Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • France-Emmanuelle
  • Vous apporter LA SOLUTION à votre Problème De Couple
  • Vous apporter LA SOLUTION à votre Problème De Couple

Blog France-Emmanuelle

France-Emmanuelle vue sur le Web:

France-Emmanuelle vous informe

Si vous êtes sur mon blog c'est probablement que vous rencontrez un problème au sein de votre couple, vous cherchez une solution ?

29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 13:55

complexe-de-Cendrillon.jpgLes contes pour enfants ont la part belle chez les psychologues et psychiatres outre-Atlantique et arrivent chez nous sous différentes formes, c'est ce que l'on constate avec cette avalanche de syndromes qui portent des noms comme Peter Pan, Blanche Neige ou bien encore Cendrillon ! Allons-nous bientôt avoir le Complexe d'Atchoum, de Timide ou de Grincheux ?

Pourquoi pas ! Mais trêve de plaisanterie puisque tout ceci reste dans une optique de classification très sérieuse, malgré certaines apparences bien évidemment trompeuses.

 

Il est en effet pratique de distribuer à la volée des noms significatifs qui résonnent dans l'imaginaire collectif et imagent tel ou tel syndrome-complexe, ceci pourrait apparemment simplifier la compréhension de la problématique et lui donner ce petit plus pour mieux le catégoriser dans la myriade de symptômes ou de comportements plus ou moins définis...

 

Justement, il semblerait que l'un de ces syndromes soit un peu plus d'actualité et resurgisse régulièrement dans les conversations des "spécialistes", surtout en période de crise pour nous faire croire que les femmes ont une prédestination à la souffrance ou à la dépendance... c'est : le Syndrome ou "Complexe de Cendrillon". Alors qu'en penser exactement ? Déjà définissons ensemble ce que cache ce fameux Complexe de Cendrillon pour lever le lièvre et mieux l'attraper par la suite, si cela est néanmoins possible, mais espérons alors ne pas être au pays d'Alice...

 

Dans un premier temps souvenons-nous de nos classiques, de ce "conte de fée" qui met en scène une pauvre jeune fille harcelée par ses soeurs, elle doit travailler sans relâche et s'occuper des pires besognes, Cendrillon est victime d'une condition qu'elle accepte, celle d'être en bas de l'échelle sous les ordres d'autrui sans rien avoir à y redire. Mais un jour, par quelques tours de magie voilà que Cendrillon se transforme en belle princesse pour un temps seulement et arrive à séduire le prince charmant par le plus grand des hasards en perdant sa pantoufle... Voici donc ce dont personnellement je me rappelle et certainement qu'ici vous aussi aurez à peu près la même version accélérée de cette histoire... A n'en pas douter il existe des centaines de versions de Cendrillon de part le monde, avec à chaque fois quelques différences fondamentales ou non.

 

Mais que signifie finalement toute cette histoire pour en faire un emblématique syndrome psychanalytique... que devons-nous en déduire, ou plutôt quelles interprétations se faufilent derrière ce conte de fée. Il y a hélas (ou heureusement...) tout autant d'explications que de variétés de cette histoire, mais il en est une qui marque une principale orientation à bien noter : c'est celle de la transformation, de l'évolution de la personne dans un contexte de contrainte. Sans rentrer dans des détails mais juste un peu tout de même, par exemple que la pantoufle de verre serait le don d'une partie de soi (certains y voient ici l'acte sexuel comme approche, avec la pantoufle comme représentation du sexe féminin, ou bien encore de la perte de la virginité), il semble évident qu'il y a ici une signification bien plus globale : celle de la condition de la femme vis à vis de sa famille et des hommes (ou de l'homme désiré via le "prince charmant").

 

Pour en revenir à nos moutons du quotidien, sans pour autant avoir à faire le ménage comme Cendrillon... Ce syndrome met l'accent sur l'interrogation qu'ont les femmes qui travaillent, notamment sur la qualité de leur vie moderne et relationnelle, doivent-elles rester seules à s'assumer, dans des conditions souvent difficiles ou bien chercher un "homme providentiel" pour vivre une histoire d'amour à deux, mais doivent-elles aussi dans ce cas se donner corps et âme pour échapper à la solitude et aux difficultés ? N'y a t'il ici qu'une solution de renoncement à soi-même afin d'échapper à sa propre existence solitaire ou bien au contraire, la condition de la femme peut suivre d'autres chemins sans être invariablement lié au désir de s'unir.

 

L'on voit très bien toute la complexité du problème en passant par un simple conte de fée... le "Complexe de Cendrillon" peut se jouer dans deux sens radicalement opposés et extrêmes : soit les femmes renoncent à toute vie amoureuse pour se démontrer d'abord à elles-mêmes qu'elles sont complètement autonomes et indépendantes des hommes, soit elles renoncent à toute vie sociale et professionnelle afin de se prouver qu'elle savent aimer un homme et s'y dévouer corps et âme "dans le meilleur des Mondes" comme dans un conte de fée... Evidemment dans les deux cas c'est une erreur.

 

Ceci-dit les femmes modernes ont bien cette double interrogation, celle d'exister à part entière en tant que femme active, mais tout en partageant si possible avec un partenaire, c'est une dualité qu'impose notre société, le choix du "dosage de l'ego" en revient à chacune d'entre nous.. dans tous les cas méfions-nous de ces contes de fée qui se terminent trop bien et selon une finalité écrite d'avance, regardons les plutôt autrement pour en définir nos propres options personnelles, nos propres histoires, mais attention de ne pas attendre la toute dernière minute, celle d'après minuit !

