "obligations" ou stéréotypes sexuels parle-t-on lorsque ces hommes sont en couple (ici hétérosexuel pour simplifier), voici en rappel quelques "idées reçues":

 

- l'homme propose, la femme dispose" (qui n'a pas déjà entendu cette phrase)

- "le sexe fort c'est l'homme, le sexe faible c'est la femme" (déjà entendu aussi)

- la sexualité de l'homme est puissante donc forcément agressive et dominatrice

- la femme doit subir les choix sexuels (et positions) que l'homme lui impose

- l'homme est sexuellement fort, entreprenant, actif, imaginatif, décideur...

- l'homme montre ses prouesses sexuelles au détriment de ses sentiments

- l'acte sexuel est "réussi" si l'homme a su y prendre beaucoup de plaisir.

 

Que d'idées simplistes énumérées ci-dessus ! Heureusement que les mentalités changent et que rien n'est fixé dans le marbre. Ceci dit, l'image que l'on donne de l’homme n'a pas changée, c'est sur ce point qu'il y a encore beaucoup à faire afin que la réalité rejoigne cette "fiction collective" qui ressemble d'ailleurs bien plus à une sorte d'hallucination collective ! Car bien entendu que la femmes revendique aussi le plaisir, qu'elle est tout autant active dans l'acte sexuel que l’homme (voire même plus...), qu'elle peut être aussi dominatrice et prendre le contrôle, enfin la vraie prouesse sexuelle n'est-elle pas féminine lorsque l'unique orgasme masculin doit être bien géré afin que tout se passe au mieux pour monsieur ?! Et bien souvent aussi madame doit savoir "prendre les devants" pour faire chauffer la machinerie de monsieur, à ce moment précis n'en faut-il pas de l'imagination et des idées ! Bien certainement.

 

Dans la réalité, la vraie, sous les draps dans la chambre à coucher, les hommes et les femmes sont et doivent être en parfaite osmose pour réussir "en commun" l'acte sexuel, rien n'est en effet plus compliqué que de chercher à satisfaire son partenaire autant que soi, d'autant plus si l'un des deux n'en a pas vraiment envie au même moment... Alors cette "gestion de l'acte sexuel" doit forcément encore et toujours passer par le dialogue, c'est bien par le dialogue que le désir arrive, c'est aussi par le dialogue (des caresses et des sens) que les corps des partenaires se retrouvent en phase pour aboutir ensemble au plaisir.

 

L'homme doit parfaitement être à l'écoute de sa partenaire et de son corps, ne rien lui imposer sinon il ne fera que prendre du plaisir à sens unique, ce qui serait une erreur car c'est bien dans le partage des plaisirs que le couple saura décupler son expérience sexuelle et voudra la renouveler souvent.

 

Par ailleurs, les hommes savent parfaitement qu'une femme comblée est aussi plus réceptive à rendre ensuite le plaisir qu'elle reçoit, par conséquent il faut savoir "penser l'acte sexuel" pour mieux le réaliser dans le feu de l'action... il n'y a donc pas que les femmes qui font l'amour avec leur cerveau, les hommes aussi, et ces femmes reconnaissent d'instinct ces hommes qui savent leur donner du plaisir, elles ne s'y trompent pas, serait-ce ici ce que l'on appelle le 6ème sens féminin ? C’est bien possible...


 

Je vous souhaite à tous de passer une très Bonne Fête de fin d'année 2010 remplie d'amour et de plaisirs partagés en couple !

 

 

"Le sexe n'est pas l'amour, ce n'est qu'un territoire que l'amour s'approprie."  Milan KUNDERA

 

"Un homme qui pense, non à une femme comme au complément d'un sexe, mais au sexe comme au complément d'une femme, est mûr pour l'amour." André MALRAUX

 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 décembre 2010 2 14 /12 /Déc /2010 13:10

gerer sa sexualité couple partie2Cette deuxième partie sera plus précisément consacrée à la sexualité vue du côté féminin afin d'en cerner les spécificités et modalités d'ensemble pour mieux comprendre comment le sexe "dit faible" appréhende cet aspect au sein du couple. Je conseille la lecture de la première partie à ceux qui ne l'auraient pas encore lue et je précise qu'une 3ème partie "masculine" viendra évidemment compléter cet opus sexo.

 

Comme vous vous en doutez, les hommes et les femmes ne perçoivent pas du tout l'acte sexuel de la même façon, non seulement dans l'approche globale (intellectualisée) que cet acte implique mais aussi au niveau purement physique. Afin de simplifier dans un premier temps, l'on peut dire que généralement la Femme ne dissocie pas l'acte sexuel de son contexte sociale et n'en fait pas qu'un acte purement ou strictement physique.

 

Dans ce sens on peut dire sans se tromper que la Femme "intellectualise" fortement l'acte sexuel là où l'Homme n'y voit qu'une simple "gymnastique" aboutissant au seul plaisir physique. Bien entendu cette vision des "choses de la vie" est ici assez réductrice par convention, et comme pour toute généralité il existe des exceptions et de multiples variations qui peuvent contredire cette "tendance générale" souvent constatée et donc acceptée comme une orientation générique.

 

Alors la vraie question se pose ici : comment cette vision (ou interprétation) sexuelle de l'acte chez la femme va elle influer sur son comportement au sein du couple ? Et par conséquent comment la Femme va t-elle "moduler" ce comportement face à celui de l'Homme qui possède une vision plus "terre à terre" du sexe dans le couple constitué. Comme souvent se poser les bonnes questions permet de déjà y répondre partiellement. Notons ici en aparté que nous nous en tenons uniquement au couple déjà construit et stable et non aux autres modèles de relations "sexuées" entre un homme et une femme puisque les schémas de séduction et d'approches n'ont rien à voir avec les habitudes sexuelles d'un vrai couple au long terme, la différence doit être soulignée afin de ne pas mélanger tous les types de comportements sexuels en un seul bloc alors qu'ils sont distincts.

 

Pour la femme l'acte sexuel n'est pas un besoin premier, il représente plus une étape qu'une fin en soi ou un but ultime, contrairement à l'homme la femme peut assez facilement se passer de l'acte sexuel avec un partenaire sur une longue durée sans pour autant en avoir des séquelles psychologiques majeures et par conséquent vivre tout à fait normalement. Par contre, et nous le savons toutes, les femmes aiment d'autant plus "être aimées et désirées ici réside toute la différence car il y a une conceptualisation de l'amour (et donc de l'acte sexuel) qui prime sur l'acte par lui-même.

 

En effet, une femme sera malheureuse si elle n'est pas aimée ou admirée, alors qu'un homme se contentera d'être heureux s'il a eu accès à l'acte sexuel même s'il n'est pas aimé en retour. Pour schématiser : la femme veut qu'on l'aime pour ce qu'elle est en qualité de personne et non pour qu'elle représente sexuellement, même si finalement l'acte sexuel peut signifier qu'elle plait aussi, mais dans une certaine mesure "purement sexuelle", ce qui ne satisfait généralement pas complètement les femmes "a contrario" des hommes qui le sont complètement après l'acte sexuel comme s'ils avaient réussis ce que recherche madame, ce qui est loin d'être le compte.

 

Alors, au sein du couple l'on voit bien se dessiner le profil d'une bonne gestion de cette sexualité partagée dans le couple lorsque l'on connait mieux la psychologie féminine, et donc messieurs voici quelques pistes pour satisfaire une femme au plus proche de ses besoins réels en la matière:

 

- Madame attend déjà une certaine "attention", ce n'est pas une poupée ou un jouet...

- Monsieur, montrez lui tout votre désir, c'est l'étincelle du vrai désir féminin en retour

- Ne pas brusquer ou accélérer les choses, prenez le temps, tout est dans la préparation

- Monsieur, sachez parler, exprimez votre envie et votre amour pour votre femme

- Les femmes demandent de l'attention, du temps etc des préliminaires, notez-le bien.

- Madame n'attend pas "que l'acte sexuel", elle veut aussi sentir qu'elle est "dé si rable"

- Et puis messieurs, soyez gentlemen, "les dames d'abord" en ce qui concerne le plaisir de cette façon elles pourront en prendre plusieurs fois de suite (elles vous sont physiologiquement supérieures sur ce point) et seront comblées d'une telle attention renouvelée, cela ne fera aussi qu'accroitre votre ego et votre propre jouissance retardée...

 

Ces quelques petites astuces (néanmoins importantes) démontrent bien que les femmes cherchent avant tout une reconnaissance et un respect de leur personne physique et mentale dans l'acte d'amour ainsi que dans le regard que leur porte leur partenaire, donc pour réussir sa sexualité dans le couple il faut que madame sache faire preuve d'une forte démonstration de sa personnalité en osmose avec son propre corps de femme dans l'acte sexuel, ceci pour s'affirmer comme étant un être "complet" de désir pour son homme, à la fois comme "sa femme" et comme "une femme" ! et celui-ci doit accepter de voir en sa partenaire autre chose qu'un seul "sexe faible" passif et attentiste sans cervelle, bien au contraire l'homme doit pleinement savoir mettre en avant la psychologie féminine de sa partenaire dans l'acte sexuel et ne pas être uniquement orienté par ce qui se passe en dessous de la ceinture car la femme jouit d'abord avec sa tête et seulement après avec son sexe !