   

"Une morale nue apporte de l'ennui ; le conte fait passer le précepte avec lui." Jean de La Fontaine

 

"La vie ressemble à un conte ; ce qui importe, ce n'est pas sa longueur, mais sa valeur." Sénèque

 

"La beauté, pour le sexe, est un rare trésor. De l'admirer jamais on ne se lasse ; Mais ce qu'on nomme bonne grâce Est sans prix, et vaut mieux encore."  Charles Perrault (Extrait du conte Cendrillon)

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Hommes-Femmes
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 18:17

sexe_pouvoir_amour_couple-copie-2.jpg"L'Amour, le Sexe et le Pouvoir", non ce n'est pas le dernier bestseller du prix Goncourt ou du Renaudot, pourtant ce pourrait bien être une excellente trilogie gagnante tant l'on a écrit sur le sujet... depuis que l'Humanité existe sous une forme structurée, de la plus petite communauté ancestrale à la plus grande mégalopole urbaine contemporaine, la multiplicité des contacts entre humains impose ses lois et ses préceptes sur la base d'un rapport de force entre les individus via des relations de pouvoir, d'amour, des fois de haine et de sexe.

 

Nous n'allons pas ici même refaire l'histoire de l'Humanité pour nous en convaincre, les relations entre individus, du même sexe ou du sexe opposé, sont régis par cette trilogie, une sorte de triangle des Bermudes où bien des hommes et des femmes ont pu sombrer dans quelques excès sur leurs congénères. Mais pas besoin d'aller bien loin pour constater que même à notre simple niveau individuel nous sommes tous plus ou moins confrontés à ces "rapports de force", ces sortes de contrepoids relationnels complexes qui tracent les voies invisibles de nos existences.

 

La vraie question serait la suivante : jusqu'où pouvons nous aller en étant lié au "pouvoir d'attraction" du sexe, à la force de l'amour ou bien au désir instinctif du pouvoir ? l'on voit d'ailleurs toute la limite assez floue qui s'instaure dans cette étrange triangulation, le sexe est-il une sorte d'émanation du pouvoir, l'amour est-il un contre-pouvoir du sexe ou une complémentarité plus intellectualisée de celui-ci, la notion de pouvoir sur autrui est-elle liée de loin ou de près au sexe, à l'amour ou à la haine (comme rejet donc "action contre", d'où désir de subordination...).

 

Laissons les réflexions complexes et presque philosophiques, bien réelles mais qui demanderaient plusieurs bibliothèques pour n'en entrevoir qu'une certaine réalité, afin de nous focaliser uniquement sur le... sexe. Et que savons nous du sexe ? Déjà que c'est instinctivement très ancré dans nos gènes, que nous ne pouvons pas y échapper, que d'ailleurs nous existons tous grâce à lui... ne l'oublions pas. Par conséquent nous pouvons noter que nous sommes tous un tant soit peu "prisonniers du sexe", contraints d'y penser et aussi contraints de passer à l'acte, c'est un impératif physique que notre corps demande instamment. Ce besoin intrinsèque de sexe, très variable selon les individus, peut néanmoins dépasser certaines limites, on parle alors "d'addiction sexuelle" pour toute personne qui ne pourrait agir ou penser qu'en passant par la "case sexe" ! On voit d'ici toute la difficulté relationnelle à entrer en contact avec autrui si l'on aborde la chose directement par cette voie purement sexuée...

 

Peut-on dire que l'addiction au sexe est une maladie en soi ? Dans tous les cas ce n'est pas une attitude normale, c'est généralement une attitude déviationniste très handicapante, bien que la juste norme ne soit pas toujours facile à définir (ou à quantifier) il semble certain que l'on ne peut pas tout aborder au quotidien sur le mode "le sexe d'abord"... Hélas pour elles, les personnes qui souffrent de cette addiction déclarée, ne peuvent pas vivre normalement et doivent se faire soigner pour retrouver une sérénité dans leurs relations basiques aux autres. Par contre, dans le couple il existe un paradoxe, en effet l'addiction sexuelle au partenaire pourrait paraitre bien plus "normalisée" du fait que les deux individus peuvent à tout moment passer à l'acte sans pour autant que la relation en soit perturbée, ce serait même bénéfique puisqu'il est couramment admis que dans le couple l'acte sexuel est l'un des ciments de la relation et que répéter celui-ci va dans le bon sens, de ce raisonnement. Oui mais... Oui mais qu'en est-il si l'un des partenaires est, disons-le comme suit : "moins addict" que l'autre... alors effectivement il y a ici un véritable problème de couple, l'un passe pour un obsédé et l'autre pour un impuissant (pour les hommes) ou une frigide (pour les femmes).

 

C'est ici qu'intervient le rapport de force de notre fameuse trilogie, lorsqu'un individu impose son pouvoir sur un autre... en ce qui concerne le sexe il y a donc abus sexuel sur autrui si ce dernier n'est pas consentant, et chaque jour l'actualité nous le rappelle.

 

Que dire de l'Amour dans cette affaire de sexe... Finalement si l'on analyse bien l'ensemble de ce "raisonnement sexué", l'Amour ne serait qu'une forme de consentement réciproque où chacun reconnait pleinement en l'autre sa propre limite d'abus, que ce soit d'abus sexuels ou plus simplement d'abus de pouvoir. Je reconnais que cette définition de l'amour ne satisfera pas tous mes lecteurs mais je répondrais que la Liberté (sexuelle) des uns s'arrête là ou commence celle des autres. Ma définition de l'amour aura au moins l'intérêt de poser des bases de réflexion sur ce rapport de force entre les individus, et plus précisément sur les relations homme-femme !

 

"Le sexe est une des formes primaires du pouvoir." Ernesto Sabato

 

"Le sexe, c'est toujours une relation de pouvoir, qu'on le veuille ou non. Il faut une lutte, une domination de l'un sur l'autre ! Sinon, ça ne marche pas." Monique Larue

 

Le sexe est le cerveau de l'instinct." André Suarès

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Sexualité
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 08:31

amour-couple-pouvoir-hommes.jpgIl y a quelques mois j'avais rédigé l'article "L'Amour, le couple, le pouvoir et les Femmes" en suivant l'actualité de prés suite à la nomination d'une femme française à un haut poste "politico-financier" au sein d'une institution internationale très importante... au FMI pour ne pas le citer.