 

"Seul le battement à l'unisson du sexe et du cœur peut créer l'extase."  Anaïs NIN

 

"Faire l'amour, en soi, ne libère pas les femmes. La question, c'est de savoir de quelle sexualité les femmes doivent se libérer pour la vivre bien."  Susan SONTAG

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 30 novembre 2010 2 30 /11 /Nov /2010 09:42

sexo_comment_bien_gerer_sa_sexualite_en_couple.jpgIl est des sujets encore tabous dans notre société dès qu'on les aborde dans le détail ou de manière plus transparente, notamment en ce qui concerne le sujet de la sexualité ou des comportements sexuels, surtout au sein du couple.

 

Pour preuve il en est, puisqu'il faut croire que les médias ne s'intéressent vraiment aux femmes et aux relations Hommes-Femmes qu'une seule journée dans l'année avec cette fameuse "journée de la Jupe", laquelle défrayait d'ailleurs la chronique il y a seulement quelques jours.

 

Mais ce qui est encore plus significatif et terrible actuellement, c'est bien ce rapport en hausse des viols ou tentatives de viols en France selon l'Observatoire National de la Délinquance : il est de 198 000 par an (dixit "Le Monde"), soit en moyenne un acte toutes les 7 minutes (dixit association "Osez le Féminisme"). Après un tel état des lieux il est difficile de parler sereinement de relations sexuelles surtout lorsque l'on nous annonce qu'un tiers des viols est un viol au sein du couple... autant dire que le sujet est brûlant et même assez inquiétant.

 

Néanmoins, après ce préambule indispensable et bouleversant, nous devons aborder le thème de la sexualité au sein du couple avec une certaine lucidité en gardant à l'esprit que le sexe n'est pas un jeu anodin mais bien un enjeu important à la fois pour chacun au niveau personnel, dans le couple et aussi de manière plus générique un enjeu sociétal qui reflète l'état social de nos mentalités contemporaines complexes en perpétuelles mouvement.

 

Comme nous pouvons l'imaginer ou bien aussi parce que certain(e)s l'ont vécu ou le vivent au quotidien : gérer sa sexualité au sein du couple c'est avant tout savoir gérer ses propres pulsions sexuelles tout en respectant le désir du conjoint de vouloir y participer ou non, et donc rien n'est plus vrai ici que de souligner que : "ma liberté sexuelle s'arrête là où commence celle de ma (mon) partenaire" ! Et cela n'est pas évidemment simple en pratique... En effet laquelle d'entre-nous n'aura jamais eu, collé dans son dos, son partenaire "littéralement débordant d'envie" alors que nous n'avons pas vraiment cette même envie réciproque ? Idem en ce qui concerne les hommes, mais beaucoup plus rarissime : si madame joue les furies sexuelles alors que monsieur n'envisage résolument qu'un très gros dodo calme et réparateur...

 

Evidemment, il existe des couples qui ne se posent pas tant de questions, monsieur plein de testostérone et madame sous overdose d'œstrogènes pour une vie de coït ininterrompue, assumée en toutes circonstances, en tout type de lieux, à toute heure du jour et de la nuit... Oui, cela existe, mais uniquement dans les mauvais films x ou à la limite en nuit de noces en rêve ! Ne soyons pas dupes, le sexe se gère à deux, l'un et l'autre des partenaires disposent de leurs corps selon leur bon vouloir et imposer unilatéralement à sa (ou son...) partenaire un acte sexuel non désiré devient alors "de facto" un acte de viol.

 

Sachons tout de même relativiser si cela était néanmoins possible de le faire... sinon tous les hommes seraient en prison à cette heure car ils ont certainement tous, "à leur corps défendant", déjà fait au moins une fois "le forcing" avec leur femme, laquelle ne dispose finalement que de très peu de réponses satisfaisantes face à cette "demande sexuelle":

 

- le "laisser faire" sans vraiment participer, attitude lâche et ambigüe

- lui dire NON, il risque de ne pas apprécier mais au moins c'est clair

- trouver une raison valable pour signifier que ce n'est pas possible

- lui dire "pas aujourd'hui, demain ce sera bien meilleur mon chéri" !