Aujourd'hui, toujours dans cette même trame d'actualité qui s'enchaine assez singulièrement, mon présent article vient donc compléter cette "dualité de genre" du pouvoir, des hommes et des femmes. Il est tout de même fortuit mais aussi tout à fait à propos que cette actualité se prête aujourd'hui si bien à ce thème puisque les rebondissements d'une affaire de police au sein d'un grand palace lillois mêlent apparemment aussi semble-t-il l'ancien dirigeant du FMI dont tout le monde connait le nom ainsi que "l'autre affaire", celle-ci située à New York...

 

Alors pourquoi prendre aujourd'hui ce fil conducteur pour rédiger cet article ? Pourquoi prendre en exemple un cas particulier qui n'est pas, semble-t-il, pour autant à généraliser?

 

Le Pouvoir et les hommes... voici le cocktail détonnant dont l'alchimie a su paver l'Histoire du Monde afin d'en construire des états ou d'en détruire d'autres, afin d'influer sur des décisions à l'échelle de continents ou bien plus trivialement et plus simplement à notre niveau pour interférer dans nos vies de tous les jours. Les "affaires" dont je fais référence en demi-teinte reflètent bien l'intrication du Pouvoir, des hommes et d'un troisième élément fortement catalyseur : le Sexe... voilà enfin le point convergeant, si j'ose dire, celui qui nous donne le vrai fin mot de l'histoire pour enchainer plus en avant.

 

Evidemment l'on ne parle pas de "pouvoir masculin" sans évoquer ce fameux "sexe fort" et par conséquent y associer directement les relations purement sexuelles entre les hommes et les femmes, c'est ici un paradoxe puisque nous avions vu précédemment que les femmes avaient aussi plus souvent qu'on ne le croit ce véritable pouvoir de décision (du "sexe faible" ), celui de dire oui ou non à un homme, celui de lui accorder son corps et son esprit, et ainsi transformer la simple relation en une relation (sexuelle et amoureuse) au sein d'un couple constitué.

 

Que dire alors de cet autre paradoxe, celui qu'ont les "hommes de pouvoir", normalement des hommes responsables, de ne justement pas pouvoir se passer d'exercer sur les femmes cette fausse autorité qui force, qui oblige, disons le franchement, qui outrepasse le droit, voire qui peut aboutir à l'acte violent ou bien plus grave, au viol. Le pouvoir de certains hommes engendrerait-il un excès de "pouvoir sexuel" sur les femmes ? Les hommes seraient-ils tous potentiellement en abus de pouvoir (sexuel) faute d'en avoir trop à un moment de leur vie ou dans leurs activités ?

 

Les réponses sont sensibles, compliquées et difficiles à cerner mais il semble néanmoins évident que nos sociétés occidentales ont su prendre la mesure de la situation et toute l'étendue de ce rapport de force hommes-femmes, notamment grâce à la relativement nouvelle notion de parité dans le travail ou dans les postes importants.

 

Bien entendu cette parité voulue et désirée dans les textes, n'est autre que le rétablissement d'un juste équilibre de pouvoir entre les hommes et les femmes, cette parité n'en est encore qu'à ses premiers balbutiements, l'application d'une parité réelle sera certainement un long périple. Et justement, que dire de la parité dans le couple ? D'ailleurs est-elle possible sans entrainer une confusion des genres ? De plus, n'est-ce pas là une difficulté supplémentaire pour vivre en couple ou bien au contraire est-ce une véritable aubaine pour réconcilier les hommes et les femmes dans une relation plus harmonieuse, plus respectueuse et sereine ?

 

En partant d'un "simple fait divers" d'actualité, les notions de couple, d'amour, de pouvoir et de sexe peuvent ressurgir en pleine lumière et nous montrer toute la face cachée de la réalité des relations complexes entre les hommes et les femmes. C'est en analysant cette actualité bien réelle que nous pouvons avancer pour résoudre des problèmes de couple au quotidien, c'est aussi en émettant des avis critiques sur cette actualité et en proposant des solutions que nous pouvons faire bouger les choses positivement tant pour les femmes que pour les hommes puisque la relation amoureuse ne peut se réaliser que conjointement de manière équilibrée dans la répartition du pouvoir de chacun, dans ce partage qui engendre la relation.

 

Dans tous les cas ni la force, ni la violence ou l'intimidation ne peuvent construire de bonnes relations entre les hommes et les femmes, la définition du mot "Amour" en dépend, et dans l'amour il y a le don volontaire et réciproque de soi à l'autre.

 

Ceux qui croient que le pouvoir est amusant confondent "pouvoir" et "abus de pouvoir".  André Malraux

 

"A tout être humain ont été concédées deux qualités : le pouvoir et le don. Le pouvoir conduit l'homme à la rencontre de son destin ; le don l'oblige à partager avec les autres ce qu'il y a de meilleur en lui."  Paulo Coelho

 

"Le fractionnement du pouvoir est la plus sûre manière d'en empêcher l'abus."  Maurice Druon

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Hommes-Femmes
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 14:53

 

Bonheur-couple.jpgJ'ai souvent écrit dans mes articles qu'il n'y avait pas de "prince Charmant" pour les femmes ou bien de gentille Cendrillon pour les hommes, ceci dit l'actualité récente pourrait me contredire : il y a seulement quelques jours le jeune monarque du petit état du Bhoutan vient tout juste de se marier avec une jolie roturière, ce qui va donc me permettre de remettre (pour un temps seulement) au goût du jour la belle histoire d'amour typique puisque apparemment "le bonheur est dans le couple", du moins dans cet état lointain grand comme la Suisse. Mais voyons un peu ensemble si nous pouvons en tirer une bonne leçon ou un enseignement positif.