 

Comme nous le voyons, à moins d'être une triple idiote ou une bête de sexe nymphomane qui s'allonge dès qu'on lui demande, il est préférable de gérer la sexualité du couple par un dialogue "en amont", à la limite il vaut même mieux prévenir votre partenaire que "vous n'avez pas envie" avant même de vous glisser dans le lit avec lui... sinon cela peut vite devenir un grave problème de couple s'il y a mésentente sur cet important sujet de la sexualité. La plupart du temps il faut savoir que les hommes auront envie de vous dès qu'ils vous verront arriver en petite tenue... c'est clair que s'il est avec vous dans le même lit c'est que vous le voulez bien et que vous ne lui êtes pas indifférente, bien au contraire, vous le savez bien ! Alors mesdames que faire dans la pratique pour que tout se passe au mieux pour votre couple en matière de sexualité :

 

- la meilleure solution est de se concerter en couple avant tout.

- monsieur doit aussi rester gentleman en respectant madame.

- madame doit savoir gérer la libido de monsieur, il a ses besoins...

- dans tous les cas le couple doit être au diapason du désir partagé

- la solution radicale : avoir des lits jumeaux... mais pas très glamour

- et si vous n'aimez pas faire l'amour... que faites-vous en couple ?

 

Sans vouloir définir de vraies fausses généralités sur ce sujet éminemment complexe, où chaque couple est totalement différent, où chaque individu vit sa sexualité selon son histoire spécifique, où finalement la sexualité n'est autre que le rapprochement volontaire et ultime des corps au sein d'un couple constitué, il n'est qu'une seule règle qu'il faut absolument suivre : respecter réciproquement l'envie et le besoin de chacun en toute harmonie dans le couple. Lorsque vous avez envie de faire l'amour avec votre partenaire, demandez-vous si cela est bien partagé à ce moment, si cela est possible, sachez détecter le désir chez elle ou chez lui, sachez aussi capter sa fatigue ou sa volonté de ne pas vouloir subir un acte sexuel non désiré, en cela vous ne ferez qu'accroitre le respect mutuel et l'amour qui vous unit, ainsi vous saurez encore mieux partager toutes les extases des moments d'intimité parfaitement consentis en une véritable communion des sens et des esprits, en un harmonieux dialogue des corps.

 

"L'union la plus grande possible que l'on peut avoir entre deux êtres, c'est faire l'amour. Ce n'est pas avec des mots que l'on communique." Georges Simenon

 

"Faire l'amour, c'est encore le meilleur remède contre la solitude, le seul moyen de dépasser les frontières qui isolent deux êtres, si proches l'un de l'autre soient-ils." Anne Bernard

 

 

Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Sauver son couple
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 26 janvier 2010 2 26 /01 /Jan /2010 18:54

Comment_acte_sexuel_couple.jpgDans notre monde contemporain les hommes et les femmes adoptent des comportements modernes vraiment très divers afin de se choisir, de s'apprécier et de temps en temps rester ensemble pour former un "couple durable" (dans le sens qu'ils se plaisent assez pour développer une "relation" ensemble, faire l'amour régulièrement et envisager des projets en commun, comme nous l'avions déjà écrit dans les précédents articles 1/3 & 2/3).

 

"Se choisir", voici la plus belle énigme de la Création ! En effet, sur quels critères les individus se fondent-ils pour "se trouver" dans le but de s'unir... il s'agit ici d'un dilemme existentiel capital, personne n'y échappe et toute cette histoire est certainement la clef du sens de la Vie, de nos vies, finalement de la vôtre aussi... Nous comprenons tous que se pencher sur ce point ne va pas être si simple mais heureusement nous pouvons définir quelques postulats pour sortir de ce brouillard et éviter la catastrophe climatique conjugale en faisant un mauvais choix dès le départ... oui, car : qui ne s'est pas dit au moins une fois : "j'aurai mieux fait de me casser une jambe le jour où je l'ai rencontré(e)" (petite phrase exprimée en pensée plutôt "qu'en mots dits") ou bien encore : "quel heureux hasard nous a fait nous rencontrer, quelle chance fantastique !" (dans ce dernier cas généralement les deux partenaires le disent ouvertement de concert avec un grand sourire en prime !).