 

"Le prince charmant de l'Himalaya", c'est ainsi qu'est appelé le monarque de ce pays qui a décidé et décrété officiellement devant le Monde entier de ne plus avoir de PIB (Produit Intérieur Brut) comme référence de bien-être mais plutôt un BNB qui signifie Bonheur National Brut ! Voilà donc une très sage décision, laquelle en temps de crise mondiale, devrait être pleinement suivie par nos décideurs politiques occidentaux plutôt que de nous astreindre à une ANB ou Austérité Nationale Brute en promesse d'un avenir assez loin du bonheur attendu par les peuples... D'ailleurs, et juste en constatant encore une fois l'actualité : n'y a-t-il jamais eu autant "d'indignés" dans les pays dits développés et riches qu'en ce moment, n'y a-t-il jamais eu autant de manifestations dans les rues des capitales... Est-ce là une réaction significative qui contribuerait à démontrer que nous voulons tous légitimement notre part de Bonheur ?!

 

Et le couple dans tout ceci... le couple est encore plus à l'image des revendications populaires actuelles, il est même encore plus dans une exigence de bonheur ou de promesse de mieux vivre, sinon à quoi cela servirait bien de se "rassembler à deux" pour finalement ne pas être plus heureux... Ici aussi l'instauration d'une sorte de "Bonheur Conjugal Brut" définit la base de la relation de couple, c'est le préalable nécessaire et affirmé d'office, la volonté revendiquée d'une "liberté à deux" dans la construction d'un bonheur commun.

 

Alors, le bonheur est-t-il dans le couple ?! Très certainement si cet idéal de vie permet d'entreprendre à deux ce que l'on ne peut pas faire seul(e), de pouvoir aller plus loin et plus haut, de se sentir sécurisé(e) par une relation de couple durable en ayant, peut-être comme au Bhoutan, la meilleure perspective d'augmenter son propre BMP : son "Bonheur Mutuel Partagé" !

 

A l'image des crises sociétales et surtout face à l'adversité de nos vies contemporaines dans des systèmes de pouvoirs et de gestions de ressources qui nous dépassent souvent, "l'entité couple" dispose des mêmes armes pour y répondre ou y réagir, en effet la souffrance du couple s'exprime par l'indignation, par la revendication et par le dialogue ouvert, aucune crise ne se résout dans le silence, sauf dans des "états de dictature" d'un autre temps. Par conséquent pour vivre heureux le couple se doit impérativement de revendiquer sans cesse son bonheur et l'exprimer librement, c'est ici le "statu quo" nécessaire pour prendre le chemin de l'équilibre et de l'harmonie partagée. A l'image de l'état du Bhoutan cultivons donc nous aussi dès aujourd'hui notre Bonheur intérieur Brut !

 

"Si l'on trouve du plaisir au bonheur d'autrui, c'est avant tout parce que l'autre est nécessaire à son propre bonheur." Jacques Attali

 

"Accepter les dépendances que nous impose la nature, c'est la sagesse; les aimer, c'est le bonheur." Bernard Grasset


"Le plus grand secret pour le bonheur, c'est d'être bien avec soi." Bernard Fontenelle

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Sauver son couple
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 12:06

couple_en_crise_je_ne_t-aime_plus_comme_avant.jpgDans une vie de couple, comme dans la vie de tous les jours, au travail, dans la rue ou bien même entre amis, il n'est pas rare de s'entendre dire des paroles que l'on aurait préférées ne pas entendre. Quelques fois ces paroles se gravent et restent ancrées durablement dans nos esprits troublés, elles peuvent prendre des proportions ou des résonances particulières qui viennent ainsi gravement nous perturber psychologiquement.

 

Bien souvent les personnes qui profèrent ces quelques mots dérisoires à leurs yeux ne se rendent pas compte de la portée et des conséquences de leur parole ainsi que de l'impact réel qu'ils provoquent chez ceux qui les reçoivent comme une énorme gifle ou un coup de matraque sur la tête.

 

Ainsi, chez beaucoup de couples bien établis ou en relation de couple depuis un certain temps, il n'est pas rare d'entendre l'un des deux partenaires sortir soudainement "d'on ne sait où", et sans en mesurer toute l'intensité ni l'étendue, le fameux : "je ne t'aime plus comme avant", voire même l'encore plus radical et dévastateur : "je ne t'aime plus" équivalent à un tout aussi destructeur "finalement je ne t'aime pas".

 

Il est vrai que ceux et celles qui osent sortir la "grosse artillerie" en proférant de telles paroles apparentées à un mini bombardement nucléaire, doivent alors prendre en compte toutes les conséquences de leur message et s'attendre à de lourdes conséquences en retour, pour ne pas dire des "représailles militaires" si l'on veut utiliser une terminologie pour le moins guerrière ici tout à fait à propos.

 

Et justement, que reste-t-il après ce terrible bombardement ? oui, posons-nous la question : que se passe-t-il dans la tête de celui ou de celle qui vient de s'entendre dire la phrase qui tue d'un coup la relation amoureuse ou du moins qui la congèle instantanément en quelques secondes après réception, pour une durée indéterminée voire définitivement... Et surtout comment agir ou réagir intérieurement face à cette situation qui vient de celle ou de celui en qui l'on a le plus confiance, le (la) partenaire de sa vie, son autre "moitié vivante", son prince ou sa princesse qui vient en deux mots de nous répudier du trône royal pour nous entrainer dans les bas-fonds du "château conjugal".

 

Beaucoup de questions effectivement... mais qu'en est-il de celui ou de celle qui a lancé les "mots de tous les maux" ? Posons-nous la question préalable de savoir si finalement cette personne n'est elle-même pas en grande souffrance au moment "d'attaquer plus pour se protéger" que pour revendiquer une rupture dans l'instant, ou bien pour tester fortement le (la) partenaire avec un feu d'artifice déstabilisant...

 

La vie de couple, et même de manière générique la relation amoureuse, n'est pas une sinécure, chaque jour passé à deux est une épreuve existentielle complexe où le couple doit redécouvrir l'autre sans pour autant ni l'étouffer ni l'espionner; c'est une charge difficile que de devoir jouer les équilibristes à deux sur le même fil tendu de l'existence, mais pourtant c'est possible. le dialogue, même difficile avec des mots directs et incisifs, reste un élément de communication primordiale de la bonne marche du couple, mais il faut aussi savoir que certains mots peuvent entrainer de graves crises ou des blessures durables.

 

Dans ces mots souvent violents qui auraient pu apparaitre au quotidien, il faut avant tout y voir une grande détresse de celui ou celle qui les profère, et pas toujours une attaque tournée vers celui qui les reçoit. C'est une épreuve à la fois difficile à surmonter et complexe à comprendre dans ses rouages les plus intimes de la psychologie, même les spécialistes peuvent y voir une fausse réalité et se fourvoyer alors qu'il y a visiblement une réponse et un appel au secours dans ces paroles ultimes... car le "je ne t'aime plus" peut tout aussi vouloir dire "je n'aime pas ma vie" ou bien encore signifier un plus narcissique "je ne m'aime pas moi-même".

 

Rien n'est jamais simple ni évident dans "l'acte de parole", les "mots dits" ne sont pas tous maudits, ils comportent heureusement un revers, celui d'une autre face de la psychologie du couple qui permet très souvent de clarifier une situation assez conflictuelle ou très sombre n'ayant jamais été abordée directement. Soyons très attentifs, sans être néanmoins dans une attente hypnotique ou subjuguante des paroles de l'être aimé, soyons et restons dans cet équilibre d'écoute des mots, dans une franche communication ouverte même si elle peut être extrêmement difficile à entendre car il est des souffrances profondes qui doivent aussi sortir un jour sous la forme trompeuse de "maux dits", dans ce cas sachons les identifier pour mieux combattre les points sombres et brutaux de nos individualités sauvages, sinon le couple aura perdu face à une adversité qui ne dit pas son nom, une adversité de "non-dits" qui se déclame soudainement et insidieusement en "mots dits" très destructeurs.

 

 

"Celui-là n'aime pas véritablement qui n'aime pas jusqu'aux défauts de l'être aimé." Calderon

 

"Quand je n'aime plus, j'ai autant envie de ne plus être aimé que j'en ai d'être aimé quand j'aime." Bernard Fontenelle

 

"Le miracle de l'amour, ce n'est pas d'aimer un homme ou une femme : c'est de s'aimer soi-même juste assez pour être capable d'aimer vraiment une autre personne." Roger Fournier

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Conseil conjugal
commenter cet article
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 07:46

eviter_dispute_dans-_le_couple.jpgNos vies modernes sont pleines d'embûches et de rebondissements au quotidien, que ce soit au niveau de nos activités professionnelles ou bien simplement de notre vie affective ou relationnelle.

 

Ce constat implique que chacun doit s'adapter en temps réel, d'autant plus avec la surabondance de moyens de communication comme le Smartphone ou les réseaux sociaux, nous sommes tous sans cesse sollicités, sans cesse en alerte, constamment sous tension à l'image des appareils que nous utilisons.

 

Dans un couple ou dans une relation de couple, les interactions personnelles liées à nos diverses activités se juxtaposent à celles de notre conjoint, à un moment ou à un autre force est de constater que ces interactions individuelles ne sont pas toujours en phase avec "l'histoire du couple" dans son domaine plus intime et normalement réservé. Alors, quelquefois se créent des dissensions ou des décalages de point de vue au sein même de cette histoire, ce sont bien évidemment des perturbations habituelles que tous les couples connaissent assez bien et doivent subir.

 

Qui n'a pas en effet dû attendre la décision du chef de service de monsieur pour savoir à quelle heure il rentrait ou quand il serait absent de la semaine pour cause de déplacement professionnel ? Qui n'a pas rongé son frein en attendant madame, complètement injoignable et qui devait normalement être présente à l'heure pour ce rdv ? Quel couple n'a pas eu cet impression déconcertante face à une décision importante à prendre à deux mais qu'un abîme d'incompréhension séparait dans l'instant par un manque de concertation évident ?

 

Finalement, en cherchant bien, nous avons tous vécu ces épisodes de tensions, voire de disputes ou de mésententes au sein de notre couple, nous avons tous été face à des responsabilités ou à des prises de décisions contradictoires. Reste à noter qu'en définitif si nous ne nous souvenons pas de tous ces incidents c'est parce qu'ils ont trouvé à un moment ou à un autre une solution et que le couple a su surmonter l'orage sans en porter de cicatrices (mentales) visibles.

 

Hélas, il arrive néanmoins que certaines disputes laissent des traces et perturbent le couple durablement, ce sont alors des points noirs, des repères négatifs qui restent dans l'inconscient du couple et qui peuvent remonter à tout moment au moindre écart de l'un ou de l'autre. Ces épisodes sombres ne doivent pas rester sans réponse(s), il ne faut pas que la vie du couple soit jalonnée de ruptures ou d'incompréhension, il en va de la pérennité de sa relation et de sa qualité de vie au quotidien.

 

Lors d'un moment de crise ou de fortes tensions, le couple doit en faire état rapidement afin de positionner chaque problème selon une échelle de valeur commune, ainsi définie chaque problématique trouvera un terrain d'entente et de communication sur cette base positive afin de trouver la meilleure solution ou le compromis idéal. Dans tous les cas, ne pas aborder un problème de couple ou le différer est un risque potentiel important de créer une crise durable qui peut s'ajouter à d'autres "non-dits" (ou "non-résolus") plus anciens, ce sont ces accumulations nocives qui peuvent progressivement empoisonner la vie du couple.

 

Désamorcer une dispute n'est en définitif qu'un "modus operandi" défini au préalable pour déclencher le processus de communication axé sur des bases communes, lesquelles permettent de clarifier toute situation ou du moins d'en "prendre acte" en responsabilité partagée sous un même angle de vue. De cette façon le couple envisage une solution en étant non pas en opposition mais dans la même direction face au problème commun.

 

Comme j'ai souvent l'habitude de le dire, il existe autant de "modus operandi" que de types de couples, chaque individu est unique et chaque direction commune est différente face aux évènements qu'une relation à deux engendre. La spécificité de votre couple vous appartient pleinement, personne ne peut imposer un point de vu extérieur au couple lorsque celui-ci fonctionne bien, par contre vous pouvez et devez faire appel à un(e) spécialiste si vous sentez que la situation exige que vous ayez à redéfinir le mode de communication de base de votre couple, ce fameux "modus operandi"... l'aide de ce spécialiste est à l'image d'un "starting block" pour vous remettre en course sur le chemin d'une relation de couple stable, équilibrée, sereine et durable.

    

 

"Dans la contradiction, l'amour se renforce. Dans la confrontation et la transformation, l'amour se préserve." Paulo Coelho

 

"Un ménage est bien accordé où les deux époux ressentent en même temps le même besoin de la querelle." Jean Rostand

 

Ce qu'il y a d'irritant pour un mari lorsque sa femme n'a rien à dire, c'est la façon dont elle ne le dit pas." Marcel Jouhandeau

 

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Probleme de couple
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 12:18

rentree_probleme_de_couple.jpgEt oui, fini les Vacances ! il faut songer à reprendre le bon train train quotidien, pour la plupart synonyme de "Métro, Boulot, dodo". Finalement ce qui est le plus dur dans les vacances c'est assurément lorsqu’elles prennent fin.

 

Combien de couples ont l'habitude de m'appeler en urgence durant ce mois de septembre pour me dire : "c'est terrible, lorsque les vacances se terminent notre couple subit un grand stress et nous avons peur de ne pas tenir le coup, la rentrée c'est l'une des épreuves les plus difficiles de l'année !"

 

Mais quelle est donc la teneur exacte de cette si lourde épreuve de "La Rentrée" ? Pourquoi la relation de couple subit-elle tant de tensions sans pouvoir toujours amortir les chocs d'une rentrée qui reste pourtant pratiquement la même chaque année ? Enfin comment palier à ce sursaut d'activités stressantes afin de passer le cap de ces quelques jours un peu spéciaux durant lesquels "il faut rattacher les wagons" ?!

 

Pour mieux comprendre ce phénomène, le mieux est encore de lister rapidement les quelques problèmes génériques générés par cette fameuse rentrée, de cette façon nous pourront bien identifier les solutions pour atténuer ce stress induit. Donc, voici la liste post-estivale de nos petits malheurs contemporains :

 

- le retour de vacances a été épuisant, et les disputes incessantes.

- la boites aux lettres était pleine de factures, de quoi démoraliser.

- au travail l'ambiance semble lourde, les dossiers s'accumulent.

- le voisin de palier semble encore moins aimable qu'à l'habitude.

- les enfants sont surexcités, la rentrée scolaire est une épreuve.

- l'actualité du pays et du monde ressemble à un cauchemar.

- mon (ma) partenaire qui est très fatigué(e), pas de câlin ce soir.

- les affaires s'entassent, il faut tout trier, laver, ranger, organiser.

- tout le monde à l'air très pressé, stressé et n'a le temps de rien.

- "bonne surprise" : les prix ont encore augmenté, décidément...

 

Sourions ensemble face à tous ces aléas passagers car c'est la meilleure thérapie de groupe ou de couple pour surmonter une rentrée, laquelle, si l'on y pense bien, ressemble presque trait pour trait à celle de l'année précédente... alors devons-nous relativiser la situation plutôt que de nous en plaindre ? Pas forcément car exprimer son mécontentement, sa colère ou son énervement c'est aussi un mode de communication efficace pour soulager rapidement la pression que nous subissons tous durant cette période de "redémarrage", d'ailleurs les français sont souvent vus par les pays étrangers comme "les rois de la grogne" !

 

Alors restons fidèles à notre réputation internationale de râleurs emblématiques ! Mais, même si cela constitue un moyen de communication comme un autre, clamer son énervement contre son conjoint n'est pas pour autant la bonne solution... au contraire, mieux vaut encore "déclamer à deux" d'une seule voix unie les petits malheurs du couple face à l'adversité de la rentrée plutôt que de se renvoyer bêtement les problèmes. Ainsi, et sur ce mode de communication pour le moins "grincheux" (et oui !), à deux il sera plus facile de dépasser cette période de transition réellement difficile à vivre pour la plupart des couples.

 

Sachons transformer une situation conflictuelle en avantage pour le couple, c'est ainsi et seulement ainsi que dans une direction commune orientée "résolution"  le couple tire amplement partie du simple fait de ne pas être seul face aux problèmes... Finalement, encore une fois les atouts sont au cœur du couple pour puiser l'énergie, à deux, afin de passer le cap pour naviguer en eaux plus calmes après la tempête !

 

 

"Il n'y a pas de problèmes ; il n'y a que des solutions." André Gide

 

"Ne jamais perdre le contact avec les menues réalités quotidiennes, c'est là un principe qui permet de beaucoup endurer." Louis Bromfield

 

"Nous peuplons souvent notre vie de plus de problèmes qu'il n'y en a en réalité." Dominique Glocheux

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Famille
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 10:30

aimez_vous_il_vous_aimera.jpgJe reçois de nombreux mails ou les femmes me demandent le plus souvent :


- Comment lui faire comprendre que j'ai besoin qu'il me dise "je t'aime"

- Comment lui faire comprendre que j'ai besoin qu'il me parle

- Comment lui faire comprendre que j'ai besoin qu'il m'écoute

 

Ce sont généralement des attentes exprimées par des femmes en souffrance qui sentent que leur conjoint est plus distant qu'à l'accoutumé, alors elles attendent des mots ou des actes de la part de leurs conjoint en oubliant que leurs demandes peuvent être étouffantes et oppressantes face à des hommes assez désemparés devant la souffrance de la femme qui partage leur vie.

 

Lorsqu'un homme est fatigué ou soucieux, il a tendance à se mettre en retrait "a contrario" des femmes qui le plus souvent vont chercher à exprimer leurs angoisses en les verbalisant. Les hommes intériorisent; en cas de problèmes de couple deux alternatives se présentent : soit votre conjoint ne s'exprime plus, il alors est en retrait, ou plutôt dans la fuite, et son comportement vous trouble car il est à l'opposé de l'homme que vous connaissez au quotidien... soit il n'est pas plus diffèrent que d'habitude et c'est vous qui attendez brutalement de sa part qu'il se mette à verbaliser ses sentiments ou à parler à bâtons rompus de ses pérégrinations.

 

Par ailleurs, remarquez bien que lorsqu'une femme est en demande c'est qu'elle craint un éloignement de son partenaire, seulement voilà... plus une femme demande avec insistance de l'attention, plus le conjoint s'éloigne, il faut donc que vous changiez rapidement de comportement.

 

- Soyez autonome, faut-t-il nécessairement sa présence pour faire des courses

- Préservez une activité individuelle et personnelle, si possible sportive

- Allez chez une esthéticienne pour recouvrer un moment de bien-être

- Prenez un livre, accordez-vous une heure de quiétude pour vous libérer l'esprit

- Pensez aussi à vos projets, à ceux que vous pourrez partager avec lui

 

En bref Mesdames : vous souhaitez capter son attention ? Alors provoquez-là en cultivant votre indépendance, et votre apparence, n'oubliez jamais qu'au premier jour de votre rencontre c'est la femme que vous êtes qui l'a séduit, si vous êtes devenue la mère de ses enfants c'est que vous êtes à ses yeux une femme complète, n'oubliez pas la femme que vous êtes au profit de la mère que vous êtes devenue, sans quoi vous multiplierez à moyen et long terme des risques de rupture ou de tromperie bien douloureuse.

 

Et puis vous verrez comme il est bon de reprendre confiance en soi et en son miroir c'est d'abord la perception de votre reflet, l'amour et le regard bienveillant que vous vous accordez à vous même qui donnera envie à votre conjoint de vous aimer et de vous l'exprimer à son tour.

 

De même, que vous constaterez que l'homme que vous aimez cherchera à vous combler en vous exprimant ce que vous souhaitez entendre, ainsi l'expression de son amour ne sera plus un besoin lié à votre peur de le perdre mais un geste d'amour que vous accueillerez pleinement car enfin sachez-le : l'amour ne se réclame ni ne se quémande mais il jaillit, inonde et irradie ces couples qui s'aiment.

 

   

"Je t'aime, tu t'aimes, on sème." Maurice Chapelan

 

"Otez l'amour-propre de l'amour, il en reste trop peu de choses." Chamfort

 

"JE T'AIME est sans nuances. Il supprime les explications, les aménagements, les degrés, les scrupules." Roland Barthes

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Dependance affective
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 11:25

crise_couple_crise_crise-economique.jpgSans vouloir faire de surenchère sur l'actualité des marchés financiers en berne ou surtout face aux crises économiques annoncées dans bien des pays dont la France, nous pouvons tout de même nous poser légitimement la question de savoir si tout ce climat d'incertitude et d'agitation est aussi un facteur aggravant de crise pour le couple. Quelles en sont les répercussions exactes sur la vie du couple ? Y a t'il forcément des répercussions et si oui lesquelles ?

 

Avant d'entrer directement dans le vif du sujet, faisons juste un petit retour quelques années en arrière, pas besoin d'aller bien loin dans le temps pour analyser brièvement ou comparer la vie de couple de nos parents avec la notre. Que pouvons nous en effet constater : que la vie de couple "d'après guerre" nous semble bien plus simple qu'aujourd'hui dans le sens où il y avait globalement moins de pression professionnelle, le marché du travail était plus dégagé, d'ailleurs les femmes étaient (en majorité) à la maison et cela ne "semblait" pas être un grand problème mais bien au contraire un facteur de stabilité familial, la mondialisation n'existait pas encore, la société de consommation battait positivement son plein, acheter ne serait-ce que le nouvel appareil électroménager ou la nouvelle voiture était d'abord une grande joie et une découverte. A l'époque on savait profiter du temps qui passe et des avantages du progrès technique sans devoir se projeter 20 ans dans l'avenir et s'en inquiéter, on peut dire que la vie était plus légère et plus insouciante, même si tout n'était effectivement pas facile.

 

Pour jouer le jeu sans tricher, soyons totalement réalistes et posons nous la vraie question dans le contexte actuel : Qu'en est-il aujourd'hui de nos vies ? La société de consommation dicte quotidiennement ses lois face à des acheteurs manipulés par un matraquage publicitaire sur tous les médias, notons que cette même société a fait de nos égos des personnalités insatiables et insatisfaites en presque toutes circonstances, ajoutons que trouver un emploi en étant même surdiplômé devient un parcours du combattant en cette période de guerre économique, que chaque minute de notre vie semble comptabilisée au tableau d'honneur du rendement productif et du seul profit financier, que justement l'argent est devenu un problème central dans nos existences et non le simple "moyen de paiement" que l'on devrait seulement lui attribuer logiquement, que les conjoints se croisent chez eux en rentrant souvent exténués après le travail et qu'ils n'ont plus envie de rien, que les perspectives futures que l'on nous promet semblent à la limite d'un désastre annoncé et certifié par nos experts et par nos politiques !

 

Alors effectivement... après cette courte mais déjà bien trop longue liste noire style "No Futur", nous pouvons dire sans nous tromper que la vie d'aujourd'hui est beaucoup plus stressante qu'il y a seulement quelques décennies, que ce stress peut induire des problèmes non seulement personnels mais aussi et très certainement au sein du couple... Mais revenons sur ce qui motive un couple afin de surmonter les crises et afin de dépasser les "malheurs du monde" sans en avoir à les porter tous sur ses épaules (tout en restant néanmoins responsable et ouvert sur l'extérieur).

 

Dans un article précédent nous avions bien souligné la "notion de projet", indispensable perspective pour souder le couple sur un avenir commun. Alors une double question se pose directement : qu'en est-il des projets du couple si "La Crise" obscurcit la mise en œuvre de ces mêmes projets ? Comment surmonter à deux un stress ambiant qui touche d'abord l'individu au plus profond de sa raison de vivre en soi, mais aussi en couple au vu de ces perspectives quelque peu assombries ?

 

L'on perçoit bien ici toute la complexité psychologique que soulève l'impact d'une crise externe sur la vie du couple puisque finalement chacun des partenaires sera touché à un niveau différent en fonction de son histoire personnelle, de sa force à résister au stress, de sa capacité à envisager des solutions d'abord pour soi, ensuite pour le couple. Encore une fois c'est la notion de base de l'Ego qui est la clef de voute de l'édifice du couple, car sans une personnalité forte et équilibrée il n'y a pas d'assise du couple sur ces deux fondements que sont les partenaires. Il est donc indispensable d'être soi-même fort pour mieux vivre son couple, cela nécessite à la fois de l'énergie et une certaine forme de sagesse personnelle afin de relativiser les problèmes pour les appréhender sans peur ou angoisse excessive, ensuite le couple joue aussi parfaitement son rôle de consolidation des fondations personnelles en rendant plus fort chacun des partenaires car la synergie du couple joue alors sa carte maitresse, celle de l'amour et du dialogue faces aux crises qui viennent de l'extérieur. Rien n'est plus fort que l'amour, il peut déplacer des montagnes et détourner les fleuves tourmentés de l'existence.

 

 

"Le couple heureux qui se reconnaît dans l'amour défie l'univers et le temps ; il se suffit, il réalise l'absolu." Simone de Beauvoir

 

"L'homme se souvient du passé, la femme pressent l'avenir ; le couple voit le présent." Maxime Du Camp

 

"Un couple qui réussit est un peu plus qu'un homme plus une femme. C'est un équilibre et un mouvement un peu mystérieux." François Nourissier

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Probleme de couple
commenter cet article
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 07:14

couple_danger_reunit.jpgA Philippe à qui je rends hommage :

 

En écoutant les informations qui nous rappellent sans cesse qu'en Afghanistan ou ailleurs des hommes tombent au combat je me faisais la réflexion suivante : Il est de ces couples plus soudés que d'autres, plus aimants que d'autres, plus précieux que d'autres pour la simple raison que l'un des deux conjoints exerce un métier à risque, l'amour flirte avec la mort, l'insouciance avec la gravité, l'absence avec la peur.

 

L'intensité est donc une dominante à prendre en compte dans ces couples où le danger fait partie du quotidien. Et si l'amour est intense il peut aussi décliner car il faut beaucoup de courage et d'abnégation pour ces couples qui par amour acceptent dans un silence pudique leurs séparations angoissantes ainsi que de poignantes retrouvailles.

 

Je pense à nos militaires, à nos pompiers et policiers qui ont fort à faire dans ce monde dangereux ou les valeurs en déliquescence s'effondrent au profit d'idéaux tellement loin de nos vies quotidiennes... Le conjoint demeure le pilier central, le ciment du couple et de la famille, le trait d'union indispensable pour maintenir la famille à flot contre vents et marées.

 

Victor Hugo :

"O combien de marins, combien de capitaines Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines, dans ce morne horizon se sont évanouis ! Combien ont disparu, dure et triste fortune ! Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune, sous l'aveugle océan à jamais enfouis !".

 

Mais restons sur une note optimiste, si la peur n'écarte pas le danger, il n'en demeure pas moins que ces couples un peu "à part" communiquent le plus souvent de manière épistolaire (de nos jours via internet, par mail ou via chat) pour se rassurer comme pour sanctuariser l'échange et le graver dans le marbre des résolutions et promesses à tenir. (D’autant plus si le conjoint est amené à se rendre dans des contrées lointaines, ex : militaires). Et pour celui qui reste c'est souvent compliqué car il doit mener sa vie comme s'il vivait seul. Et si la distance est parfois un moyen de goûter pleinement au plaisir de se retrouver, il faut que la relation soit forte et intense pour perdurer dans le temps.

 

Il est d'ailleurs prouvé statistiquement que certaines professions sont plus touchées que d'autres par le divorce, et la crise actuelle ne ralentit pas les séparations mais les amplifie.

 

Alors comment faire quand il faut se résigner face à l'absence prolongée de celui (celle) que l'on aime ?

 

- écrivez-lui, osez lui dire ce que vous ressentez combien il (elle) compte pour vous !

- Les moments de retrouvailles doivent être aussi consacrés essentiellement au couple.

- Evoquez les projets, mettez-les en place si cela est possible, organisez ensemble.

- Sachez cultiver l'absence de l'être aimé pour l'amplifier encore plus face à cette adversité.

- Occupez votre vie, vous pourrez partager les nouveautés avec votre conjoint à son retour.

 

Que faut-il de courage et d'abnégation tant pour celui qui part que pour celui qui reste...

Que faut-il de confiance et de force pour accepter l'absence de celui que l'on chérie !

Que faut-il d'amour pour prendre le risque de se perdre à chaque départ, pour mieux se retrouver.

 

Mais dans le fond, n'est-ce pas la définition même de l'amour que de laisser d'abord son conjoint définir le sens qu'il désire donner à sa propre vie, et puis ensuite de tracer ensemble un autre chemin à deux où l'on partagerait les envies communes, les projets et les rêves pour avancer main dans la main à ses côtés...

 

"Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas, est celui qui trouble le plus." Jules César

 

"L'absence est à l'amour, ce qu'est au feu le vent; il éteint le petit, il allume le grand." Roger Bussy-Rabutin

 

"C'est parce qu'il y a un vrai danger, de vrais échecs, une vraie damnation terrestre, que les mots de victoire, de sagesse ou de joie ont un sens." Simone de Beauvoir

 

Repost 0
Published by France-Emmanuelle - dans Peur(s)
commenter cet article