 

Attaquons d'emblée le sujet de face afin de ne pas le biaiser, et posons nous la bonne question : si l'on est en relation de couple depuis longtemps, l'acte sexuel représente-t-il aujourd'hui le rituel ultime et inaliénable qui définit la puissance de cette relation et soude les deux partenaires dans une union de couple stable et harmonieuse ? En d'autres termes : l'acte sexuel répété avec un partenaire habituel entraine-t-il la formation d'un "couple à part entière" avec ce même partenaire ?

 

Cette dernière question ouvre un sous-entendu "presque" évident qu'il convient néanmoins de souligner : un "vrai couple" ne semble être défini comme tel que s'il n'y a pas d'acte sexuel extra-conjugal, que si l'acte sexuel est partagé en commun mais pas avec d'autres, et uniquement si la confiance et ce partage intime ne sont réservés qu'à "l'élu(e) de son cœur"...  Mais tout ceci reste une réalité bien théorique car dans la pratique il arrive que les couples s'octroient la permission "d'aller voir ailleurs"... De cette permissibilité on voit tout de suite le danger potentiel d'une telle décision, laquelle semble pourtant empreinte d'une gentille "Liberté d'esprit"...

 

Car finalement, avec qui faire l'Amour sinon avec la personne en qui l'on a le plus confiance, avec qui l'on désire allumer le foyer d'une vie partagée, avec qui l'on veut aussi fonder (ou refonder) une famille stable.... Ici aussi la question de l'acte sexuel implique la notion fondamentale de la vie en commun (voire de la famille) et donc à long terme de se poser non seulement la question de la simple "relation de couple" mais surtout celle de la "vie de couple", et la différence est essentielle ! car cette passation, qui n'est pas que terminologique, va sceller la relation en union désirée, décidée, durable et stable.

 

Sans faire pour autant l'apologie du mariage ou d'un quelconque contrat social établi par la société (de type "pacs" ou autres...), ce sont bien les deux partenaires qui décident conjointement d'un partage de l'acte sexuel réservé uniquement au sein du couple dans une intimité exclusive. L'acte sexuel est donc un facteur "constructeur du couple" à la fois rituel de passage (comme nous l'avions vu précédemment) mais aussi un "pacte fondateur" qui lie résolument la confiance des partenaires et la met à l'épreuve du feu (face aux différentes tentations extra-conjugales).

 

Nous constatons tout le poids "réel" de l'acte sexuel dans la relation de couple : il est une des composantes majeures sur laquelle l'ensemble de la relation va s'établir, et ici il n'est plus simplement question de plaisir mais surtout et avant tout d'acte d'engagement réciproque et de confiance mutuelle définissant ainsi les fondations de la vie du couple.

 

Evidemment, toutes ces notions de confiance, de relation de couple (ou de vie de couple) se construisent non seulement avec le temps mais aussi avec une certaine maturité d'esprit, cette dernière n'est accessible qu'aux couples ayant déjà vécus pleinement des expériences amoureuses constructives, il n'est pas question d'extrapoler globalement notre raisonnement à tous les couples quel que soit leur âge ou leur histoire personnelle... de même, certains disposeront de cette maturité nécessaire très tôt et d'autres ne l'acquerront qu'assez tardivement au fil de leur vie et des rencontres successives qui forgent leur caractère via des expériences heureuses ou malheureuses.

 

Dans tous les cas, si vous êtes déjà en couple et que vous continuez à vous poser la question : "avec qui faire l'amour aujourd'hui ?" c'est que vraiment votre relation de couple actuelle n'est pas épanouie ou que vous n'êtes pas encore fait(e) pour vivre en couple... par conséquent approfondissez d'abord votre relation préexistante avant d'aller chercher ailleurs et sachez être responsable de vos actes (sexuels) en toute connaissance de cause... à effet sur votre partenaire. Et n'oubliez pas qu'en couple vous avez des choix à faire à deux pour savoir ce que l'acte sexuel signifie pour vous deux, très certainement beaucoup de plaisir partagé... mais aussi un formidable pacte de confiance réciproque, celui-là même qui peut vous permettre de construire une véritable vie de couple en toute sérénité et plénitude, un accomplissement pour certain(e)s, peut-être même le "sens de la Vie"... mais ceci est une autre histoire, plus philosophique voire métaphysique.

 


Par France-Emmanuelle - Publié dans : Sexualité - Communauté : Conseil Conjugal
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

votre Etude Gratuite :

Recommander

Mon site :

Syndication

  • Flux RSS des articles

video sauver son couple:

ouvrir video en PC & MAC
Pour votre couple cliquez ici

 

Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés